Le quartet Ua-Onu-Ue-Oif pour le Dialogue Kabila !

Le document porte le titre «COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT UNION EUROPEENNE, UNION AFRICAINE, NATIONS UNIES, ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE». S’affichant partenaires de la RDC, ces organisations, y lit-on, «RÉAFFIRMENT LEUR SOUTIEN AU DIALOGUE POLITIQUE DANS CE PAYS ET APPELLENT TOUS LES ACTEURS CONGOLAIS A ŒUVRER À LA TENUE ET AU SUCCÈS DE CE DIALOGUE». Publié simultanément publié le 5 juin 2016 à Addis-Abeba, Bruxelles, New York et Paris, le communiqué souligne que «L’Union africaine (UA), les Nations unies, l’Union européenne (UE) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) continuent de suivre de près l’évolution de la situation en République démocratique du Congo (RDC) » (….) et «opèrent  dans le cadre de leur partenariat au service de la paix et de la sécurité en Afrique, ainsi que de leur engagement collectif à aider la RDC à consolider les acquis enregistrés au cours de la décennie écoulée »…

 

Tranchante ou cinglante – c’est selon – la dernière phrase est formulée en ces termes, parlant de ces structures : «Elles appellent dans le même temps le Gouvernement à continuer à promouvoir le respect des droits et libertés prévus par la Constitution, y compris par la libération des détenus politiques, conscientes qu’elles sont de ce que la préservation de l’espace politique, et l’exercice des droits fondamentaux garantis par la Loi fondamentale sont une condition sine qua non pour permettre la réussite du dialogue politique que le Président Joseph Kabila appelle de ses vœux».

Publié la veille de la rencontre de l’Opposition congolaise à Bruxelles censée se tenir les 7 et 8 juin 2016 et après la diffusion du communiqué du Département extérieur de l’Udps du 4 juin dernier, le document engageant le quartet fixe les esprits sur l’institution de la République devant engager le Dialogue face à la communauté nationale et à la communauté internationale. En l’occurrence le Président de la République.

Au sujet de ces assises, il est clairement dit que «Les quatre organisations partenaires soulignent à nouveau l’importance cruciale que revêtent la tenue et la conclusion réussie d’un dialogue politique entre tous les acteurs congolais pour leur permettre d’arriver à un consensus permettant la tenue, dans le cadre de la Constitution congolaise, d’élections libres, régulières, transparentes et crédibles. Il s’agit, ce faisant, de préserver la paix et la stabilité dans le pays, mais aussi d’approfondir le processus démocratique et l’État de droit».

En plus de la réaffirmation de « leur plein soutien aux efforts de facilitation conduits par M. Edem Kodjo, au nom de l’UA », les quatre conviennent « dans ce contexte, de mettre en place un groupe de soutien à la facilitation, comprenant également des représentants de la Conférence internationale de la région des grands lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), et de mobiliser l’expertise et les ressources requises pour maximiser les chances de réussite du dialogue », non sans souligner «la responsabilité primordiale qui incombe au Gouvernement et à toutes les parties congolaises concernées pour la préservation de la paix et de la stabilité en RDC, la consolidation des acquis obtenus de haute lutte et l’approfondissement de la démocratie et de l’Etat de droit ».

Exhortant alors « tous les acteurs congolais à se joindre au dialogue et à apporter leur entière coopération au Facilitateur, ayant à l’esprit que celui-ci agit dans le cadre des instruments pertinents de l’UA et de la résolution 2277 », le quartet demande à tous les protagonistes, et ce «instamment de s’abstenir de toute action de nature à accroître la tension politique et à conduire à la violence. Elle considère que « La retenue et l’esprit de responsabilité sont plus que jamais nécessaires en cette étape particulière de l’histoire de la RDC».

Jusqu’à preuve du contraire

Les points à retenir de cette communication sont donc :

– primo, la confirmation du cadre dans lequel se tient le Dialogue (celui instauré par le Président de la République en fonction),

– secundo, la réaffirmation de la facilitation Edem Kodjo,

– tertio, la mise en exergue de la responsabilité du Gouvernement dans la protection des libertés fondamentales (droits de l’homme) dont la garantie de l’espace politique pour tous les acteurs, et

– quarto, la mise en exergue de la responsabilité de tous les partenaires du Gouvernement quant à ce.

Il est évident qu’autant à Kinshasa qu’à Bruxelles, la confirmation du Dialogue Kabila va encore soulever des vagues. De grosses alors.

Mais, il n’y aura pas de tsunami étant donné que la Constitution, d’abord, consacre la souveraineté de la RDC et, ensuite, reconnaît parmi les prérogatives du Président de la République celle du «garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté nationale et du respect des traités et accords internationaux».

Tant que court encore la Constitution, les forces politiques et sociales toutes tendances confondues le savent : l’Union africaine, l’Organisation des Nations Unies, l’Union européenne et l’Organisation internationale de la francophonie ne peuvent pas se permettre de violer délibérément le Droit international  ainsi que les actes d’adhésion ou de partenariat régissant les relations entre Etats.

En d’autres mots, elles ne peuvent pas se permettre de remettre en cause le mandat actuel du Président de la République en fonction. Après tout, c’est à cette Institution qu’incombe la responsabilité de l’application des recommandations et des résolutions du Dialogue, entendez le succès souhaité du Dialogue.

On ne peut, dès lors, s’en tenir à une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu – cas de la 2277 – et disqualifier en même temps l’Autorité reconnue par les instances internationales. Jusqu’à preuve du contraire, cette autorité est incarnée par Joseph Kabila Kabange.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s