Société en perdition : on déforme même les propos du Nonce apostolique…

  • «On est contre l’idée de mettre des préalables», a même déclaré Monseigneur Luis Mariano Montemayor à Rfi

 

«En visite à Beni, le nonce apostolique appelle au dialogue en RDC». La dépêche de Sonia Rolley pour le compte de Rfi. Elle a été publiée la nuit du 30 au 31 août 2016 avec l’introduction suivante : « A l’occasion de sa visite à Beni, le nonce apostolique s’est exprimé sur le processus de dialogue en cours en République démocratique du Congo. L’Eglise catholique, à travers les évêques de la conférence épiscopale, s’était investie pour tenter notamment de faire accepter le facilitateur Edem Kodjo, toujours contesté par une partie de l’opposition, mais aussi pour ramener toutes les parties autour de la table en permettant des échanges indirects. Le nonce apostolique se dit un peu fâché de la tournure qu’ont pris les évènements. «On était intervenu en force pour sauver le sort du facilitateur qui était presque abandonné», dit le représentant du pape François en RDC. Monseigneur Montemayor rappelle que toutes les parties, y compris celles qui refusent de voir Edem Kodjo, étaient venues parler avec les évêques»…

 

Et la dépêche poursuit : «Le nonce dit avoir demandé du temps à la facilitation de l’Union africaine pour voir l’effet des premières mesures de décrispation. Le rassemblement de l’opposition demandait entre autres la libération de tous les prisonniers politiques et la réouverture de médias proches de certains partis. Au final, quatre prisonniers sont effectivement libérés, sur la centaine réclamée aujourd’hui. ‘Insuffisant’, dit le représentant du pape. Monseigneur Montemayor reconnaît toutefois un bon geste du gouvernement. Le nonce apostolique a toutefois rappelé que l’Eglise catholique restait en faveur d’un dialogue et appelait toutes les parties à y participer. ‘On est contre l’idée de mettre des préalables’, explique le Nonce ».

Et ce dernier d’ajouter : «Le dialogue ne peut pas se limiter à la procédure, le fichier électoral, le calendrier, il y a environnement politique et social», le prélat ayant demandé des gestes également pour «soulager la souffrance du peuple». Il avoue qu’«En l’absence des principaux partis d’opposition (…) le dialogue ne sera pas représentatif». La dépêche se termine par cette phrase : «On est un peu fâché, je ne suis pas allé à l’ouverture du comité préparatoire même si je ne suis pas contre».

Ces extraits ont suffi pour amener certaines forces politiques et sociales à soutenir la thèse selon laquelle le nonce a été désagréablement surpris de l’obstination du facilitateur qui a précipité la convocation du comité préparatoire le 23 août 2016, y trouvant une énième preuve de la complicité d’Edem Kodjo avec la Majorité présidentielle pour contourner la Résolution 2277 et jouer la carte du 3ème mandat en faveur du Président Joseph Kabila. Partant, elles dédouanent «Rassemblement» et appuient la récusation du togolais.

Plus à l’étape des préalables

Naturellement, elles s’abstiennent de relever de cette dépêche la phrase-clé du nonce apostolique selon laquelle «On est contre l’idée de mettre des préalables».

Or, le problème auquel le Dialogue est confronté est justement celui des préalables. Ceux-ci n’émanent pas de la Majorité présidentielle, encore moins des institutions de la République. Ils sont principalement le fait de «Rassemblement».

A preuve, pendant que les partenaires extérieurs (Onu, Union européenne, Etats-Unis etc.) ont tous enjoint les 23, 24 et 25 août 2016 l’Opposition (toutes tendances confondues) de participer aux travaux du comité préparatoire, «Rassemblement» a réagi le 29 août dernier par un communiqué signé Etienne Tshisekedi. Le lider maximo a annoncé que, par sa voix, « le Rassemblement, tout en réaffirmant son attachement à la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, demande au peuple congolais : 1. ‘de rejeter toutes les conclusions qui sortiront de ce pseudo dialogue qui est un complot organisé contre la Nation pour liquider le pacte républicain conclu de haute lutte à Sun City’, 2. ‘de se mobiliser et de participer activement aux actions de résistance pacifique décrétées par le Rassemblement à partir du 1er septembre 2016’ et 3 ‘de participer activement au sit-in auprès des bureaux de la CENI de différents chefs-lieux des provinces et des missions diplomatiques à l’étranger, le lundi 19 septembre 2016, afin de réclamer la convocation immédiate de l’élection présidentielle et de déposer un préavis constitutionnel de Monsieur Kabila qui doit libérer la présidence de la République’».

Auparavant, il a fait noter que «Monsieur Edem Kodjo, facilitateur récusé, vient d’aggraver la crise politique que traverse notre pays en réunissant en dialogue les ennemis de la République, désormais bien identifiés, qui acceptent d’accompagner Monsieur Kabila dans sa détermination à obtenir, coûte que coûte, un troisième mandat en violation flagrante de la Constitution».

Fait notable : cette plateforme n’est plus à l’étape des préalables. Elle s’inscrit désormais dans la logique de la confrontation. Son communiqué, en effet, contient ces deux phrases assassines : «Peuple congolais, le moment est arrivé où, conformément à l’article 69 de notre Constitution, nous allons devoir nous prendre en charge pour chasser la dictature» et «Pour le Rassemblement, l’alternance démocratique au pouvoir, le 20 décembre 2016, est non négociable».

Dans une interview à « 7sur7.cd » parue le 31 août 2016, répondant à la question de savoir si la récusation de Kodjo sera maintenue en cas de levée des préalables posés par Rassemblement, Martin Fayulu persiste et signe : «Mais KODJO aussi c’est un préalable. KODJO doit partir ! Nous continuons à maintenir la récusation de KODJO, et nous avons dit que cette récusation est irrévocable, je souligne irrévocable ».

« Advienne que pourra ! »

Les forces politiques et sociales qui veulent faire dire au nonce apostolique ce qu’il n’a pas dit pensent que tout le monde est amnésique dans ce pays au point d’oublier le mépris affiché à l’égard du Saint-Père, de la Cenco et de lui-même en 2015 du fait du rejet de tous les appels leur lancés en vue de participer au dialogue. D’ailleurs, à l’époque, elles venaient de dire non à l’Onu, non à l’Ua, non à l’Ue.

En poursuivant avec les NON, on est en droit de se demander si à Genval il n’y a pas eu un agenda caché pour faire tirer les choses en longueur jusqu’au 20 décembre 2016 !

Cette préoccupation a toute son importance lorsque, réagissant à l’observation selon laquelle la Communauté internationale ne semble pas suivre «Rassemblement» dans la piste de récusation d’Edem Kodjo, Martin Fayulu déclare dans la même interview : «La Communauté Internationale nous suivra, la Communauté Internationale n’a rien d’autre choix à faire que celui de suivre la frange la plus représentative de l’opinion. Et partout ailleurs dans les discussions, dialogues, pourparlers et autres tables rondes à chaque fois lorsqu’une partie récusait le médiateur ou le facilitateur, la Communauté Internationale après s’être impliquée, prenait acte. Aujourd’hui, qu’est-ce que la Communauté Internationale veut ? Qu’est-ce qu’elle veut exactement ? Mais elle voit bien qu’en nous imposant KODJO, nous ne plierons pas, nous ne céderons pas».

Avec des positions aussi tranchées, la « résistance » prend tout son sens : faire perdre au Dialogue son temps et sa substance au nom d’un agenda que seul « Rassemblement » connaît et qui se devine. Celui de la sentence « Advienne que pourra ! ».

Il est évident que lorsqu’une société s’amuse avec des symboles comme la représentation papale en leur faisant dire ce qu’ils n’ont pas dit, c’est qu’elle a vendu son âme au diable…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s