Nouvel ordre politique mondial : l’Occident mise désormais sur les mouvements pro-démocratie !

  • Aucun esprit rationnel ne soutiendra que c’est pour l’amélioration de leurs conditions de vie que Filimbi et Lucha se sont rendus à l’Ile de Gorée en décembre 2015 et former le fameux «Front citoyen 2016» dont on ne parle d’ailleurs plus…

 

 Publié par «Jeune Afrique» le 27 décembre 2016, l’article intitulé «RD Congo : ce que le cardinal Monsengwo a dit à Kabila, aux opposants et au peuple » relève exactement ceci : «Dans son message lu le 25 décembre dans toutes les paroisses de la RD Congo, l’archevêque de Kinshasa a rappelé au régime en place qu’‘il est révolu le temps où l’on cherchait à conserver le pouvoir par les armes, en tuant son peuple, ces jeunes qui ne réclament que leurs droit de vivre un peu plus dignement. Des propos qui sonnent comme un soutien on ne peut plus clair du prélat catholique aux mouvements citoyens congolais, la Lucha et Filimbi, engagés dans la lutte pour le respect de la Constitution de la RD Congo. Plusieurs de leurs militants ont été arrêtés ces derniers temps, d’autres contraints à l’exil. Aux premières heures de la fin officielle du second et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila, des heurts sanglants avaient en effet éclaté entre les manifestants exigeant son départ du pouvoir et des forces de l’ordre qui avaient quadrillé les principales villes du pays : au moins 40 personnes ont été tuées en début de semaine dernière, selon les Nations unies »…

 

Quand on analyse cependant le message du cardinal Laurent Monsengwo à l’occasion de la Nativité, nulle part ne paraît le soutien de l’archevêque de Kinshasa aux mouvements pro-démocratie Lucha et Filimbi.

Dans ce document, le passage selon lequel «il est révolu le temps où l’on cherchait à conserver le pouvoir par les armes, en tuant son peuple, ces jeunes qui ne réclament que leurs droit de vivre un peu plus dignement » n’existe pas.

Par contre, existe bel et bien le passage ci-après : «Il est plus facile de tuer que de ne pas tuer. Il est plus facile de céder à la violence que de résister à la force. Il est plus beau d’être artisan de paix qu’artisan de la violence. Il n’y a pas de grandeur à manier les armes pour tuer les gens. Le fait de prendre le pouvoir par les armes ne justifie pas qu’on ne puisse le quitter que par les armes », référence étant faite à la sentence de : «Qui tue par l’épée, périra par l’épée». C’est en Matthieu 26 : 52.

Certes, dans son homélie, le cardinal peut avoir tenu les propos qui lui sont attribués. Mais, l’évidence est l’absence de toute allusion à Filimbi et à Lucha dans sa communication faite aux paroisses de son archidiocèse. Autant dire un suggestionnement pour l’éclosion et l’essaimage de ce genre d’organisations portant des dénominations, menant des actions publiques comme les manifestations de rue, mais fonctionnant sans le moindre acte légal ou administration délivré par l’Etat.

En Occident, ça n’existe que pour des manifestations spontanées.

La logique du citron pressé

L’histoire de ces 131 années d’existence formelle de l’Etat congolais depuis la conférence internationale de Berlin en 1885 est celle des «bras séculiers» qui se succèdent pour entretenir les intérêts impérialistes.

Premier bras séculier : Administration coloniale. Deuxième : Classe politique. Troisième : Société civile. Quatrième : Mouvements pro-démocratie.

Fait notable : l’Eglise est de façon permanente aux côtés de chacune de ces structures.

Ainsi, sous la colonisation, Bruxelles – métropole coloniale certes, mais aussi siège de l’Union européenne et siège de l’Otan – avait misé sur l’Administration coloniale via l’Eglise pour imposer ses points de vue. C’était de 1885 à 1960.

Aux premières années de l’Indépendance, Bruxelles avait misé sur la Classe politique généralement identifiée au fameux Groupe de Binza, via l’Eglise. C’était de 1960 à 1990.

A partir de 1990, Bruxelles a commencé à miser sur la Société civile avec l’apparition subite des ONGDH en ligne de front, via l’Eglise. C’était de 1990 à 2015.

Maintenant, Bruxelles mise sur les Mouvements dits pro-démocratie, via – naturellement – l’Eglise.

On notera que le changement de «partenaires» obéit à la logique du citron pressé.

Dès que Bruxelles réalise, en effet, que le «partenaire» du moment devient encombrant, celui-ci est livré en pâture à la vindicte populaire à partir du même modus operandi : l’aggravation de la crise sociale avec impact certain sur la crise politique quand ce n’est pas l’inverse. Lumumba, Mobutu, Mzee L-D. Kabila l’ont appris à leurs dépens. Le tour de Joseph Kabila est arrivé.

Aussi, Filimbi et Lucha sont avertis : citron «pressable», ils seront liquidés au profit d’un autre «partenaire», mais l’Eglise qui les promeut aujourd’hui va, elle, rester.   Peut-être va-t-elle relancer la machine avec une formule beaucoup plus subtile par rapport à l’Administration coloniale, à la Classe politique et à la Société civile.

Gustavo Guttierez et Dom Helder Camara

Faut-il alors désavouer ou combattre l’Eglise ? C’est ici que l’intelligence et la sagesse interpellent le leadership congolais, contraint de réaliser qu’il a le choix entre la confrontation et la coopération.

Dans la Bible, Jésus-Christ dit à propos de la guerre : “Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille ? S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix.” C’est en Luc 14 :32.

L’Eglise, elle-même, sait qu’en Amérique latine, sa survie de la bourrasque que fut  la théologie de la libération est passée par sa capacité d’adaptation. Peut-être que le Congo a besoin d’un Gustavo Guttierez et d’un Dom Helder Camara !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s