Mesures de décrispation Les deux fautes graves de «Rassemblement»

  • Première faute : n’avoir pas saisi l’opportunité de l’article 3 de l’ordonnance n°15/084 relative au Dialogue en RDCongo…
  • Deuxième faute : avoir préconisé, dans son document du 24 novembre 2016 adressé à la Cenco, la solution par une loi à faire prendre par le parlement post-19 décembre 2016…

 

Au moment où cette chronique est mise en ligne, rien de concret n’est encore annoncé du côté de la «chapelle Sextine» kinoise, le centre interdiocésain, où se tiennent les négociations sous médiation Cenco, à l’initiative du Président Joseph Kabila, même si certaines forces politiques et sociales congolaises portées à bout de bras par une certaine communauté internationale occidentale ne veulent pas l’admettre alors qu’elles juraient toutes par la Résolution 2277. L’histoire – la vraie – devra retenir que «Rassemblement» a fait le choix de se compliquer la tâche. DEMONSTRATION…

 

28 novembre 2015. Le cabinet du Président de la République, par copie conforme certifiée par son Directeur, Pr Néhémie Mwilanya Wilonja, publie l’ordonnance n°25/084 convoquant le Dialogue. A l’article 3, il est clairement dit du Comité préparatoire qu’il «a, notamment, pour tâches : d’apprêter les documents de travail et d’élaborer les projets de l’ordre du jour et du règlement intérieur à soumettre à l’approbation de la Plénière du Dialogue » ; «de déterminer toutes les modalités d’organisation et de fonctionnement du Dialogue» et «de fixer le nombre des participants qui doivent provenir de la Société civile, de la Majorité Présidentielle et de l’Opposition politique, ainsi que la durée et le site devant abriter le forum».

Aux termes de l’article 2, ce comité est composé «des délégués de toutes les parties prenantes, à savoir, la Société civile, la Majorité Présidentielle et l’Opposition politique… ».

Bien entendu, les forces politiques et sociales qui constitueront en juin 2016 la plateforme dénommée «Rassemblement» vont rejeter en bloc cette ordonnance qui, au même article, précise pourtant que les participants seront «placés sous la Co-modération d’un représentant de la Majorité et d’un représentant de l’Opposition politique » et que  «L’organisation et le fonctionnement du dialogue et du Comité préparatoire sont fixés par un Règlement Intérieur».

On sait qu’en réaction, l’Opposition va exclure la co-modération congolaise au profit de la facilitation africaine appuyée par un groupe de soutien comprenant les Nations Unies, l’Union africaine, l’Union européenne, l’Oif, la Sadc et la Cirgl.

Or, s’il avait saisi l’opportunité des projets de l’ordre du jour, «Rassemblement» aurait pu y faire inscrire les mesures de décrispation qui semblent représenter à ses yeux l’élément essentiel pendant que celui-ci est plutôt la cogestion.

Normal : la plateforme bruxello-genvaloise s’est inscrite dans la logique du défi, mieux de l’affrontement.

Seulement voilà : toutes ses tentatives de « tunisation » et de « burkinisation » ayant échoué, elle a revu à la baisse ses ambitions, le dernier acte étant l’option du partage du pouvoir après l’échec prévisible du fameux «régime spécial».

Aussi, le 24 novembre 2016, dans un document envoyé à la Cenco en prévision des négociations du centre interdiocésain, a-t-elle fait les propositions visant le Parlement et le Gouvernement. Au point 2.3., s’agissant du premier, il est dit : «Cependant, eu égard du besoin ressenti par tous de conduire le processus électoral à son terme et dans le plus bref délai, d’une part et, d’autre part, tenant compte de l’impératif d’assurer la gestion de la République dans le respect des normes minimales de tout Etat démocratique et de bonne gouvernance, le Rassemblement reconnaît la nécessité d’une institution parlementaire pendant la période de transition dont les missions seront limitativement les suivantes : 1) Bloc législatif électoral (la loi électorale et annexes, lois des finances et toutes les autres lois nécessaires à la tenue des élections) ; 2) Loi relative aux mesures de décrispation politique ; 3) Investiture du Gouvernement de transition ; 4) Contrôle parlementaire».

Ainsi, «Rassemblement» n’avait nullement à substituer la Cenco au Parlement.

Le doute s’installe et se consolide

Pour avoir d’ailleurs pris part à la cérémonie d’investiture du Gouvernement Badibanga le 22 décembre 2016, c’est-à-dire trois jours après le 19 décembre 2016 – ce qui a pour conséquence la reconnaissance de la légalité et de la légitimité des articles 103 et 105 de la Constitution qui s’appliquent mutatis mutandis avec l’article 70 – cette plateforme donne donc sa caution au fonctionnement de l’Assemblée nationale et du Sénat actuellement en place.

Partant, s’étant librement imposé le devoir d’initier la loi relative aux mesures de décrispation politique, elle n’avait pas à distraire l’opinion en ramenant au centre interdiocésain ce qu’elle a prévu elle-même pour le Parlement.

On se doit alors de le constater : à la première faute de ne pas profiter de l’occasion lui offerte par l’ordonnance n°15/084 relative à la convocation du Dialogue, «Rassemblement» a opté pour l’ajout d’une deuxième faute en privant le corps législatif d’un projet ou d’une proposition de loi favorable à la libération ou à l’arrêt des poursuites judiciaires en faveur des siens.

Aussi, est-on en droit de se demander si, réellement, ses pressions en faveur des fameux 7 emblématiques sont sincères puisque le doute s’installe et se consolide.

La vérité est qu’on est de plain-pied dans l’affairisme politico-judiciaire qui permet à ses membres en liberté de négocier leur propre repositionnement au détriment des «emblématiques».

Toute «Révolution», on le sait, a pour tradition de manger ses propres enfants.

Celle de palais avec «Bruxelles-Genval» n’échappe pas à la règle…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s