Avec la mort d’Etienne Tshisekedi, Udps et «Rassemblement» sont sans MANDANT !

 * Le fait pour Félix Tshisekedi de suggestionner la mise sur pied d’un Directoire pour succéder au lider maximo prouve à suffisance que «Rassemblement» n’a jamais eu de statut…

 

  • Pendant qu’il se préoccupe de cette succession-là, il ne dit mot de la même procédure, s’agissant de l’Udps…

 

  • Entre-temps, les Evêques de la Cenco ne savent à quelle Autorité morale se référer pour s’assurer de l’authenticité des actes qui seront posés par la délégation «Rassop» aux travaux du centre interdiocésain…

 

Quatre quotidiens de Kinshasa – dont, par ordre d’ancienneté, «Forum des As», «L’Avenir», «La Prospérité» et «Africanews» – ont consacré leurs manchettes du lundi 14 février 2016 à la succession du lider maximo à la tête de l’Udps, conformément à l’article 27 des statuts de ce parti, et à celle de «Rassemblement» ou «Rassop». Si l’Udps a des statuts dont elle ne respecte pas l’application, «Rassemblement» ne dispose pas d’un outil semblable. D’où toutes les difficultés auxquelles sont confrontés les protagonistes internes et externes dans la désignation du successeur d’Etienne Tshisekedi. La question est certes sensible puisqu’elle surgit pendant la période des funérailles. Mais, si aux yeux des uns, elle n’est pas prioritaire, à ceux des autres elle l’est en raison de son impact déterminant sur les arrangements particuliers et sur le fonctionnement même de l’Udps. Comme qui dirait : les hommes passent, les institutions restent…

 

«La critique est aisée, mais l’art est difficile», dit la locution proverbiale.

Les forces politiques et sociales de l’Opposition créé à la va-vite à Bruxelles-Genvol ont occupé l’espace politique et médiatique en justifiant leur «combat» sur le non-respect, par la Majorité au Pouvoir, des textes qui régissent la République.

Et voilà qu’elles-mêmes se révèlent incapables de respecter les textes qui les régissent. Ce qui présagent d’un comportement similaire, voire pire dès qu’elles vont accéder aux affaires.

Le décès du lider maximo survenu à Bruxelles le 1er février 2017 devait et devrait pourtant être l’occasion indiquée pour l’Udps et pour «Rassemblement» de faire preuve de leur capacité de régler le problème de succession dans les règles de l’art.

Pour l’Udps, il s’agit d’actionner l’article 27.

Ayant quitté la terre des hommes sans régler cette question, voici l’Udps et «Rassemblement» en position extrêmement délicate : ni l’un, ni l’autre n’ont un MANDANT pour la suite des aux travaux du centre interdiocésain. C’est en cette période d’obsèques que les deux entités peinent à le chercher.

On sait déjà que Félix-Antoine Tshisekedi – qui ne dit rien de la succession de son père à la présidence de l’Udps – préconise un directoire pour la plateforme née à Bruxelles-Genval. Une formule qui avait pourtant déstabilisé en interne l’Udps au début des années 1990.

Pour rappel, avant l’enclenchement du processus démocratique le 24 avril 1990, l’Udps – bien que fonctionnant dans la clandestinité – avait une direction bien structurée avec un président national en la personne de Marcel Lihau.

Dans sa biographie personnelle reproduite dans les médias au lendemain de son décès, Etienne Tshisekedi fait une impasse sur cette étape. Tout ce qu’il note se résume en ces termes : «24/04/1990 : ma libération. Création du Directoire National de l’UDPS, c-à-d. d’une présidence collégiale composée de quatre personnalités. Je suis membre de ce Directoire National». Il s’abstient de révéler ce qu’il était auparavant. Il était secrétaire national chargé de la Mobilisation.

S’estimant mal placé par rapport à la nouvelle donne, celui qui se fera plus tard surnommer lider maximo ou Sphinx de Limete initiera effectivement une direction collégiale sous le vocable présidium. L’Udps se retrouva avec une présidence à quatre têtes composée de Lihau, Kibassa, Mbwankiem et lui-même. Et vint l’épuration à la Derg éthiopienne, Tshisekedi dans la peau de Mengistu jusqu’à la mort.

Observation du statu quo

Que Félix-Antoine Tshisekedi préconise 27 ans plus tard la même formule pour la succession de son père à la tête de «Rassemblement», c’est bien la preuve qu’il n’a pas assimilé la leçon. A moins de vouloir susciter tous les risques de strangulation de la plateforme et s’emparer plus tard de sa direction.

Or, la solution idoine appartient à l’Udps. Il suffit pour ce parti de procéder à la désignation du successeur d’Etienne Tshisekedi conformément à ses statuts pour que les choses soient facilitées pour «Rassop» et, bien entendu, pour les protagonistes internes et externes. Entre autres le quartet «Ua-Onu-Ue-Oif» qui, dans sa déclaration commune du 16 février 2016, «notent que six semaines après avoir convenu des modalités de gestion de la période de transition devant conduire à la tenue d’élections paisibles et crédibles en décembre 2017, les parties n’ont toujours pas conclu les discussions sur la mise en œuvre effective de cet Accord » et considèrent que «Cette situation porte en elle le risque de saper la volonté politique qui a permis la signature de l’Accord du 31 décembre».

En effet, la règle étant admise, le nouveau président de l’Udps peut d’office être porté à la présidence de la plateforme et devenir le MANDANT pout la finalisation des arrangements particuliers. Après tout, l’événement essentiel est qu’Etienne Tshisekedi n’a pas désigné formellement le Premier ministre (sujet de la chronique prochaine).

Et paradoxalement, au sein de l’Udps, personne ne veut prendre l’initiative d’actionner l’article 27 des statuts. Le prétexte avancé jusque-là est celui du deuil.

De son vivant – et encore en tant que premier Congolais Docteur en droit – Etienne Tshisekedi savait que sa succession était réglée par cet article et que celui-ci était d’application aussitôt la vacance constatée le 1er février 2017.

Si on peut comprendre que vivant, il ait empêché l’Udps de se doter de l’organe statutaire dénommé «Convention Démocratique du Parti» (CDP), rien ne justifie l’observation du statu quo après son décès.

Autrement, on serait amené à penser que ce parti semble ne pas croire dans ses statuts, sa «Constitution-maison». Ce qui suppose qu’il ne croit pas dans la Constitution de la République dont il avait, d’ailleurs, boycotté le référendum en 2005.

Ni Cdp, ni Coordination des actions

Quel intérêt va alors représenter pour lui l’Accord de la Saint Sylvestre ?

Déjà, l’Acte final du conclave de Bruxelles-Genval ne lui dit pas grand-chose. La preuve est tout en s’attribuant l’initiative de cette rencontre, l’Udps s’est abstenue d’exhorter ses partenaires à doter «Rassemblement» d’un statut, moins encore d’un règlement intérieur. Pis, elle n’a pas du tout contribué à la mise en place de la «Coordination des actions, chargée d’exécuter les résolutions de la Conférence et de coordonner les actions en vue de l’avènement de l’alternance démocratique dans notre pays», organe devant se mouvoir aux côtés du «Conseil des Sages, composé de chaque partie prenante et présidée par Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba en sa qualité d’initiateur», peut-on lire au point IV relatif au «MECANISME DE SUIVI ET DE COORDINATION POUR LA MISE EN ŒUVRE DES CONCLUSIONS DE LA CONFERENCE DE GENVAL».

Le constat à faire est que sous la présidence du Sphinx de Limete, non seulement que la «CDP» n’a pas été mise en place sept ans durant, mais en plus la Coordination des actions n’a pas été mis en service au cours de ces sept derniers mois de fonctionnement de «Rassemblement».

Au final, comme relevé dans la dernière chronique, Etienne Tshisekedi a rendu toute succession impossible. Pire, avec sa mort, il prive l’Udps et «Rassemblement» de mandant !

Un coup dur pour les chantres du respect strict des textes…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

http://www.congo30juin.com

PROCHAINEMENT :

Imprévisible comme toujours

Tshisekedi n’a pas désigné le candidat Premier ministre !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s