Encore une manipulation politique. Soulèvement des «étudiants» ? Raté !

  • Que se serait-il produit si les forces de l’ordre n’avaient pas réussi à maîtriser le mouvement qui a failli envenimer la situation à Kinshasa le 18 septembre 2017, veille de l’ouverture de la 72ème session ordinaire de l’Onu et de la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement du Grand Kasaï, mais aussi des événements de septembre 2016 ?

 

Entre 10h00 et 12h00, la rumeur a pris de l’ampleur dans la capitale si bien que les parents, paniqués – et pour cause ! – sont descendus en catastrophe dans les écoles pour récupérer leurs enfants pendant que les opérateurs économiques commençaient à fermer boutique et les personnes vulnérables se barricadaient dans leurs maisons. De quoi rappeler la consigne de l’Opposition en janvier 2015. A la base, a-t-on laissé entendre, la colère des étudiants des universités et instituts supérieurs pris de peur à l’idée d’être privés de la 2ème session des examens à la suite de la radicalisation de la grève du corps professoral revendiquant notamment l’alignement de la rémunération au taux du dollar conformément à la loi de finances pour l’exercice 2017. Au même moment, les réseaux sociaux ont vu circuler de façon virale un message d’une certaine Diaspora congolaise des Etats-Unis dans le but quasi certain de perturber le séjour du Président Joseph Kabila à New York où s’ouvre à dater de ce mardi 19 septembre 2017 la 72ème assemblée générale ordinaire de l’Onu. Session en marge de laquelle est notée la présence de Moïse Katumbi et de Félix Antoine Tshilombo. Force est la tentation de lier ceci à cela…

 

Déjà, le choix de la date de la fronde «estudiantine» n’a rien de fortuit. Le 18 septembre 2017 devait s’ouvrir à Kananga la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement dans le Grand Kasaï. Placée sous le haut patronage du Chef de l’Etat,  arrivé le même jour sur place  précédé quelques heures plus tôt du Premier ministre Bruno Tshibala, cette conférence est entièrement consacrée à cinq provinces issues du découpage prévu à l’article 226 de la Constitution, en l’occurrence le Kasaï Oriental, le Kasaï, le Sankuru, Lomami  et, tout naturellement, le Kasaï Central (Kananga), point de départ, hélas !, de tristes événements entrés dans l’histoire sous le vocable «Kamwina Nsapu».

C’est finalement ce mardi 19 septembre 2017 que démarrent les travaux.

On peut de ce fait considérer que la «manifestation kinoise» est à verser au compte des actions programmées en interne et en externe pour empêcher Joseph Kabila de participer à la session des Nations Unies, car il aurait suffi de la fameuse «réaction disproportionnée» de la part des forces de l’ordre pour hypothéquer sa participation aux assises de New York.

C’est mal connaître l’homme.

Autrement dit, ce n’est pas l’activisme du tandem Katshi (lisez Katumbi-Fatshi), descendu en flammes par Bruno Tshibala dans son interview à Rfi le 17 septembre diffusée le lendemain, qui empêchera la voix officielle de la RDCongo de retentir du haut de la tribune de l’hémisphère du Palais de verre.

Sauf malhonnêteté intellectuelle

C’est ici que tout esprit cartésien est en droit de se demander pourquoi, pour autant que les adversaires internes et externes du Chef de l’Etat aient raison sur toute la ligne, l’empêcher de s’adresser à l’auditoire dressé pour la circonstance, pour la bonne et simple raison que si, par divers subterfuges, ils ne sont pas pour sa prestation, c’est qu’ils ont quelque chose de malsain à cacher.

A ce stade, personne de raisonnable ne peut avancer quoi que ce soit de ce que sera cette prestation.

On devine cependant que celle-ci va rappeler le respect de la Constitution avec ses 229 articles, à l’exception de l’alinéa 1 de l’article 5 relatif au référendum mis en bémol dans l’Accord du 31 décembre 2016.

Sur ce terrain-là, sauf malhonnêteté intellectuelle, tout le monde a conscience du fait que le Pouvoir en place en RDCongo est imbattable. D’ailleurs, si cela n’était pas le cas, «Rassemblement» première formule n’aurait pas préconisé en 2016 le fameux «régime spécial» et « Rassemblement/Limete» n’allait pas rempiler pour 2017 avec la fameuse «Transition Sans Kabila».

En définitive, sur le terrain du droit (national ou international), les adverses internes et externes de Joseph Kabila se savent désarmés.

Aussi, sont-ils à la recherche du moindre incident pour rebondir.

Et là, une fois de plus, la communauté des étudiants a failli se laisser entraîner le lundi 18 septembre 2017 dans une aventure qui, heureusement, a été bloquée nette ; les incidents majeurs ayant été évités. Le corps enseignant a vite fait de se désolidariser de ce mouvement.

Assurément, les «commanditaires» s’attendaient à un véritable soulèvement puisqu’on a entendu dans certaines chaînes de radio et de télévision des informations alarmistes faisant état de mort d’homme ici, viol d’une fillette-là, tirs à balles réelles ici et là ! Les parents se sont souvenus des événements du 20 et 21 septembre 2016.

Fait amusant : pendant que les professionnels d’observation de la «réaction disproportionnée » préparaient le monitoring, Africanews tv passait en boucle la répression brutale d’une manifestation dans un pays européen d’Asie ayant la chance, lui, de ne pas avoir l’équivalent congolais du Bcnudh.

Pour la RDCongo, les images auraient été rapidement récupérées par les réseaux Soros, la presse new yorkaise se serait chargée de les reproduire, et bien entendu, le tandem Katshi se serait frotté les mains en criant «mission réussie».

Dieu merci, le soulèvement escompté a réalisé le bel exploit d’un gros ratage !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s