BALISES. Cette com’ de la Majorité présidentielle !

En l’espace de 4 jours, la Mp s’est livrée à un exercice de communication visiblement mal planifiée, mal ficelée.

Le premier à communiquer est son porte-parole, André-Alain Atundu, «Triple A» pour les intimes. Il est passé le 14 octobre 2017 sur Top Congo Fm à la nouvelle émission «Face à Face». Le deuxième, son secrétaire général adjoint, Joseph Kokonyangi, au moyen d’une conférence de presse le 18 octobre dernier.

La mauvaise planification tient de la négligence des réseaux sociaux, ce «média» qui nous gouverne désormais parfois contre notre volonté, tout Internaute se découvrant la vocation de communicateur.

C’est la rue qui gagne en liberté, et on doit apprendre à faire avec.

Sur Top Congo Fm, par exemple, le «massacre» s’est fait en différé au travers des réactions des auditeurs par Wattsapp et par répondeur le lendemain.

Pourtant, «Triple A» a visé juste en mettant l’accent sur les turpitudes qui nous rattrapent. Nous nous sommes, en effet, découvert un nouveau sport national en matière électorale : vouloir absolument assujettir les exigences techniques de la Céni aux exigences politiques des partis et des regroupements politiques, s’agissant évidemment du fameux «+504 jours». A ce sujet, Atundu a exactement dit : «Il faut être humble devant les contraintes techniques. Nous avons fait fi des recommandations de la CENI à la cité de l’Union africaine, de même au centre interdiocésain. Aujourd’hui, nous sommes rattrapés par nos propres turpitudes imposées par le G7 et l’opposition radicalisée du Rassop».

Kokonyangi a, lui aussi, visé juste en faisant observer à Félix Antoine Tshilombo, promoteur autoproclamé du schéma «Transition Sans Kabila», que dans l’arsenal juridique congolais, «en commençant par la constitution, l’accord du 31 décembre, l’accord de la cité de l’UA, nulle part, dans ces trois documents, on ne parle d’une transition».

C’est une double argumentation solide.

Seulement voilà : la Majorité présidentielle a un problème. Le même d’ailleurs : le peu d’intérêt porté aux réseaux sociaux.

A l’exception du Pprd doté de son «armée numérique» à l’initiative de son SG Henri Mova Sakanyi, à l’exception du Cabinet du Président de la République où l’on voit le Directeur de cabinet Néhémie Mwilanya Wilondja, ses deux Adjoints Célestine Hortense Mukalay et Jean-Pierre Kambila, quelques Conseillers principaux et quelques Directeurs) le faire d’ailleurs à titre exceptionnel, rares sont les sociétaires de la plateforme à se montrer superactifs.

La tâche est plutôt laissée aux communicateurs Papy Tamba, Makolo Kotambola, Yves Kisombe et autres Daniel Makila. Certains le font même par bénévolat.

Or, en face, l’Opposition, principalement «Rassemblement/Limete», carbure à 100 % sur Facebook, Wattsapp, Twitter, Messenger, Instragram etc. Elle bombarde l’opinion de tout ce qu’elle trouve d’anti-Kabila dans les médias traditionnels : presse écrite et presse audiovisuelle nationale et étrangère. Parfois, on a même l’impression qu’elle en est l’inspiratrice. Elle fait mouche.

Tout récemment, Claude Mashala a interpellé la Mp en fustigeant sa com’ de contre-offensive focalisée sur l’Opposition pendant que celle-ci oriente la sienne vers la rue…

C’est que le problème est réel.

Que fait-on alors quand on a un problème réel ?

On ne le contourne pas. On l’affronte.

L’affront consiste à le laisser en l’état…

Omer Nsongo

@omernsongo

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s