Calendrier électoral. Rassop/Limete : à chacun ses raisons de rejet !

 

  • A l’Udps, la vraie et seule raison est que depuis 1990, ce parti n’a jamais été prêt pour les élections…

 

  • Au G7, la raison majeure est que sans l’enrôlement de Moïse Katumbi, sa participation aux élections n’a aucun sens…

 

La Céni a fini par rendre public le dimanche 5 novembre 2017 le calendrier électoral global. C’est par sa Décision n°065/CENI/BUR/17 du 05 Novembre 2017, la première séquence comprenant la présidentielle, les législatives et les provinciales est prévue le 23 décembre 2018. Aussitôt l’annonce faite, les réactions ont fusé de toutes parts. De l’Opposition radicale – Rassop/Limete en tête – la Céni, précisément Corneille Nangaa – a reçu une volée de bois vert de la part principalement de Félix Antoine Tshilombo sur Rfi et de Moïse Katumbi sur son compte twitter. Les forces politiques et sociales dont ces deux acteurs assurent le leadership se mobilisent pour dynamiter carrément le processus électoral dans son ensemble. Au motif de s’être engagées dans le fameux schéma «Transition Sans Kabila», elles réclament la mise à plat de tout ce qui touche aux élections : changement de la direction de la Céni, reprise de l’enrôlement, publication d’un nouveau calendrier électoral, et cela en six mois seulement…

 

Sur Rfi ce lundi 6 novembre 2017, Fatshi a fait une déclaration rappelant dans la forme et le fond celles de son père, Etienne Tshisekedi. Jugeant ce calendrier « inacceptable », il a renchéri : «Nous allons demander à notre peuple de réagir à cela, de résister, et de finalement chasser Kabila et sa bande de malfaiteurs» avant de surenchérir : «Nous allons demander à la communauté internationale de prendre ses responsabilités et surtout de ne pas essayer de nous convaincre de ce crime qui est en train de se passer sous nos yeux».

Sur le même média, Eve Bazaïba, pratiquement en désaccord avec Fidèle Babala, affirme : «Le peuple n’acceptera».

Radio Okapi a fait la compilation des tweets. Côté Opposition radicale, on peut retenir ceux de :

Martin Fayulu : « Le calendrier de La CENI est un non-événement pour nous. Nous demandons au Peuple de se préparer à appliquer l’art. 64. Kabila doit partir».

Moïse Katumbi : «Ce régime prédateur veut prolonger instabilité & misère du peuple. Ns n’acceptons pas ce calendrier fantaisiste. Stop. #Kabila doit partir».

Olivier Kamitatu : le régime veut «continuer à tuer et piller tranquillement». Il considère le calendrier comme «une pure provocation et une insulte à l’intelligence !» avant d’ajouter «Kabila se moque du peuple congolais en lui annonçant son cadeau de Noel pour 2018».

Félix Antoine Tshilombo rempile : «Peu importe la Ceni. Son calendrier sonnera le glas de ce régime malfaisant. Préparez-vs, Congolais, l’heure est venue de chasser J. Kabila».

Même modus operandi

Mais, à dire vrai, ce «consensus» est juste pour la forme et non pour le fond. Car, chaque acteur a ses raisons différentes de celles de l’autre.

Pour l’Udps, l’histoire renseigne que depuis 1990, ce parti est dans la logique de proclamer sa foi dans la démocratie mais tout en s’installant superbement dans celle de contester tout processus électoral (lire chronique intitulée «L’Udps jamais prête pour les élections depuis 1990»). Y sont évoqués les faits et gestes marquant sa position face aux échéances électorales en 1990, en 1996, en 2005-2006, en 2011 et tout récemment en 2016-2017.

Déduction faite est qu’à l’analyse du parcours de ce parti, «l’évidence implacable à se présenter est celle d’une organisation politique qui cherche par tous les moyens à obtenir le leadership de l’Opposition sans cependant payer le vrai prix, en l’occurrence la participation effective au processus électoral».

A l’instar du père qui créait des incidents avant, pendant et après son accession au poste de Premier ministre sous Mobutu et en a créé davantage à l’annonce d’un calendrier électoral sous Apollinaire Malu-Malu et sous Daniel Ngoyi Mulunda, le fils adopte le même modus operandi.

C’est peut-être dur de l’admettre, mais l’Udps n’est que business (prochaine chronique). Et le G7 l’a compris. D’où l’OPA sur l’actif de ce parti.

Une explication : la peur de s’engager

Evidemment, le G7 est dans une logique différente de celle de l’Udps. S’il ne veut pas d’une cohabitation sous Joseph Kabila, c’est pour des raisons d’éthique. Voici à peine deux ans qu’il a quitté la MP et s’est lancé dans une diabolisation tous azimuts du Chef de l’Etat. S’il s’est emparé au sens propre du terme du poste de président du Conseil des Sages et résolu à envoyer Félix Antoine Tshilombo à la primature, c’est pour contourner cette cohabitation qui se révèle une épreuve dure pour ses membres. D’où son schéma de 2016 d’un régime spécial sans Kabila ressemblant comme deux gouttes d’eau au schéma d’une «Transition Sans Kabila».

Aussi, un calendrier électoral qui maintiendrait en fonction le Président de la République jusqu’à l’installation effective du Président élu passe mal à ses yeux. Surtout lorsqu’en plus, aucune possibilité d’enrôlement comme électeur n’est à la portée de son candidat à la présidentielle, un certain Moïse Katumbi. Or, n’est éligible que l’électeur.

A la lumière de ce qui précède, la «fatwa» lancée à l’endroit plus de Corneille Nangaa via la Céni que de Joseph Kabila n’a qu’une explication : la peur de s’engager dans un processus électoral qui déterminera la vraie force sur le terrain.

L’interview de Jason Stearns sur Rfi le 1er novembre 2017 doit avoir fragilisé certaines convictions…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

PROCHAINEMENT

Parlons vrai et franc

L’Udps n’est que business !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s