EDITORIAL. Corneille Nangaa a vraiment du cran !

Ça ne devrait pas être un débat. Pourtant, le tête-à-tête Cenco-Ceni l’est devenu par la dynamique de salle. Lieu choisi : centre interdiocésain de Kinshasa. Le même cadre où la Médiation confiée par le Président Joseph Kabila aux Évêques catholiques a conduit à la signature de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Date : lundi le 20 novembre 2017.

***

L’événement valait bien le déplacement. Depuis la publication du calendrier électoral par la Ceni le 5 novembre, l’opinion avisée attendait la position officielle de la Cenco, appelée à se réunir en conclave vers la fin du mois de novembre.

Visiblement, elle a préféré anticiper en rendant public le rapport de sa «Mission d’Observation Electorale de Justice et Paix Congo (MOE JPC)».

Pourquoi avoir vraisemblablement précipité la prise de position ?

***

Croisons les doigts pour que ce ne soit pas une initiative planifiée. Car, dans une semaine, un évènement va se produire à Kinshasa avec incidence directe sur Abidjan : la tenue d’une manifestation publique organisée par Rassop/Limete la veille du 5ème sommet Ua-Ue dans la capitale économique ivoirienne (Lire chronique intitulée : «Vérité simple. 28 novembre : manif’ pour le 5ème sommet Ua-Ue !»).

La Cenco – dont le penchant pour Rassop/Limete est un secret de polichinelle – a comme  résolu d’apporter de l’eau au moulin des Katumbistes maintenant.

***

Que retenir alors du débat « Ceni/Cenco » du lundi 20 novembre 2017 ?

La réponse est dans les chapeaux des journaux «Le Potentiel» et «Le Phare» du mardi 21 novembre. Dans le sien, le premier note : «Corneille Nangaa a profité lundi d’une réunion organisée au siège de la Cenco pour fixer l’opinion sur les options, du reste, irréfutables levées au calendrier électoral. Pour le président de la Ceni, le cap est mis sur les élections et rien ne pourrait arrêter le train électoral. Faisant valoir son indépendance, Nangaa a également tranché sur la machine à voter : ‘C’est une décision et non une option’». Dans le sien, le second souligne : «Il n’y aura plus de discussion de date. Cette date, le 23 décembre 2018, est derrière nous. Que chacun fasse ce que l’on attend de lui’, a déclaré Corneille Nangaa, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), hier lundi 20 novembre 2017 au Centre Interdiocésain. Lors des échanges, il a ajouté que ‘la CENI a pris sa décision et nous l’assumons».

***

Au fait, Corneille Nangaa a été dire aux Evêques ses vérités que la Cenco a eu du mal à réfuter. Du timing de 504 jours évoqué respectivement à la Cité de l’Ua en octobre et au centre interdiocésain en décembre 2016 au calendrier électoral publié en novembre 2017, c’est l’expertise qui a parlé. Et encore, une expertise à la fois congolaise, étrangère et internationale !

Les organisations de la Société civile – dont les mouvements pro-démocratie – qui ont voulu transformer le tête-à-tête à un procès à charge de la Centrale électorale en ont eu pour leur compte.

Elles ont vite fait de réaliser que Corneille Nangaa a vraiment du cran…

On serait tenté de soutenir qu’il a reçu le feu vert qu’il cherchait pour finaliser le processus électoral.

Ceux qui ont la culture de la chaise vide ou de la contestation mécanique sont comme avertis.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s