BALISES. Monsengwo, alias Plan B ?

Commençons par une digression : pour avoir stigmatisé début septembre 2017 la «République des Métis», Barnabé Kikaya bin Karubi a finalement réussi son coup. Avec sa boutade, on voit de moins en moins sur des réseaux sociaux des photos de Katumbi s’affichant fièrement avec Kamitatu, Endundo, Kyungu ou Sindika.

Désormais, chacun s’arrange pour apparaître avec son compatriote de «sombre» teint. Notez qu’il n’y a rien de discriminatoire dans l’usage de ce terme.

En l’espace de trois jours (11, 12 et 13 décembre dernier), Olivier Kamitatu Etsu a été en mode selfie avec Antipas Mbusa Nyamwisi. Peu après, il s’est fait photographier avec Moïse Katumbi Chapwe certes, mais surtout avec Laurent Monsengwo Pasinya. Dans les heures à venir, ce sera peut-être avec Félix Antoine Tshisekedi sinon Denis Mukwege. Fin de la digression.

La bonne question, pour la photo actuellement en vedette, est de savoir quel message Olivier, Moïse et Laurent veulent-ils passer, et en plus à destination de qui !

Oui, l’image étant maintenant le principal outil de communication, s’exhiber dans un hall qui ressemble à une aérogare, à une gare ou à un hôtel doit avoir quelque chose de significatif. Surtout quand, au pays, monte la pression expressément entretenue par Rassop/Limete d’un côté et la Cenco de l’autre.

On sait que «Rassop/Limete» livre son baroud d’honneur pour qu’au 1er janvier 2018, la RDCongo se réveille sans Joseph Kabila à sa tête, même au prix de la mise à mort de la Constitution de laquelle, du reste, il ne reste à ses yeux qu’un article valable, pardon un alinéa valable : le 1 du 64 !

On sait aussi que la Cenco «étrenne» à dater du 14 décembre 2017 l’opération «Cloches» désapprouvée déjà par un abbé qui estime que le clocher de l’Eglise est un objet consacré et sacré. Il ne peut être utilisé à des fins politiques, surtout pas «pour faire monter vers le Très Haut le cri de révolte du peuple souffrant de Dieu en République Démocratique du Congo», comme l’affirme le Comité laïc de coordination (Clc). Espérons que les membres de cette ASBL vivent eux-mêmes dans la sainteté. Autrement, ils s’entendront dire : «Si quelqu’un détourne l’oreille pour ne pas écouter la loi, Sa prière même est une abomination». C’est en Proverbes 28 :9.

On sait également que le Clc – à ne pas confondre avec le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques au Congo (Calcc) présidé par Crispin N’landa, a le 2 décembre 2017 exigé «outre une déclaration publique du président de la République qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession, la mise en application effective de toutes les mesures de décrispation de l’Accord de la Saint-Sylvestre !», citant notamment la «Libération sans conditions de tous les détenus politiques» et la «fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation, fin du dédoublement des partis politiques, libération des espaces médiatiques». C’est un ultimatum donné au Chef de l’Etat jusqu’au 15 décembre 2017.

En guise d’avertissement, ils ont dit : «Comme en 1992, année où la marche des chrétiens avait été réprimée dans le sang par l’armée de Mobutu, les laïcs chrétiens se disent encore aujourd’hui décidés de répondre à l’appel des évêques pour soutenir le processus mis en place par l’Accord de la Saint-Sylvestre, le 31 décembre 2016».

On en viendrait – comme en 1992 effectivement – à tirer la même déduction selon laquelle «Opposition-Cenco : même cause, même combat» !

En attendant, tout esprit éveillé ne peut que se poser la question de savoir si, finalement, le fameux Plan B autrefois brandi par la Cenco n’est pas l’implication des Evêques dans la gouvernance institutionnelle. Et si Laurent Monsengwo n’en est pas l’inspirateur et l’ordonnateur !

Car, quel est le sens véritable à donner à la photo «Monsengwo-Katumbi-Kamitatu», si ce n’est celui du message Rassop/Limete à la rue congolaise : l’avènement de son sauveur en interne après Didier Reynders, le sauveur en externe !

On parie que lorsqu’on verra dans les prochaines heures la photo «Laurent-Didier», on réalisera alors que la boucle est bouclée.

Reste à savoir si, même en étant légalement en retraite et libre de se reconvertir dans la politique, l’ex-prince d’Eglise bénéficie du soutien de Rome.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s