AMUSONS-NOUS UN PEU. Le bal des « médiocres »…

Après le «bal des chauves», voici le «bal des médiocres».

En lançant à la cantonnade l’expression «Que les médiocres dégagent», le cardinal Laurent Monsengwo a suscité sur les réseaux sociaux un tsunami dont il fait le premier les frais : c’est quasiment son autorité qui en prend un coup.

Lorsque se terminera le bras de fer – car il finira bien par se terminer d’une manière ou d’une autre – l’archevêque de Kinshasa apprendra à ses dépens qu’il a entamé inutilement son aura, et cela en ratant sa sortie d’Eglise tout comme en hypothéquant son entrée sur la scène politique.

Des boulets qu’il reçoit, il y a celui de son «affairisme» dans la gestion des écoles et des formations médicales privées catholiques de Kinshasa.

Pour les écoles, pendant que d’un côté il se fait le défenseur du petit peuple, de l’autre il se constate qu’il amasse énormément d’argent sur le dos du même petit peuple avec le coût très élevé des frais scolaires au niveau primaire et secondaire.

Payables généralement en dollars américains, ces frais-là obèrent sérieusement le maigre budget des parents.

Le pire est que pour 5 ou 10 dollars de solde non encore payé alors que les parents ont déjà versé des acomptes de 300 ou 500 dollars pour un trimestre, un élève peut être privé d’examens !

Pour les formations médicales, le boulet porte sur l’inhumanité qui se constate à Bondeko et à Saint Joseph. Le malade peut mourir d’abandon, et sur une civière, au simple motif de manquer de quoi couvrir les premiers soins de santé.

Aux côtés de ces choses dures, il y a aussi des choses amusantes qu’on découvre sur les réseaux sociaux. Par exemple cette observation : «En quittant le centre Lindonge – sur l’avenue de l’Université – pour se rendre Notre Dame du Congo, le cardinal Monsengwo emprunte certainement le bd Sendwe réhabilité par des médiocres, le Bd Triomphal modernisé par les médiocres et l’avenue de Libération réaménagée par les médiocres. Il en est de même des membres de Rassop/Limete et Alliés qui font le déplacement de Notre Dame. Chacun emprunte une avenue ou un boulevard retapés par des médiocres» et cela dans une ville de Kinshasa sécurisée par «les prétendus vaillants hommes en uniforme».

Bien entendu, l’observation se termine par question inévitable : «Qui est alors le vrai médiocre ?».

D’autres allusions pleuvent sur le Net.

Résultat : pour n’avoir jamais stigmatisé ni condamné depuis 1990 la désacralisation de l’Autorité de l’Etat, de l’Autorité coutumière et de l’Autorité religieuse outre que celle des Catholiques, le cardinal Laurent Monsengwo récolte ce qu’il a laissé (se) semer.

Que la Nonciature apostolique ait mis trois longs jours avant de voler à son secours peut supposer une solidarité par dépit…

 

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s