Evénements du 31 décembre 2017. La Cenco fait dire au Pape ce qu’il n’a pas dit !

 

Voici le texte intégral tiré du site de la Cenco-RDCongo et intitulé : «Le pape François invite à agir en faveur de la RDC et d’autres pays africains dans l’instabilité» : «A cette occasion, le souverain pontife a exhorté  la communauté internationale à se préoccuper des souffrances de nombreux pays africains dont la République Démocratique du Congo. Une preuve patente de l’attention que porte Rome sur la situation de Kinshasa. Un peu plus d’une semaine après la marche pacifique des chrétiens catholiques violemment réprimée par les forces de l’ordre le 31 décembre 2017, l’Eglise catholique est déterminée à ne pas lâcher du lest en vue du changement de la donne politique en RDC. Dans cette perspective, plusieurs voies sont scrutées afin de retrouver la paix sans, de toute évidence, jeter le manche après la cognée, c’est-à-dire renoncer à l’objectif d’alternance  à la tête du pays. En effet, le pape François a relevé la situation en RDC dans sa communication devant les diplomates accrédités au Vatican, suite à la récente déclaration de l’archevêque métropolitain de Kinshasa, le cardinal Monsengwo Pasinya en marge de la marche réprimée, invitant les dirigeants «médiocres» à dégager pour que règnent la justice et la paix en RDC. Outre la RDC, le successeur de Pierre a aussi encouragé la communauté internationale à ne pas oublier les souffrances de la majeure partie du continent africain, en particulier le Soudan du Sud, la Somalie, le Nigeria et la République Centrafricaine. Des États où, a-t-il affirmé, le droit à la vie est menacé par l’exploitation abusive des ressources, le terrorisme, la prolifération des groupes armés et par des conflits persistants. Pour rappel, au mois de novembre 2017, le pape François avait consacré un temps de prière en faveur de la RDC et du Soudan du Sud en la basilique Saint-Pierre de Rome. Un temps de prière apprécié et  également observé par les fidèles catholiques de ces deux pays en communion avec le saint père.  Sous un autre prisme, ce 08 janvier, devant des ambassadeurs en poste au Vatican, le souverain pontife a tenu à ‘jeter les semences de paix dans la terre du Soudan du Sud et de la République Démocratique du Congo, et en toute terre blessée par la guerre».

Or, voici l’intégralité de l’extrait de l’homélie du Pape François devant le corps diplomatique le 8 janvier 2018 sur la situation au Sud-Soudan, en RDCongo, en Somalie, au Nigeria et en Rca : «Que la communauté internationale n’oublie pas non plus les souffrances de nombreuses parties du Continent africain, spécialement au Sud-Soudan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, au Nigéria et en République Centrafricaine, où le droit à la vie est menacé par l’exploitation abusive des ressources, par le terrorisme, par la prolifération de groupes armés et par des conflits persistants. Il ne suffit pas de s’indigner face à tant de violence. Il faut plutôt que chacun, dans son domaine propre, œuvre activement pour éradiquer les causes de la misère et pour construire des ponts de fraternité, condition fondamentale d’un développement humain authentique».

Comme on peut bien s’en rendre compte, la Cenco, tout au moins son site web, fait dire au Pape ce qu’il n’a pas dit.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s