EDITORIAL. Du Clc et de «Rassop/L», qui maîtrise qui !

Des morts, il y en a encore eu le dimanche 21 janvier 2018. Pour la Pnc, le bilan était jusque lundi 22 janvier matin de 2 morts, mais sans lien aucun avec la Marche. Pour la Monusco, il serait de 6 morts en attendant le résultat des enquêtes en cours.

Notons-le : la Mission onusienne est devenue la source de référence pour toutes les organisations internationales et tous les gouvernements occidentaux alors qu’elle a livré l’information au conditionnel.

Notons-le également : Rfi et France 24 ont justifié la marche tantôt par le respect de la Constitution et de l’Accord de la Saint Sylvestre, tantôt par le départ du Président Joseph Kabila. Thèses développées  pour la Marche du 31 décembre 2017.

Il faut avouer que le Clc a un problème de communication. Par moments, il réclame l’application intégrale ou stricte de l’Accord (sic), par moments, il proclame la lutte contre la dictature (resic).

A preuve, ces extraits des communiqués du 2 et du 17 décembre dernier 2017 ainsi que de la mise au point du 18 janvier 2018.

2 décembre 2017, le cahier des charges contient l’exigence d’une déclaration publique du Président de la République de ne pas être candidat à sa succession et la mise en application effective de toutes les mesures de décrispation politique.

17 décembre 2017, le cahier des charges s’allonge avec l’annonce de la Marche des Chrétiens pour le 31 décembre. Il est aussi question d’imposition «d’une loi électorale scélérate non fondée sur le consensus national», en plus, y lit-on, «parce que, à travers le pays, des millions de Congolais et de Congolaises, victimes des violences d’une ampleur sans précédent, disparaissent ou sont obligés de quitter leurs logis et leurs terres pour chercher refuge dans l’inconnu ; parce que les libertés les plus fondamentales continuent à être foulées au pied par le pouvoir qui n’hésite pas à tirer sur des manifestants sans armes ; parce que les opposants, les journalistes et les leaders indépendants ainsi que les activistes de défense des droits de l’homme sont injustement emprisonnés et condamnés à l’exil; parce que les richesses nationales, du sol et du sous-sol demeurent confisquées par une poignée d’individus qui ont privatisé l’ensemble des services de l’Etat; ensemble, comme le 16 février 1992, unissons nos efforts et nos forces pour dire NON à la situation actuelle, en attendant de le faire de manière plus décisive dans les urnes en 2018».

18 janvier 2018, dans sa mise au point, le Clc justifie la Marche du 21 janvier par le mot d’ordre «Libérons le pays»…

***

C’est dans cette mise au point que, invitant la population «à marcher pacifiquement à partir de votre foyer, là où vous êtes, votre quartier, votre paroisse», le Clc ajoute cette phrase suspecte : «Les autres précisions vous seront communiquées dans les jours qui suivent». Entendez les 19 et 20 janvier.

Il reste à en prendre acte : le 21 janvier 2018, aux manifestants censés être des chrétiens catholiques (puisque dans sa lettre du 15 janvier le président de la Cenco a bel et bien souligné qu’il s’agissait de leur marche) se sont substitués des politiciens ayant pris d’assaut les paroisses.

Les deux témoignages relayés par Rfi rien que pour la paroisse Saint François de Sales à Kitambo sont ceux des opposants Jean-Baptiste Sondji et Delly Sessanga. Si le premier pour la victime tuée par balle, le second pour le lien établi entre la charge de la police et le démarrage de la marche.

Une fois de plus, la manipulation l’emporte sur la vérité.

Me Magloire Baluti, avocat consulté par «Top Congo fm» sur les conditions de la Marche, a révélé – et cela est important – que la loi d’application en matière de manifestations publiques est encore celle de 1999. Il s’agit du «DÉCRET-LOI 196 portant réglementation des manifestations et des réunions publiques». La nouvelle loi initiée par Delly Sessanga pour consacrer le caractère déclaratif ne l’est pas encore.

Conséquence : la concertation est de mise entre l’Autorité publique et les organisateurs des manifestations, notamment pour déterminer l’itinéraire entre les points de départ et d’arrivée, appelés aussi points de ralliement et de chute, ainsi que pour convenir de l’encadrement.

Question : est-ce que les membres du Clc se sont présentés à l’hôtel de ville pour ce faire ?

Réponse : NON ! A en croire les membres du Clc visés par un mandat d’amener, ils ne pouvaient pas s’y rendre au risque d’être appréhendés.

Question : a-t-on vu ce mandat ?

Réponse : NON !

Pour l’heure, relevons seulement que les «5» se cachent, craignant pour leur sécurité !

***

Quand bien même ce mandat existe, le fait pour les organisateurs de ne pas répondre à l’appel de l’Autorité est d’une gravité extrême. Un leadership s’assume.

On comprendrait pareille bravade dans le chef des jeunes des mouvements comme Lucha ou Filimbi. Mais que ce soit le fait des adultes, de surcroît professeurs d’université, est un précédent fâcheux pour la société nouvelle dont le Clc se veut le bâtisseur.

En plus, on ne comprend rien de ce leadership à la Fatshi (Félix Antoine Tshilombo) consistant à envoyer les combattants affronter la Police pendant qu’on disparaît soi-même, de peur d’être pris !

Mais surtout, on ne comprend rien à une escalade allant crescendo, sans prendre en compte les efforts du Cnsa pour la concrétisation des mesures de décrispation.

On sent une main invisible.

Dans la chronique du 28 décembre 2017, la question posée a été savoir si «Le Clc saura-t-il discipliner Rassop/L et Alliés». Depuis l’entrée du Clc sur l’arène politique, les résultats sur le terrain incitent à croire que l’Opposition radicale est en train de réaliser l’effet contraire !

D’où le titre : «Du Clc et de ‘Rassop/L’, qui maîtrise qui !»…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s