AMUSONS-NOUS UN PEU. «Qui doit conférer le statut de l’Opposition dans ce pays ? Est-ce Monsieur Kabila ? Non ! »

Cette pique «stérilisante» a eu son effet : dans les réactions jusque-là enregistrées côté «Opposition radicalisée» (dixit André Alain Atundu Liongo), aucun leader ne veut répliquer. Comme si elle a mis tout le monde K.O. !

Pour info, le 26 janvier 2018, le Chef de l’Etat venait de «restituer» le contexte des négociations du centre interdiocésain proposées par la Cenco et non l’inverse.

On a toujours cru que c’est Joseph Kabila qui a sollicité le concours des Evêques pour approcher «Rassemblement». La vérité établit l’inverse : c’est la Cenco, par le canal de Mgr Marcel Utembi et Fridolin Ambongo, qui l’a rencontré pour une mission de bons offices.

On connaît la suite : les choses ont traîné en longueur et, pour le Chef de l’Etat, les partis de l’Opposition qui se sentaient exclus sont ceux ayant «levé l’option de ne pas participer aux institutions et au gouvernement».

Une année après, il est d’avis que «ce qui importe maintenant et aujourd’hui, ce n’est plus Opposition ou Majorité, Premier ministre, qui sera qui, c’est plutôt les élections, le processus électoral en cours».

Dès lors, l’objectif est l’organisation des élections qui soient «effectivement des élections apaisées, vraiment apaisées avant, pendant et surtout après les élections».

Le Chef de l’Etat s’est finalement demandé si c’est le même objectif pour tout le monde, notamment l’Eglise et la frange de l’Opposition auto-exclue.

Pour la petite histoire, depuis l’enclenchement du processus démocratique un certain 24 avril 1990, l’Opposition radicale (ou radicalisée) reste le problème numéro 1 dans le jeu démocratique !

Et, hélas, la machine est de tout temps bloquée par le principal survivant du Mpr Parti-Etat.

Avant de suivre mon regard, il est indiqué de le retenir : Mobutu avait fait la même déclaration à son époque. Laurent-Désiré Kabila également à la sienne. Et Joseph Kabila vient de le faire.

Petit rappel : en 2003, au retour de Sun City, le Rcd avait demandé à ce survivant de l’aider à l’aider.

Pas plus tard qu’au début de cette année 2018, le G7 l’a enjoint d’harmoniser les prises de position. Déjà, dans les années 1990-1997, le Pri, l’Udi, le Pdsc, l’Uféri désespéraient de son leadership. D’ailleurs, en 2011, l’Unc, l’Ufc et le Mlc ont réagi de la même manière.

Comme pour dire qu’aussi longtemps que ce survivant croira détenir un droit divin sur l’Opposition en RDCongo, eh bien l’aile radicalisée s’entendra dire la même chose…

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s