Patate chaude refilée à Reynders par Pierrello : Genval coûte très cher à Félix et à Moïse

* Ayant perdu Etienne Tshisekedi en février 2017, l’Udps a trois ailes autonomes. Elle ne peut nullement réclamer de l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre la fin du «triplement» ;

* Quant au G7, il rassure de moins en moins ses «parrains». Katumbi a conscience de perdre davantage la base katangaise en raison, entre autres, de la «défection programmée» de Gabriel Kyungu et de la démission consommée de Dany Banza. Or, le règne du diamant kasaïen devenu hypothétique, la Belgique ne voit la RDCongo qu’au travers de l’espace katangais via le cuivre, le cobalt et l’uranium…

 

Une année après la mort précipitée d’Etienne Tshisekedi, à qui son fils Félix Antoine Tshilombo et son compagnon de la 25ème heure Moïse Katimbi ont imposé un rythme de travail incompatible avec son état de santé, il reste à constater seulement qu’en interne, «Rassop/Limete» – bien que renforcée par l’Unc de Vital Kamerhe et le Mlc d’Eve Bazaïba – bat de l’aile pendant qu’en externe, son schéma d’une «Transition Sans Kabila» ne convainc personne. N’en déplaise alors au tandem «Félix-Moïse» qui, après avoir tourné en dérision l’Union africaine au cours de l’année 2017, annonce par un tweet le succès remporté à Addis-Abeba. Le Gouvernement ayant décidé de mettre sur pied une commission d’enquête sur les incidents qui se sont produits le 31 décembre 2017 et le 21 janvier 2018 à la suite des Marches des Chrétiens organisées par le Comité laïc de coordination placé sous l’autorité directe du cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, et la vérité étant en train de rattraper tout ce beau monde s’agissant de l’identification de l’institution chargée de l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre, force est de constater qu’à cause du conclave de Bruxelles tenu en juin 2016 les relations entre la République Démocratique du Congo et la Belgique continuent de se détériorer et qu’en définitive, le soutien de l’ex-métropole à l’Opposition radicalisée incarnée par le tandem Félix-Moïse se révèle un mauvais placement…

           

Lorsque le 10 décembre 2015, à Paris, le fils politico-biologique du lider maximo et le dernier gouverneur du Katanga scellent leur pacte d’entente liquidant en réalité toute possibilité du deal recherché par la Mp et l’Udps au travers des contacts préliminaires de Venise, Ibiza, Paris et Bruxelles, amorcés quelques mois plus tôt, tous les «stratèges» sont certains de la chute de Joseph Kabila au cours de l’année 2016. Ils vont se tromper.

Lorsque, du 8 au 10 juin 2016 – après le bide d’Ile de Gorée – Etienne Tshisekedi est présenté en caution politique de «Rassemblement» – alors que la veille de la rencontre Félix-Moïse à Paris il venait de dire OUI au Dialogue préconisé par le Président Joseph Kabila sous condition de le placer sous les auspices de la communauté internationale – cette chute va devenir inéluctable à leurs yeux inéluctable. Surtout dès l’instant où Thomas Pierrello va sérieusement investir dans la tenue du conclave de Bruxelles-Genval avec le concours de Didier Reynders, tous se mettent déjà à compter à rebours. Ils se trompent une fois de plus.

Et voilà que 2016 écoule, de même que 2017 sans que les «échéances» envisagées successivement à Paris et en Ile de Gorée en décembre 2015, en juin et en décembre 2016 à Bruxelles et à Kinshasa ainsi qu’en décembre 2017 encore dans la capitale congolaise ne produisent le résultat escompté.

Au contraire – comme relevé plus haut – c’est plutôt au sein de l’Udps, du G7 et de «Rassemblement» que l’ange de la mort (juste un symbole) va passer de porte à porte, tuant au propre comme au figuré les «condamnés à disparaître».

En ce début de l’année électorale 2018, le courage oblige de l’admettre : Genval a réellement coûté cher, très cher à l’Udps et au G7, et par ricochet à «Rassop».

Voici comment…

MCK, un homme seul

De tous les acteurs à s’en réclamer, le plus malheureux, on s’en doute, est Moïse Katumbi Chapwe, MKC. Il est vrai qu’on ne peut pas entrer dans son cœur ni dans son esprit, moins encore dans son âme pour ausculter le drame intérieur qu’il vit.

Homme d’affaires dit prospère, MKC a le sens exact du dicton «times is money». Son champ opérationnel étant le territoire congolais, plus précisément le Katanga – on ne lui connaît pas une charcuterie à Zongo, une pharmacie à Songololo ou des champs à Ngandajika – il a conscience du fait de ne pouvoir être un partenaire crédible pour tout investisseur américain, asiatique, européen, océanien ou africain désireux de bien s’installer au Congo, particulièrement dans l’ex-province cuprifère, pendant cette période.

Or, plus il est en exil, plus il est isolé du monde des affaires ! Et tant que Joseph Kabila est là, ses préoccupations concernent moins la population (lisez la démocratie) que les marchés qu’il est en train de rater !

On peut à la limite le supposer qu’il est un homme seul !

D’ailleurs, il ne peut que l’être car politiquement parlant, le temps joue en sa défaveur.

Si en 2015 et en 2016, dans l’ambiance suscitée par sa bravade pour les uns, sa bravoure pour les autres, la donne «géopolitique» a quelque peu été oubliée, en 2017 et surtout maintenant en 2018 – année électorale – cette donne comme à prendre corps.

Dans ce contexte, MCK réalise qu’il sert simplement de bras séculier pour les «décideurs» qui sont en train lui faire jouer auprès de Joseph Kabila le rôle joué autrefois par Mobutu auprès de Lumumba, de Tshisekedi auprès de Mobutu, de Bizima auprès de L-D. Kabila !

Comme un requiem anticipé

Et Félix Antoine Tshilombo, dans tout cela ?

N’ayant pour seul mérite que le fait d’être le fils de son père, Fatshi connaît un problème de leadership qui va se résoudre soit par la disparition pure et simple de l’Udps, soit par une reprise en mains du parti mais sans y exercer un rôle majeur.

En effet, disait Albert Moleka, Etienne Tshisekedi est trop grand pour son parti.

Le 1er février 2018, Félix a eu la première, la grande et peut-être la dernière occasion  d’assumer l’actif et le passif de la gestion de feu son père. Il aurait dû tendre sa main à tous les «exclus» et «auto-exclus», quitte à ces derniers de réagir négativement et, pour lui, d’en sortir grand.

Hélas !, à l’instar de Robaon (fils du roi Salomon), Félix Antoine Tshilombo préfère le conseil des jeunes comme Jean-Marc Kabund et Peter Kazadi à celui des vieillards comme Joseph Kapika. Il s’est lancé dans l’entreprise de détruire systématiquement le réseau construit par son père, perdant de vue que l’Udps a pour géniteur originel non pas Etienne Tshisekedi mais le Mpr Parti Etat.

Et comme tout ce que le système de monopartisme a généré en termes de formations politiques après le 24 avril 1990, l’Udps se condamne à disparaître de la même manière que le Mpr fait privé, le Pdsc, le Fcn, l’Udi etc. Les trois messes dites le 1er février 2018 en mémoire du lider maximo à Notre Dame du Congo (Udps/Fatshi), à Notre Dame de Fatima (Udps/Tshibala) et à Notre Dame d’Afrique (Udps/Mubake) résonnent en requiem anticipé…

Décevoir bien des protagonistes

Aussi, les «hellènes» qui réfléchissent généralement à long terme – contrairement aux «nègres» qui réfléchissent à court terme – sont immanquablement en train de procéder à l’Après-Félix/Moïse dans la perspective des élections de décembre 2018. Car l’enjeu premier et principal n’est pas tellement l’alternance censée résulter de la présidentielle. C’est aussi et surtout la capacité du leadership issu des élections de préserver l’unité nationale. Cette machine-là (une grosse artillerie), «Rassop/Limete» semble ni la disposer, ni en disposer.

C’est peut-être la raison pour laquelle il y a cette diversion signée «Comité laïc de coordination» parce que rien de sensé n’explique ce gros mensonge de faire porter au Président Joseph Kabila, à la Mp et au Gouvernement la responsabilité de l’application de l’Accord du 31 décembre 2016 alors que c’est le travail du Cnsa dont, d’ailleurs, la Cenco est membre d’office (lire article intitulé «Halte à la manip’ : C’est le Cnsa et Kabila qui applique l’Accord». Question de trouver mieux…

Genval est donc en train de décevoir bien des protagonistes.

En interne comme en externe…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

 

PROCHAINEMENT

Halte à la manip’ 

C’est le Cnsa et non Kabila qui applique l’Accord !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s