Souvenir, souvenirs… Augustin Katumba Mwanke, six ans déjà !

Ce lundi 12 février 2018, ils seront-là, réunis pour la circonstance, en sa mémoire, à Sacre-Cœur de la Gombe. Notamment les rescapés du crash survenu à l’aéroport de Kavumu, à Bukavu, le 12 février 2012. Soixante et treize (73) jours après les échéances du 28 novembre 2011. Cas de Marcellin Cishambo et d’Antoine Ghonda.

Ils seront-là, fidèles parmi les fidèles : Moïse Ekanga et Jean-Claude Eale. Rejoints par la haute direction du Pprd avec Aubin Minaku le président de l’Assemblée nationale et Henri Mova Sakanyi le secrétaire général du parti, pour ne citer que les deux, question de ne pas créer des susceptibilités.

Ils seront là aux côtés des anonymes pour entendre la sixième oraison funèbre, suivie peut-être d’autres témoignages.

Et il y aura naturellement des absents. Les uns parce que pris sur d’autres programmes. Les autres parce qu’un jour, le chemin croisé sur le banc de l’école, autour du feu de scout ou d’un repas, voire chez une personnalité de grande envergure, a résolu de séparer les séparables !

Car, c’est cela aussi, la volonté, que dis-je ?, l’œuvre de la mort. Physique ou morale.

***

Comme en février 2016 – année du lancement du site www.congo30juin.com – nous ne cesserons jamais de remercier l’homme qui nous a permis de réaliser le vieux rêve de créer ce média. La circonstance est indiquée pour lui renouveler nos remerciements.

Effectivement, à l’occasion de la célébration du 4ème anniversaire de la mort d’Augustin Katumba Mwanke le 12 février 2016, nous avions ouvert une page d’histoire. Celle de la journée folle du 26 novembre 2011. Le jour où Kinshasa avait failli basculer dans l’horreur. Et le pays voler probablement en éclats.

Le 26 janvier 2018, le Président Joseph Kabila y a fait allusion lors de sa conversation avec la presse. «...en 2006, on avait presque la même situation des manifestations. 2011, c’était même pire : un candidat aux élections présidentielles était empêché de tenir son meeting de campagne dans cette ville par les militants d’un autre parti politique. Ce candidat, c’était M. Joseph Kabila», a-t-il dit.

***

Oui, ce jour-là, nous étions présents à l’aéroport international de Ndjili, côté salon VIP, pour couvrir le retour du candidat n°3 en provenance de Matadi et la cérémonie de clôture de la campagne électorale. Nous avions vu Augustin Katumba Mwanke accroché trop longtemps au téléphone.

Dès qu’il avait terminé, il avait fait appel à André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa.

Et lorsque ce dernier s’approcha de la presse, c’était pour annoncer l’annulation de toutes les manifestations prévues dans la capitale dans le cadre de la clôture de la campagne électorale.

Pour mémoire, le Pprd avait loué le stade des Martyrs. L’Unc le stade Tata Raphaël. L’Ufc le vélodrome de Kitambo. Le Mlc rien puisqu’étant sans candidat pour la présidentielle.

Fait notable : l’Udps n’avait prévu aucun lieu de rassemblement pour le meeting final du lider maximo.

On l’apprendra peu après : AKM avait réussi l’exploit de convaincre Joseph Kabila de dérouter son avion sur l’aérodrome de Ndolo. Et plus tard l’avion d’Etienne Tshisekedi devait atterrir au même endroit.

Motif : sécurité publique et sécurisation du processus électoral.

La vidéo est là : on y voit le lider maximo descendre péniblement de l’avion. Fulminant de colère à l’endroit de Joseph Kabila et d’André Kimbuta, il se dirige vers la Jeep avec pour conducteur un certain Samy Badibanga (eh oui !) et décider de se rendre à l’aéroport international de Ndjili pendant que son parti avait annoncé un meeting sans en indiquer l’endroit. Dès lors qu’il était déjà au-delà de 16h00, personne de raisonnable ne le voyait atteindre l’aéroport de Ndjili, et de là redescendre on ne sait vers quel stade et y prononcer en pleine nuit son discours.

***

Des incidents ? Il y en avait eu, ce jour-là.

Déjà, à la hauteur du pont Matete, au siège du Palu, Gizengistes et Tshisekedistes s’étaient affrontés. Le Parti d’Antoine Gizenga avait enregistré des pertes en vies humaines.

De la 7ème rue à Limete (Place commerciale) à l’entrée principale de l’aéroport international de Ndjili, les Tshisekedistes faisaient régner leur loi. Celle de la terreur. Les Kabilistes arrivés au salon VIP étaient en sang, les véhicules avec vitres et phares brisés.

La tension allant crescendo, ordre avait été donné aux Kabilistes de quitter le stade des Martyrs et de rentrer en discipline chacun chez soi, avec consigne de ne réagir à aucune provocation. Objectif : préserver la paix pour garantir la tenue des élections.

On imagine bien ce qui se serait produit en cas d’affrontements.

En réalité, l’Udps ne voulait pas de ces échéances.

Vraisemblablement, ce parti tenait à créer des incidents qui aboutiraient à l’annulation pure et simple de la présidentielle et des législatives du 28 novembre 2011.

Deux hommes avaient tenu à ce que ces échéances se déroulassent : Joseph Kabila, candidat n°3, et Augustin Katumba Mwanke, «directeur» de la campagne électorale présidentielle.

Chaque 12 février, AKM a droit à des hommages de la part des siens.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s