AMUSONS-NOUS UN PEU ! Udps-G7, fissures perceptibles…

Petit et bon rappel des faits. Le 9 janvier 2018, s’adressant, par une lettre publiée dans les médias, à Félix Antoine Tshilombo,  président de « Rassemblement », le G7 réclame la convocation, « sans tarder», d’une réunion «des composantes de notre famille politique dans le format le plus approprié».

Il considère qu’«A cette étape importante de notre lutte commune pour la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays, il est fondamental que nos points de vue soient toujours harmonisés sur les questions essentielles notamment de stratégie et de communication de manière à renforcer notre unité et l’efficacité de notre actions».

Dans cette lettre, Pierre Lumbi est d’avis qu’il «convient que nous ayons le même entendement sur le sort de l’Accord politique et inclusif du 31 décembre 2016 à la date de ce jour ainsi que sur les voies et moyens d’atteindre l’objectif stratégique de la ‘transition sans Kabila’. Nous devrions aussi convenir des éléments de langage à tenir quant à ce».

Bien entendu, le G7 lui sait gré «de bien vouloir accorder à la présente toute l’attention et la diligence qu’elle requiert».

A la base de cette passe d’armes qui ne dit pas son nom, il y a l’interprétation différente, mieux opposée, que l’Udps et le G7 se font de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Pour l’Udps, l’Accord a cessé d’exister au 31 décembre 2017 au motif que sa durée était d’une année. Pour le G7, l’Accord reste en vigueur du fait de la durée déterminée au point I.1.2. selon lequel «Période préélectorale et électorale : la période de temps qui va de la signature du présent Accord jusqu’à l’installation effective des Institutions issues des élections».

En d’autres mots, si l’Udps est pour la «Transition Sans Transition», le G7 – qui se veut à l’écoute de la communauté internationale – n’y est pas totalement acquis.

A entendre alors Jean-Marc Kabund déclarer à la cantonade le 15 février 2018 «Après le départ Kabila, l’UDPS est résolument déterminé à jouer un rôle de premier plan dans ce pays. Nous ne laisserons plus de temps. Nous n’accepterons plus de servir des marchepieds. Trente-six ans, c’est beaucoup», l’évidence qui s’établit d’elle-même est que Fatshi doit avoir superbement ignoré l’initiative du G7 du 9 janvier 2018.

Reste maintenant à savoir à qui le secrétaire général de l’Udps a adressé sa «menace».

Dès lors que ce n’est pas à la Majorité présidentielle, et du moment que ce n’est ni à l’Opposition républicaine, ni à l’Opposition modérée ou encore à l’Opposition citoyenne, on peut déduire que c’est l’Opposition radicalisée (lire chronique intitulée « Fidèle à son stratagème, l’Udps en voie de lâcher ‘Rassop/L et Alliés’!».

C’est son modus operandi, alias «constance», depuis 1990.

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s