REVUE DE PRESSE THEMATIQUE. Félix Antoine Tshilombo élu président de l’Udps

Le Phare, 2 avril 2018

Nouveau président de l’UDPS et candidat à la présidentielle : les défis de Félix Tshisekedi

Le samedi 31 mars 2018 fera date dans l’histoire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). C’est ce jour-là, en effet, que Félix Tshisekedi a été élu président de ce parti phare de l’opposition aux premières heures du matin, soit 2 heures 54’, dans le cadre d’un Congrès extraordinaire essentiellement consacré à la succession du Lider maximo, Etienne Tshisekedi.

Sorti vainqueur face à trois candidats, dont deux ont désisté en sa faveur, Félix Tshisekedi succède ainsi  à son défunt père, Etienne Tshisekedi, décédé en février 2017 dans la capitale belge. Elu par une majorité écrasante, soit 98 % de voix, au terme d’un vote à main levée, il a été automatiquement plébiscité par les mêmes congressistes ticket gagnant du parti à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Des combattants de l’UDPS venus des quatre coins de la capitale étaient en liesse, célébrant avec tambours et trompettes la victoire de celui qu’ils comptent soutenir sans réserve pour la magistrature suprême lors des élections du mois de décembre de l’année en cours.

Les défis de Félix Tshisekedi

Dans son discours d’investiture, le fils de l’opposant historique a décliné ses 5 objectifs, notamment :

-Gagner haut la main la présidentielle de décembre 2018;

-Avoir le plus grand nombre de sénateurs ;

– Conquérir la majorité des entités territoriales décentralisées ;

– Refaire l’unité du parti ;

-Réorganiser le parti.

Toutefois, le nouveau président de l’UDPS  s’est dit totalement ouvert aux alliances avec d’autres forces politiques et sociales acquises au changement, afin de maximiser les chances de gagner la bataille de l’alternance au sommet de l’Etat en décembre 2018.

Félix Tshisekedi a demandé aux cadres fédéraux et sectionnaires de se mettre au travail sans attendre les nouvelles mises en place.

Bien avant l’élection de Félix Tshisekedi, le Secrétaire général de l’UDPS et président intérimaire, Jean Marc Kabund, a procédé le vendredi 30 mars a procédé à l’ouverture du tout premier Congrès extraordinaire organisé après la mort de son leader, Etienne Tshisekedi.

Dans son allocution, il a, après avoir dressé le bilan de son bref mandat à la tête de ce parti historique, mis en garde cadres et combattants contre toute tentative de transformation de l’UDPS en bien familial et invité tous les membres du parti à oeuvrer à l’unisson, car ce parti est un patrimoine commun.

Il a exhorté son futur président, avant la vote, à préserver ce patrimoine commun pour lequel beaucoup de Congolais ont payé de leur vie, dans la quête de l’avènement d’un Etat de droit et d’un changement de gouvernance à son sommet.

Invités spéciaux au Congrès extraordinaire de l’UDPS, Vital Kamerhe de l’UNC, Christophe Lutundula du G7, Jean Bertrand Ewanga de l’AR, Eve Bazaiba du MLC et aitres avaient exprimé leur soutien total à Félix Tshisekedi.

Il faut dire que l’élection de ce dernier à la tête de l’UDPS a été saluée par l’ensemble de la classe politique, toutes tendances confondues.

Dans son compte tweeter, Moise Katumbi estime que la victoire de Félix Tshisekedi qu’il appelle affectueusement « Fatshi » va favoriser davantage l’unité de l’opposition en vue de mettre un terme à la dictature en République Démocratique du Congo.

Pour Delly Sesanga, le plébiscite de Félix Tshisekedi est la preuve que l’opposition est prête pour les élections.

Patrick Kanga du PPRD a, tout en saluant l’élection de Félix Tshisekedi à la tête de l’UDPS, affirmé que l’UDPS et le PPRD, deux partis de gauche, devraient en principe se trouver dans une même coalition politique.

Eric Wemba

 

Forum des As, le 2 avril 2018

INVESTI A LA TETE DE L’UDPS POUR 5 ANS

FÉLIX TSHISEKEDI : « JE ME SENS SUFFISAMMENT APTE POUR PORTER LES ESPOIRS DES CONGOLAIS »

* Dans un twitter, François Muamba parle d’une étape majeure vers la victoire.

Sans surprise, le « Lionceau », autre sobriquet de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dit Fatshi, a été élu président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et investi candidat à la présidentielle de décembre 2018 par le Congrès extraordinaire du parti, tenu à Kinshasa du 30 au 31 mars dernier. A 54 ans, Félix Tshisekedi succède à feu son père, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le mythique chef historique de l’UDPS.

Aussitôt élu, le tout nouveau président de l’UDPS a dévoilé les grands axes de son programme. Pour FATSHI, la conquête du pouvoir figure parmi ses priorités. « Je me sens suffisamment apte pour porter les espoirs des Congolaises et des Congolais, des combattantes et des combattants de l’UDPS. Aujourd’hui, mon programme est axé sur trois choses. La première, c’est l’unité. Tous ceux qui me connaissent savent combien je suis attaché à l’unité du parti. Le deuxième volet sera l’organisation. Je vais mettre l’accent sur la formation des cadres, des jeunes et des femmes du parti. Le troisième, c’est la conquête du pouvoir. Je pense que l’UDPS a passé 36 ans dans l’opposition. Je crois que nous sommes suffisamment aptes à prendre le pouvoir à l’issue des élections qui auront lieu cette année« , a-t-il déclaré après la proclamation des résultats, le matin de samedi 31 mars.

Avec Moïse Katumbi, Fatshi forme les deux têtes d’affiche d’opposants et candidats déjà déclarés à la présidentielle de 2018. La brillante élection de Félix n’a pas échappé à Katumbi qui l’a saluée sur Twitter le même samedi. « Félicitations pour ce congrès réussi. Ta brillante élection à la tête de l’UDPS va renforcer l’unité de l’opposition. Ensemble, nous serons plus forts pour obtenir de vraies élections cette année et en finir pour de bon avec cette dictature !« .

«  Merci beaucoup cher frère Moïse. Un grand défi nous attend, j’en suis conscient. Et notre unité, qui donne le tournis à beaucoup de gens, sera la clé de voûte de cette victoire qui est certaine. Ensemble nous sommes, ensemble nous demeurerons« , a répondu M. Tshisekedi sur Twitter.

Outre Katumbi, l’élection de Fatshi a été saluée par les grandes figures de l’opposition comme François Muamba, Eve Bazaiba, Freddy Matungulu, Delly Sesanga… « Félicitations à Fatshi élu président et candidat UDPS à l’élection présidentielle. Etape majeure vers la victoire qui postule une offre d’alternance politique partagée avec le peuple autour de 3 mots clés : vision programme-leadership. Yes we can« , a twitté justement François Muamba.

Fils d’Etienne Tshisekedi, Fatshi a la lourde tâche de conduire l’héritage de son père à la magistrature suprême. L’UDPS avait boycotté la présidentielle de 2006, mais avait concouru en 2011 où elle avait réussi à placer Etienne Tshisekedi en deuxième position, à l’issue des élections dont elle avait contesté les résultats.

ASCENSION FULGURANTE

Selon son parcours que dresse le site d’informations en ligne, Actualité.cd, Fatshi est parti du président cellulaire de l’UDPS Leuven en Belgique (1993 à 1996) alors âgé de 30 ans, pour accéder à 54 ans, à la présidence de la première force de l’opposition. En 2011, il est élu député national à Mbuji-Mayi, fief imprenable de son père. Félix ne siègera pas à l’hémicycle, suivant le mot d’ordre du parti. De 2008 à 2016, il est nommé Secrétaire national aux relations extérieures de l’UDPS. Poste qu’il conservera jusqu’en août 2016 avant d’être désigné Secrétaire Général adjoint en charge des questions politiques.

Après la mort de son père, en février 2017, et à la faveur de la réorganisation du Rassemblement de l’Opposition, Félix-Tshisekedi sera porté à la tête de ce regroupement d’opposants en mars 2017. Voici qu’une année plus tard, il est élu président, en remplacement de son père.

Didier KEBONGO

 

Le Potentiel, 2 avril 2018

Élu président de l’Udps : Félix Tshisekedi désigné candidat du parti à la présidentielle 2018

C’est Tshisekedi fils qui remplace Tshisekedi père. Aussitôt après son élection à la tête de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), Félix Tshisekedi a été désigné candidat du parti à la présidentielle prévue en décembre de cette année.

Félix Tshisekedi a été élu dans la nuit de vendredi 30 à samedi 31 mars, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), le principal parti d’opposition en RDC. Il succède ainsi à son père feu Etienne Tshisekedi, l’un des fondateurs de l’Udps, décédé il y a un peu plus d’un an à Bruxelles.

Immédiatement après cette élection, les participants au congrès de l’UDPS ont voté une résolution, faisant de Félix Tshisekedi Tshilombo le candidat à la magistrature suprême pour les élections prévues en décembre prochain.

Dans la foulée, le nouveau président de l’Udps a pris la parole pour appeler à l’unité du parti. Il a également appelé les membres de ce parti emblématique au sens du pardon. «Le premier volet de mon action, c’est l’unité. Le second, ce sera l’organisation – et je mettrai l’accent sur la formation des cadres, des jeunes et des femmes. Le troisième, ce sera la conquête du pouvoir. Je crois que nous sommes suffisamment aptes à prendre le pouvoir aux élections qui auront lieu cette année», a-t-il déclaré.

Réactions

Moïse Katumbi, président de la plateforme électorale «Ensemble pour le changement» a réagi via son compte twitter en ces termes : «président Félix Antoine Tshisekedi, cher frère, félicitations pour ce congrès réussi. Ta brillante élection à la tête de l’Udps va renforcer l’unité de l’Opposition. Ensemble, nous serons plus forts pour obtenir de vraies élections cette année et en finir pour de bon avec cette dictature !».

L’Uda Originelle a, à travers un communiqué de presse signé par son président Lubaya Claudel-André, salué la tenue du Congrès de l’Udps, parti frère et ami, et félicite M. Félix Tshisekedi pour son élection en qualité de président de l’Udps et sa désignation comme candidat du parti à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018. L’Uda Originelle invite le nouveau président à poursuivre, comme il s’y était engagé, l’œuvre de reconstruction du parti laissé par le feu E.Tshisekedi d’heureuse mémoire.

La Coalition des Alliés de Tshisekedi salue l’élection de M. Félix Tshisekedi à la tête de l’Udps. «La CAT invite tous les partis politiques se réclamant de la mouvance Tshisekediste à l’occurrence l’Udps de se mettre autour d’une table afin de communier pour laver les linges sales en famille. Que cette communion consolide non seulement l’unité du parti cher au père de la démocratie congolaise, en la personne du Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, mais va à coup sûr honorer sa mémoire», a fait savoir Me Jean-Simon Mboyo, coordonnateur de la plateforme placée sous le leadership de Jean-Pierre Lisanga.

Eve Bazaïba a réagi via son compte twitter : «toutes mes félicitations à Félix A. Tshisekedi nouveau président de l’Udps. Tout mon vœu du succès et de la concrétisation de la victoire du peuple portée par le combat politique d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba ».

Martin Fayulu (twitter) : «Toutes nos félicitations à Félix Tshisekedi pour son élection en qualité de président de l’Udps. Que Dieu Tout-puissant étende sa main protectrice sur lui, le bénisse et le guide pour qu’il accomplisse dans la sagesse, la noble mission que l’Udps vient de lui confier».

Patrick Nkanga Bekonda, président national de la ligue des jeunes du PPRD, parti présidentiel, est intervenu avec élégance sur une radio locale tout comme via son compte twitter, pour féliciter Félix Tshisekedi à l’occasion de son élection à la tête de l’Udps. Pour cet acteur de la famille politique du chef de l’Etat, l’Udps comme le Pprd sont des partis de gauche qui devraient en principe former un même regroupement politique.

Pitshou Mulumba

 

Forum des As, 2 avril 2018

REFUTANT LA DECISION DU CNSA

THARCISSE LOSEKE : « LA CRISE À L’UDPS RELÈVE DES COURS ET TRIBUNAUX… »

* Selon le président délégué de la formation chère à Tshibala, l’institution dirigée par Olenghankoy a fait une interprétation partisane de l’article 26 qui régit le fonctionnement du parti en l’absence de son président.

« Le CNSA a outrepassé sa mission et ses compétences lui confiées par l’Accord de la Saint-Sylvestre en voulant trancher des questions qui relèvent des cours et tribunaux« , a soutenu Tharcisse Loseke, président délégué de l’UDPS/Tshibala, au cours d’une conférence de presse organisée vendredi 30 mars à Kinshasa.

Loseke s’insurge contre la décision prise par le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) en rapport avec le dédoublement voire le triplement de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDSP) de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Au terme d’une réunion marathon, jeudi 29 mars, l’institution dirigée par Joseph Olenghankoy a opté de ne reconnaitre que l’aile de l’UDPS qui siège à Limete sous la désormais direction de Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi .

Le camp Tshibala affirme ne pas être concerné par cette décision du CNSA, rappelant que leur formation n’a pas le problème de dédoublement en son sein. « Notre parti n’a jamais saisi le CNSA« , rage Loseke qui juge ambiguë la décision du Conseil national de suivi de l’Accord. Le seul problème, selon Tharcisse Loseke, c’était la succession à la présidence du parti après la mort de son populaire et charismatique leader, Etienne Tshisekedi.

INTERPRETATION PARTISANE DE L’ARTICLE 26

Le président délégué de l’UDPS/Tshibala dénonce « l’interprétation partisane de l’article 26 des anciens statuts de l’Udps » par le CNSA. Cette disposition régit le fonctionnement du parti pendant l’absence de son président.

« On se rend manifestement compte que le CNSA n’a pas bien lu les dispositions de cet article qui ne prête nullement à confusion« , affirme-t-il. Loseke explique que l’article dont question parle du Directoire et non d’un seul membre du Directoire à qui le CNSA reconnait abusivement les compétences de présider seul le parti après le décès du président. Il relève également que ledit article fait partie des statuts de l’UDPS tout court et non de l’UDPS/Tshisekedi qui, insiste-t-il,  » ne dispose ni des statuts, moins encore d’existence légale « .

Loseke ne comprend pas non plus le silence de l’institution dirigée par Olenghankoy quant au délai de 30 jours.

En définitive pour le camp Tshibala, la décision du CNSA attribuant la dénomination UDPS/Tshisekedi à l’aile de Jean Marc Kabund est « une blague de mauvais goût dans la mesure où ce parti est un fantôme. »

Selon Tharcisse Loseke, le document du CNSA, du point de vue de la forme, brille par son illisibilité. Il prend, selon lui, tour à tour la forme d’un procès verbal, d’un compte rendu et d’une décision. A la fin, « cette décision se termine par des recommandations et ne désigne aucune structure appropriée pour son exécution« , analyse-t-il.

L’ACCORD DE LA SAINT-SYLVESTRE VIOLE

En un mot comme en cent, pour le camp Tshibala, le CNSA n’a pas qu’outrepassé ses compétentces, l’institution a aussi violé, selon Loseke, le chapitre 5 point 4 de l’Accord du 31 décembre 2016 qui recommande que « les parties prenantes demandent au ministère ayant l’Intérieur et la Sécurité dans ses attributions de s’abstenir de se mêler de quelle que manière que ce soit ou d’arbitrer les conflits internes des partis politiques qui relèvent des cours et tribunaux… »

Quant au congrès de l’Udps/Tshisekedi qui a vu Fatshi être élu président de l’UDPS avec 98,38%, en remplacement de feu Etienne Tshisekedi, Loseke le juge d’illégal car convoqué, selon lui, par un « usurpateur ». Et donc « toutes les décisions qui sortiront de ce congrès seront nulles et de nul effet. Nous avons suffisamment démontré que ce Monsieur Jean Marc Kabund n’a ni qualité, ni titre« , avait-il soutenu le jour même de l’ouverture de ces assises.

Tharcisse Loseke a diligenté une citation directe au tribunal de paix de Kinshasa/Matete contre Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi, qu’il accuse d’avoir convoqué un congrès au nom de l’UDPS. L’affaire a été prise en délibéré, la décision de la justice attendue dans quelques jours.

Didier KEBONGO

 

Rfi, 2 avril 2018

RDC: la bataille autour du label UDPS continue

Malgré l’élection de Félix Tshisekedi à la tête de l’UDPS, les différentes forces continuent de s’affronter. L’aile dirigée par le Premier ministre Bruno Tshibala, représenté par Tharcisse Loseke, continue d’espérer l’annulation des résultats des travaux du congrès extraordinaire et par ricochet les résultats de ce vote. C’est en principe, cette semaine que le Tribunal de grande instance (TGI) de Matete va se prononcer sur la requête du camp Tshibala qui avait attaqué en faux la décision signée par le secrétaire général de l’UDPS convoquant le congrès de ce parti.

Tharcisse Loseke, président délégué de l’aile de l’UDPS conduite par le Premier ministre Bruno Tshibala, espère que la justice va annuler les résultats de l’élection qui a porté Félix Tshisekedi à la tête de l’UDPS. Pour lui et ses conseils, le congrès extraordinaire convoqué par le secrétaire général Jean-Marc Kabund au cours duquel l’élection a été organisée était illégal.

Maitre Paulin Mukala, président du collectif des avocats de Tharcisse Loseke, affirme même que les décisions qui ont été prises par ce congrès seront « nulles et de nul effet ». «Il y a le principe de l’antériorité. C’est l’action déposée au tribunal qui précède la tenue de ce congrès. Et même si par la suite le congrès est tenu, cette décision pourra toujours agir contre tout ce qui va être pris comme résolution au niveau de cette messe noire».

Du côté de l’UDPS-Tshisekedi, on ne voit pas comment la justice pourra donner raison au camp Loseke-Tshibala. «Je refuse d’envisager cette hypothèse dans la mesure où le droit est de notre côté. Il est impossible de penser à ce stade que le tribunal pourra aller dans le sens de Loseke qui est dépourvu de tous les moyens légaux », dit maître Peter Kazadi, membre du collectif des avocats.

Une troisième aile de l’UDPS, celle dirigée par Valentin Mubake, ne reconnait pas non plus les résultats de ce congrès. Jeudi dernier, le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) avait pourtant tranché en faveur de l’UDPS dirigée par le secrétaire général Jean-Marc Kabund.

Le CNSA avait recommandé au camp Tshibala-Loseke de créer un nouveau parti et de choisir une autre dénomination. La même recommandation avait été faite à l’endroit de Valentin Mubake et de Corneille Mulumba.

 

Radio Okapi, 1er décembre 2018

Félix Tshisekedi : «L’objectif que je m’assigne est la conquête du pouvoir aux scrutins du 23 décembre»

Félix Tshisekedi, qui a été investi président du parti politique Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) samedi 31 mars s’est fixé pour objectif de remporter les élections présidentielles du 23 décembre. Il a fait cette annonce lors de son discours d’investiture au siège du parti à Kinshasa.

«L’un des objectifs que je m’assigne est naturellement la conquête du pouvoir aux scrutins du 23 décembre prochain. D’aucuns accusent l’UDPS d’avoir mené durant des années un combat politique stérile et de ne pas accéder au pouvoir. Cette fois-ci, aux fins des conquêtes effectives du pouvoir, nous nourrissons des ambitions électorales légitimes : gagner haut la main la présidentielle, avoir le plus grand nombre des députés provinciaux et nationaux, compter le nombre le plus élevé des gouverneurs des provinces, avoir le plus grand nombre des sénateurs. Je fais un appel solennel à toutes les forces acquises au changement de se mettre ensemble pour obtenir l’alternance démocratique», a affirmé Félix Tshisekedi.

Le nouveau président de l’UDPS Felix Tshisekedi a promis de continuer l’œuvre laissée par son prédécesseur, Etienne Tshisekedi. Il note que son offre politique par rapport au parti vise aussi à organiser, consolider et élargir l’encrage national du parti.

«Cet objectif est à notre portée. Il est atteignable. Il nous suffit de redynamiser le parti, de garantir en permanence son unité, de renforcer les capacités d’analyse, de réflexion de nos cadres, de mobiliser les moyens financiers, …», a argumenté M.  Tshisekedi.

Selon lui, son parti est ouvert à des alliances avec des partenaires avec qui ils feront des choses ensemble.

  1. Tshisekedi vise aussi à mener une action internationale afin de connecter l’UDPS à certains partenaires et soutiens extérieurs.

Felix Tshisekedi a été élu président de l’UDPS à l’issue du vote qui s’est déroulé dans la nuit de vendredi 30 mars. Le fils du feu Etienne Tshisekedi a obtenu 790 voix (soit 98,38%) contre 8 pour son challenger, Guy Bao.

 

7sur7.cd : 31 mars 2018

  1. Kibassa félicite F. Tshisekedi et voit en son élection le point de départ de l’unité de l’opposition

L’élection de Félix Tshisekedi à la tête de l’UDPS ne cesse de susciter des réactions au sein de la classe politique et sociale.

Président de l’UDPS/ Kibassa, Augustin Kibassa Maliba a vivement félicité le nouveau président de l’UDPS et candidat déclaré à la présidentielle de décembre 2018. Il espère que l’élection de Félix Tshisekedi sera le point de départ de l’unité de l’opposition.

Tout en félicitant « son frère » Félix Tshisekedi, ce dernier indique que le souhait de son parti était de voir l’UDPS avoir un dirigeant qui incarne les valeurs de ce parti historique.

« Le souhait de l’UDPS Kibassa était de voir un parti frère avoir un successeur digne qui incarne les valeurs de l’UDPS », a-t-il dit.

Pour Augustin Kibassa Maliba l’heure a sonné pour que l’UDPS dirige le pays à tous les niveaux.

« Cela ne sera possible que grâce à vous Peuple Congolais », avertit-il.

S’agissant de l’alliance entre l’UDPS -Tshisekedi et l’UDPS-Kibassa, A. Kibassa Maliba explique qu’il n’y a pas à ce jour un parti politique qui peut prétendre être proche de l’UDPS /Tshisekedi que l’UDPS /Kibassa. «Nous sommes d’une même famille, le souhait de tout le monde c’est de nous voir ensemble, surtout que le CNSA a tout réglé», a souligné Kibassa. Et de poursuivre, «comme notre slogan l’indique l’UDPS vaincra», nous devons être ensemble pour gagner avec le peuple. Cette histoire de « aile » ne va rien nous apporter ».

«Le vrai combat de l’opposition qui consiste à réunir tout le monde, vient de commencer avec l’élection de Félix Tshisekedi qui est en même temps Candidat Président de la République aux élections du 23 décembre 2018», a conclu Kibassa Maliba.

Jeff Kaleb Hobiang

 

La Prospérité, 1er avril 2018

Investi à la tête de l’Udps/Limete. Présidentielle 2018 : Félix Tshisekedi dans la course !

Investi par les congressistes à la tête de l’Udps/Limete,  Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi se met déjà dans la peau du Dauphin d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba. ‘’Aujourd’hui, je me sens comme le vrai successeur du grand baobab, père de la démocratie, notre Président, Etienne Tshisekedi ‘’, a-t-il déclaré le 31 mars après avoir été plébiscité, tard dans la nuit du 30 au 31 comme nouveau Président de la fille ainée de l’Opposition.

De ses cinq priorités dévoilées devant les combattants et la presse, sans y aller par des petits pas, Félix Tshisekedi a déjà annoncé les couleurs : ‘’il veut la présidence de la République‘’. Et, il compte concourir aux prochaines élections afin de gagner haut la main la présidentielle de décembre 2018. Le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social –Udps- aile de Limete est convaincu d’achever la quête de ce parti durant ses 36 ans d’existence, celle de diriger le pays et de couronner l’avènement d’une réelle démocratie et d’un Etat de droits en République Démocratique du Congo. ‘’ Etienne Tshisekedi a tracé la route, il appartient maintenant à vous et moi de poursuivre l’œuvre. Nous restons ouverts aux alliances ‘’, précision d’un Félix Tshisekedi qui plante le décor du prochain combat de gladiateur pour la magistrature suprême.

Tshisekedi fils se fixe 5 objectifs à atteindre en tout : ‘’gagner haut la main la présidentielle de décembre 2018, avoir le plus grand nombre des députés provinciaux et nationaux, avoir le plus grand nombre des gouverneurs, avoir le plus grand nombre des sénateurs, conquérir la majorité des entités territoriales décentralisées’’. C’est assez compréhensible, l’ensemble de la droite ligne des objectifs signés Félix Tshisekedi tournent autour de l’enjeu majeur du moment : les élections.

3 en plus des 5

«Je me sens suffisamment apte pour porter les espoirs des Congolaises et des Congolais, des combattantes et des combattants de l’UDPS. Aujourd’hui, mon programme est axé sur trois choses. La première, c’est l’unité. Tous ceux qui me connaissent savent combien je suis attaché à l’unité du parti. Le deuxième volet sera l’organisation. Je vais mettre l’accent sur la formation des cadres, des jeunes et des femmes du parti. Le troisième, c’est la conquête du pouvoir. Je pense que l’UDPS a passé 36 ans dans l’opposition. Je crois que nous sommes suffisamment aptes à prendre le pouvoir à l’issue des élections qui auront lieu cette année», dixit Félix Tshisekedi dans la matinée du dévoilement des résultats.

Des défis

Si les idées de l’actuel numéro Un de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social sont plus que arrêtées, rien d’anormal d’ailleurs parce qu’il a été dans le bain depuis des lustres, les défis pour la réalisation de ces projets ne sont pas de l’ordre de l’acquis. Les élections sont encore à gagner. Et, par ailleurs, bien avant ce cap difficile à négocier, bien de détails sont à régler en commençant par la gestion des ambitions et la consolidation de l’unité du parti si pas, au-delà, du Rassop/Limete et même de l’Opposition sans oublier la problématique des détails logistiques.

 

La Prospérité, 1er avril 2018

Guéguerre des Udps. Verdict CNSA : pas d’accord, la CAT pour un face-à-face Tshibala-Félix Tshisekedi

La Coalition des Alliés d’Etienne Tshisekedi tape du poing sur la table quant au jugement rendu par le CNSA sur le dossier dédoublement des Udps et autres. Dans une récente déclaration livrée à la presse, la CAT réagit, en fait, aux différentes prises de positon du Président de cette institution d’appui à la démocratie censée veiller sur l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre. ‘’La coalition, des alliés d’Etienne Tshisekedi, CAT en sigle, a suivi avec consternation par voie de presse les déclarations de Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji, Président des Fonus, du Conseil des Sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement Kasa-Vubu et Président du Conseil National de Suivi de l’Accord de la CENCO ‘’, précise cette plateforme qui, clairement, exprime son désaccord au regard du verdict du CNSA sur le dossier de la guéguerre fratricide des Udps.

Pour la CAT, la décision du CNSA, donc de son Président sur cette affaire comme d’autres ne serait qu’une opération de charme lancée par Joseph Olenghankoy pour s’attirer des bonnes grâces des anciens camarades restés à Limete.

Par ailleurs, pour une solution aux disputes autour du parti laissé par Feu Etienne Tshisekedi, la CAT appelle à une rencontre entre Félix Tshisekedi, dont la désignation à la tête de l’Udps/Limete est saluée, et Bruno Tshibala Nzenzhe. Revenant sur la demande qu’aurait faite Olenghankoy et les siens pour une démission de l’actuel Premier Ministre à cause des bagarres à la Primature, la CAT dit niet. Et, en dernier lieu, note des tergiversations dans le chef de Joseph Olenghankoy en tant que numéro Un d’un CNSA toujours et encore incomplet. D’où, ce regroupement demande-t-il son remplacement dans les plus brefs délais. Veillez lire, in extenso, la déclaration de la CAT dans les lignes qui suivent.

DECLARATION POLITIQUE DE LA CAT RELATIVE AUX DIFFERENTES PRISES DES POSITIONS DE MONSIEUR JOSEPH OLENGHANKOY MUKUNDJI

La coalition des alliés d’Etienne Tshisekedi, CAT en sigle, a suivi avec consternation par voie de presse les déclarations de Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji, Président des Fonus, du Conseil des Sages du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement Kasa-Vubu et Président du Conseil National de Suivi de l’Accord de la CENCO notamment sa demande faite à son Excellence Monsieur Bruno Tshibala, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, de démissionner suite aux incidents de triste mémoire survenus à son absence à son cabinet de travail. Ensuite, de sa prise de position en rapport avec le dédoublement des partis politiques ainsi que de la décrispation de l’espace politique.

Face à ses différentes prises de position, la CAT fait des observations suivantes :

-Elle rappelle à l’opinion tant nationale qu’internationale qu’elle est signataire de l’Accord de la CENCO du 31 décembre 2016 et de l’Arrangement particulier d’avril 2017 par l’entremise de son Coordinateur et Autorité Morale, en la personne de l’Honorable Jean-Pierre Lisanga Bonganga au même tire que Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji.

– Au nom du Rassemblement, la CAT estime que pour toute question touchant au fonctionnement du CNSA et du Gouvernement de la République, les deux signataires doivent au préalable, se concerter avant toute prise de position et ce, autour de la personne de son Excellence Monsieur Bruno Tshibala, Premier Ministre, Chef du Gouvernement. La CAT est sidérée les démarches perfides de Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji tendant à fragiliser et à solder le Groupe.

– Elle constate, en outre que, pour se faire, une petite conscience, Monsieur Joseph Olenghankoy Mukundji a, pour ses intérêts égoïstes et personnels, fait les déclarations relatives au règlement de dédoublement des partis Politiques en cherchant à charmer et s’attirer la sympathie de la mouvance Tshisekediste de Limete en créant délibérément la confusion dans la classe politique.

– Tout en saluant l’élection de Monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la tête de l’Udps, la CAT invite tous les partis politiques se réclamant de la mouvance Tshisekediste en l’occurrence l’Udps, conduite par le président Félix Antoine Tshisekedi et celle dirigée par le Président Bruno Tshibala de se mettre autour d’une table afin de communier pour laver les linges sales en famille. Que cette communion consolide non seulement l’unité du parti cher au père de la démocratie congolaise, en la personne du Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, mais va à coup sûr honorer sa mémoire.

– La CAT qui a toujours combattu les déviations de Monsieur Joseph Olenghankoy avant, pendant et après sa désignation à la tête de cette Institution d’appui à la démocratie exige sa démission et son remplacement immédiat étant donné que son choix n’a jamais fait l’unanimité des autres acteurs majeurs de la scène politique congolaise n’en font pas partiez, nous citons l’UNC, l’Udps, le Mlc ainsi que le FRC.

– Pour toutes ces raisons, la CAT trouve que la démarche perfide de Monsieur Joseph Olenghankoy traduit non seulement sa volonté de nuire à l’Udps et à la carrière politique de SEM Bruno Tshibala, mais dénote aussi de son manque de respect vis-à-vis du Chef de l’Etat en voulant par des manœuvres sordides remettre en cause toute l’architecture issue de l’Accord de la Saint Sylvestre dont dépendent le CNSA et le Gouvernement d’Union Nationale.

Fait à Kinshasa, le 31 mars 2018

Pour la Coalition des Alliés d’Etienne Tshisekedi

Me Jean-Simon Mboyo

Coordonateur

Sélection

www.congo30juin.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s