Halte à la manipulation. Députés et Lucha incapables de prouver les propos du Chef de l’Etat sur les Nandé…

 * Bemba en 2006, Tshisekedi en 2011 s’étaient livrés au même exercice de faire dire au candidat Kabila ce qu’il n’a jamais dit. «Jamais deux sans trois» : voici l’affaire Nandé visiblement montée en prévision des élections de 2018…

 

Du 16 au 23 avril 2018, plusieurs personnalités politiques et un mouvement dit pro-démocratie se sont exprimés au sujet de la rencontre «Autorité morale et Députés nationaux de la Mp/Palu» organisée à la Cité de l’Union africaine. Dans le condensé réalisé à cet effet, la Rédaction de www.congo30juin.com (lire rubrique «DOCUMENTATION») reproduit successivement la «Déclaration des 13 Députés Nationaux Nande», la «Lettre ouverte aux Députés du ‘Grand Nord’ du Nord Kivu» de Léonard Kambere, la «Déclaration politique du Caucus PPRD Nord-Kivu par rapport au prétexte de certains Députés Nande de l’Opposition signataire de la récente pétition à l’Assemblée nationale et sur les propos du Chef de l’Etat», la «Déclaration n° LUCHA/2018010» intitulée «Kabila : le 1er responsable de ce qui se passe à Beni-Lubero, c’est vous-même ! et  «Moi, Honorable Mbambu Mughole Juliette, j’étais bien présente à la réunion des députés MP avec le Chef de l’Etat à la Cité de l’Union africaine»…

 

A l’origine d’une affaire manifestement en voie de montage : la lettre ouverte des 13 Députés Nande.

Au point 2, faisant état de la motion de l’honorable Paul Muhindo Mulemberi pour la déchéance du ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants Crispin Atama Tabe accusé d’incompétence en raison de la persistance de l’insécurité dans le Grand Nord, les signataires relèvent, tenez bien : «En marge de ladite motion, les échos relayés de la rencontre du Président de la République avec les Parlementaires de la Majorité Présidentielle tenue à la Cité de l’Union Africaine avant la plénière de l’Assemblée Nationale, font état de propos stigmatisant le groupe ethnique Nande». Et au point 3 : «Ces propos tenus par le Chef de l’Etat plantent le décor d’un amalgame ethniciste dangereux qui peut avoir des conséquences génocidaires dramatiques sur terrain. D’abord, ils opposent l’armée nationale (les FARDC) à une communauté ethnique, ensuite, ils sont de nature à susciter une révolte de l’opinion congolaise contre une communauté ethnique (les Nande), enfin, ils renforcent le sentiment du peuple meurtri de Beni, qui a toujours eu l’impression de faire l’objet d’une action punitive et destructive de la part du régime en place».

Ceci, le 16 avril 2018.

Le 22 avril 2018, de Beni, la cellule de communication de Lucha publie une déclaration rendant le Président Joseph Kabila responsable de l’insécurité. Le mouvement pro-démocratie «condamne fermement les propos irresponsables et incendiaires tenus par Joseph Kabila au sujet d’une communauté tribale du Nord-Kivu et de l’insécurité qui perdure dans cette partie du pays» et relève, «En effet, lors d’une réunion avec des ‘députés’ et ‘sénateurs’ issus de sa plateforme politique le 16 avril 2018 à Kinshasa, Joseph Kabila a rejeté la responsabilité des massacres dans la région de Beni sur les habitants de cette région, et spécialement sur la communauté Nande. Il est allé plus loin en insinuant que les autres communautés ethniques à travers le pays pourraient s’en prendre aux Nande qui habitent ou font le commerce dans d’autres provinces du pays, car les Nande seraient des tribalistes hostiles à la présence d’autres communautés dans les territoires de Beni et de Lubero, au Nord-Kivu».

Lucha affirme : « Pour Joseph Kabila, les Nande seraient notamment responsables de l’incendie de sa villa à Musienene (territoire de Lubero) dans la nuit du 24 au 25 décembre 2017 et de l’attaque contre sa ferme de Kabasha (territoire de Beni) le 29 mars 2018 au cours de laquelle plusieurs de ses bœufs furent emportés».

Mais, déjà, le 20 avril 2018, réagissant à la Lettre ouverte des 13 Députés nationaux Nandé, Léonard Kambere leur fait observer l’usage de «l’indicatif, comme si vous étiez à la rencontre et non au conditionnel, sous réserve de bienséance, selon les exigences de traduction, le contexte étant un élément déterminant dans la sémiotique. Tradutore, tradere. (Très souvent, celui qui traduit, trahi)».

Le même 20 avril 2018, le Caucus PPRD/Nord-Kivu dénoncent au point 2 «les accusations graves, mensongères et outrageantes à l’endroit du Président de la République, alors que, le Chef de l’Etat n’a fait que rappeler aux acteurs politiques véreux en quête de positionnement, les termes, assez expressifs, de l’article 6 de la Constitution telle que révisée, qui stipule que : « les Partis politiques concourent à l’expression du suffrage, au renforcement de la conscience nationale et à l’éducation civique » ; en les invitant au civisme du patriotisme en face des puissances qui en veulent à l’unité et à la souveraineté de notre Pays».

Le 23 avril 2018, l’honorable Juliette Mbambu Mughole s’assume dans sa réaction à la Lettre ouverte des 13 Députés nationaux Nande. «Moi Honorable Mbambu Mughole Juliette, j’étais bien présente dans la réunion des députés MP avec le Chef de l’Etat à la Cité de l’Union africaine. Le silence n’est pas synonyme d’une faiblesse. Le Chef de l’Etat n’a jamais dit que les Nande soient mal traités, d’où ils se trouvent. Non, non, non», clame-t-elle…

Le «père du mensonge» étant connu…

Qu’est-ce que alors le Président de la République a dit à ce sujet ? En toute logique, il revient – dans le cas d’espèce – aux Députés Nationaux Nandé signataires de la Lettre ouverte et au mouvement pro-démocratie Lucha de reprendre, mot à mot, les propos à l’origine de leur fronde.

Tout lectorat avisé l’aura constaté : les élus du peuple se fient à des «échos relayés» pendant que Lucha fait usage du conditionnel dans ses accusations à l’endroit du Chef de l’Etat. Preuve, si besoin est, qu’ils sont tous en train de monter de toutes pièces une affaire qui sera sans doute brandie pendant la campagne électorale.

On se souviendra, à ce sujet, qu’en 2006, Jean-Pierre Bemba s’était servi d’une affaire du genre en prétextant que le candidat Joseph Kabila avait injurié les Kinois qui, à 40 ans d’âge, vivent encore chez des parents. Il avait oublié que le Président de la République n’était arrivé au Pouvoir que cinq ans plus tôt, lorsque les Kinois avaient 35 ans, et que Laurent-Désiré Kabila ne l’a précédé que de quatre ans, lorsque les mêmes Kinois avant 31 ans. En clair, les Kabila ont trouvé des Kinois vivant encore chez les parents à 30 ans d’âge, et cela sous le règne de Mobutu, donc de la famille Bemba.

On se souviendra encore qu’en 2011, le candidat Etienne Tshisekedi avait focalisé sa campagne sur la nationalité du candidat Joseph Kabila, sous prétexte que des médias tanzaniens s’en étaient fait l’écho.

D’ailleurs, Delly Sessanga y est revenu récemment pour contrer les révélations de «Jeune Afrique» et de «Reuters» sur la nationalité italienne de Moïse Katumbi, oubliant que la presse tanzanienne concernée n’a jamais fourni la moindre preuve de la nationalité étrangère du Chef de l’Etat alors que les deux médias cités la produisent à partir de la documentation obtenue auprès autorités municipales de San Vito dei Normanni.

«Jamais deux sans trois», les forces politiques et sociales anti-Kabila et anti-Mp savent qu’avec la  nouvelle «affaire Nandé», elles entendent les priver du grand électorat constitué de Nandé présents dans plusieurs autres provinces du pays.

Le «père du mensonge» étant connu, il reste à savoir si la communauté Nandé se laissera prendre dans le piège dans lequel certains leaders sont en train de l’enfermer en pratiquant un ethnicisme susceptible de produire un effet boomerang terrible, terrifiant…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

http://www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s