SPECIAL GRAND NORD. Compilation des Déclarations sur la Communauté Nande

  • Déclaration politique des Députés nationaux Nande

Le lundi 16 avril 2018, une plénière a été convoquée régulièrement par le Président de l’Assemblée nationale pour traiter de la motion de défiance contre le Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants sur l’incapacité du Gouvernement de la République à mettre fin aux massacres des populations civiles à l’Est du pays.

En violation de l’article 148 de la Constitution et des dispositions pertinentes du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, une Députée Nationale, élue de la ville de Kalemie, en province du Tanganyika, par une motion d’ordre, a permis, selon un scenario visiblement joué d’avance, à la plénière d’empêcher l’examen de ladite motion.

Notre sens du devoir de Représentants du peuple congolais nous oblige à fixer l’opinion.

  1. Le rejet de la motion de défiance au cours de la plénière du 18 avril 2018 rejoint, sans nul doute, les autres initiatives de blocage du contrôle parlementaire en rapport avec les responsabilités à établir dans la protection et la défense des populations congolaises.

Le secteur de la défense et de la sécurité, dans ce qu’il a de redevable devant le Parlement, ne doit pas continuer à rester en marge du contrôle parlementaire.

Le fait pour l’Assemblée nationale d’étouffer tout débat public sur le massacre des populations notamment à Beni, Lubero, Rutshuru, renforce le sentiment d’abandon total d’une partie du peuple congolais livré à l’holocauste des tueurs sans foi ni loi par les plus hautes institutions de la République.

  1. En marge de ladite motion, les échos relayés de la rencontre du Président de la République avec les Parlementaires de la Majorité Présidentielle tenue à la Cité de l’Union Africaine avant la plénière de l’Assemblée Nationale, font état de propos stigmatisant le groupe ethnique Nande.
  2. Ces propos tenus par le Chef de l’Etat plantent le décor d’un amalgame ethniciste dangereux qui peut avoir des conséquences génocidaires dramatiques sur terrain. D’abord, ils opposent l’armée nationale (les FARDC) à une communauté ethnique, ensuite, ils sont de nature à susciter une révolte de l’opinion congolaise contre une communauté ethnique (les Nande), enfin, ils renforcent le sentiment du peuple meurtri de Beni, qui a toujours eu l’impression de faire l’objet d’une action punitive et destructive de la part du régime en place.
  3. Ces propos inquiètent tous les Congolais épris de paix, surtout que cette région des Grands Lacs a déjà vécu des épisodes sanglants, notamment le génocide rwandais dont la haine et la violence étaient nourries au fil des années par des discours analogues tenus librement par de hauts responsables d’un régime de triste mémoire.
  4. Il est urgent de calmer le jeu et de juguler la crise, car l’Etat, dans ses missions régaliennes, doit être à la hauteur de rassurer tout le monde.

Fait à Kinshasa, le 18 avril 2018

  1. Hon. Lusenge K. Bonane J.
  2. Hon. Muhindo Mulemberi Paul
  3. Hon. Paluku Malisse Malisawa
  4. Hon. Arsène Mwaka B.
  5. Hon. Balikwisha Juma
  6. Hon. Kambale Kalimumbalo
  7. Hon. Kiove Kola Edouard
  8. Hon. Mbindule Mitono
  9. Hon. Kiro Tsongo Grégoire
  10. Hon. Muhindo Nzangi Butondo
  11. Hon. Nelson Syayipuma
  12. Hon. Bakatshuraki Kavusa
  13. Hon. Hubert Kakule Shahetera

 

  • Lettre ouverte aux Députés du «Grand Nord» du Nord Kivu.

Honorables Députés et Chers frères,

J’ai lu, avec attention, votre «  déclaration politique des Députés Nationaux » en date du 18 avril en cours, signée par treize parlementaires Nationaux du Grand Nord du Nord Kivu. Si je vous écris maintenant, c’est parce que j’ai découvert que désormais vous détenez le mandat et qualité d’engager la communauté Nande, à laquelle j’appartiens. Information que je n’avais pas.

A ma connaissance, vous êtes des Députés Nationaux, comme le souligne bien votre déclaration. Vous n’êtes pas, s’il vous plait, des Députés des Nande, tout en étant des Nande, puisque vous n’avez pas été élus que par des Nande. Vous êtes des Députés du peuple que vous devez engager et continuer à défendre. Lorsque vous commencez à ne vous occuper que de l’unique communauté, j’estime qu’il y a dérapage.

Par ailleurs, après lecture dudit document, je me vois obliger de relever quelques constats :

  1. 13 Députés sur 29 soit 45 % des ressortissants du Grand-Nord ont signé ce document.
  2. Sur les 13 signataires, un seul est de la Majorité ; donc 12 sont de l’Opposition politique ; Ce sont des Députés Nationaux Nande de l’Opposition, et qui pis est, pas tous, puisqu’ils sont au total 17 sur 29. Ce que vous avez oublié de signaler dans votre texte, malheureusement. Vous donnez ainsi l’impression que c’est à l’unanimité que … Que non ! Honorables Députés.
  3. Vous avez écrit à l’indicatif, comme si vous étiez à la rencontre et non au conditionnel, sous réserve de bienséance, selon les exigences de traduction, le contexte étant un élément déterminant dans la sémiotique. Tradutore, tradere. (Très souvent, celui qui traduit, trahi).
  4. L’impression du contenu de la déclaration laisse transparaitre l’idée selon laquelle les 13 Parlementaires livrent le Che f de l’Etat à la vindicte populaire, comme s’il n’a jamais fait rien de bon, dans le Grand Nord. Puisque vous êtes 13, à ma qualité de l’un de ses conseillers au Cabinet, je me permets de vous rappeler 13 réalisations suivantes, parmi tant d’autres :

4.1. Contribution financière à la construction de deux auditoires de l’Université de Graben (U.C.G), à Butembo et qui portent son nom.

4.2. Fonctionnement de la direction du rectorat ainsi que de la bibliothèque de cette Université Privée, au détriment des Instituts Supérieurs officiels de la place;

4.3. Asphaltage du boulevard à quatre bandes à Butembo, le plus grand du Nord Kivu et des pays voisins ;

4.4. Nomination de deux Assistants issus de cette Université comme Conseillers à Son Cabinet à Kinshasa ;

4.5. Création de deux villes de Beni et Butembo, les plus proches du pays ;

4.6. Les villes de Beni et Butembo comptent chacune quatre communes, alors qu’elles sont moins peuplées que celles de Goma, la métropole, qui n’en a que deux. Autrement dit, tous les Bourgmestres, leurs Adjoints ainsi que les deux Maires sont tous des Nande.

4.7. A propos de l’asphaltage de 60kms de la route qui va à Kisangani, 3ième pool économique du pays, à partir de la ville de Beni, le Chef de l’Etat  a préféré qu’on commence par Beni pour relier ces deux villes.

4.8. En 2005, le Président de la République a nommé 5 Nande membres du Gouvernement, au détriment d’autres groupes ethniques du pays. Ce record jamais atteint a fait de ce peuple le groupe ethnique le mieux servi du pays. Deux ans après, il a réduit à trois, puis à deux et depuis trois ans, à un. Que cela veut dire ? le Nande ne manque pas dans un seul gouvernement du pays, alors que la nation est constituée de 244 groupes ethniques ;

4.9. De tous les ressortissants du Nord Kivu, le Nande a occupé le poste le plus élevé au Gouvernement, c’est-à-dire : deux Ministres d’Etat.

4.10. Le Nande bat le record de gender au Gouvernement de tous les groupes ethniques du Nord Kivu ;

4.11. Le Nande a déjà été plusieurs fois, Conseiller Principal du Chef de l’Etat : un homme et une femme.

4.12. Sur les 6 Conseillers issus du Nord Kivu, le Nande  totalise la moitié à Son Cabinet ;

4.13. Sur tous les 145 Territoires du pays, le Chef de l’Etat a construit sa première Résidence privée à Musienene, chez les Nande, qui malheureusement a été incendiée. Dans le territoire de Beni, il compte une Résidence privée et une ferme agropastorale que les fameux Mai-Mai attaquent chaque semaine.

Me limitant expressément à ces 13 actions énumérées, liste du reste non exhaustives,  peut-on conclure que le Président Kabila n’aime pas le Nande réellement ? Peut-on nier que le Président Kabila n’est pas homme d’actions dans  le Bunande ? Mon devoir de fonction m’astreint à la réserve de dire plus, car, si le Nande savait  quel est le degré d’intimité et d’affection que le Président de la République entretient, avec ce peuple, il regretterait ce discours inique et discourtois.

  1. Au demeurant, je commence à avoir peur de ce que l’on appelle « conséquences ». Des esprits malins vont agir un moment et faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre. Le Grand-Nord nous appartient tous : Majorité, Opposition et Société civile.
  2. Pour ma part, ladite déclaration des Députés Nationaux a occulté l’essentiel : la mission parlementaire cosmopolite sur terrain, proposée par le Chef de l’Etat. Entre une motion d’interpellation et une enquête parlementaire, qu’est-ce qui est mieux ? N’est-ce pas une occasion d’or de permettre aux élus du peuple appartenant aux différents groupes ethniques confondus, de rencontrer les représentants attitrés des communautés citées (Hutu et Nande) sur terrain pour palper du doigt, la triste réalité et proposer des solutions idoines ? Objectif : Terminer les guerres, pour le bonheur de tous. J’espère qu’il n’y a pas une fuite en avant.

J’ose croire que je ne serai pas mal compris. C’est mon droit. En démocratie, tolérance oblige. Un peu de tempérance et de modération.

Aucune ethnie dans ce pays n’est pas représentée comme telle, jusque-là, par des Députés et Sénateurs soient-ils.  Ils sont des Députés Nationaux, et  pas de Députés  Cotériques. Un autre son de cloche.

Fraternellement, vôtre.

Léonard Kambere                                                                               

Kinshasa, le 20 avril 2018

 

  • Déclaration politique du Caucus PPRD Nord-Kivu par rapport au prétexte de certains Députés Nande de l’Opposition signataire de la récente pétition à l’Assemblée nationale et sur les propos du Chef de l’Etat

 

Nous, ressortissants du Nord Kivu, membres du PPRD réunis ce vendredi 20 Avril 2018 au siège national de notre Parti à Kinshasa, en considération de la situation d’insécurité qui prévaut à l’Est de la République, particulièrement dans la Province du Nord-Kivu :

– Saluons la mémoire des populations civiles innocentes, lâchement massacrées par les forces obscures et la bravoure de nos militaires tombés sur le champ d’honneur, sous les coups de balles des ennemis de la paix et de la République ;

– Encourageons les Forces armées de la République, ainsi que leCommandant Suprême, Son Excellence Monsieur le Président de la République, le camarade Joseph KABILA KABANGE, pour les efforts de pacification de notre pays et de la lutte permanente contre sa balkanisation.

C’est pourquoi :

Après avoir suivi, dans les médias et réseaux sociaux, la déclaration politique faite par une petite frange de députés nationaux de l’opposition, qui pour la plus part, sont membres des Partis politiques des anciens seigneurs des guerres, d’avant Dialogue inter congolais de Sun City, dans laquelle, ils stigmatisent :

– Le rejet de la motion de défiance contre le Ministre de la Défense et Anciens Combattants, lors de la Plénière de l’Assemblée nationale du 16 avril 2018 sous prétexte qu’il aurait eu violation de la constitution et de leur Règlement Intérieur; alors que la motion soulevée par la députée nationale Vicky KATUMWA avait été soumise aux débats et que, c’est à toute souveraineté que cette plénière avait décidé démocratiquement dudit rejet ;

– L’étouffement de tout débat public sur les massacres successifs des populations congolaises à Beni, Lubero, Rutshuru, etc ; alors qu’il y a eu, non seulement des procès publics à Beni pendant plus d’une année et que des condamnations avaient prononcées publiquement dont certains condamnés sont proches des anciennes rebellions ; mais aussi plusieurs descentes ont été effectuées sur terrain à Beni, non seulement par le Chef de l’Etat lui-même ; mais aussi, par des membres du Gouvernement ; ainsi que, ceux du Parlement, attestés par des rapports existants.

– Aussi, faudra-t-on s’interroger comment le Président de la République qu’on accuse à tort de tous ces noms d’oiseaux, aurait plutôt, dans la conclusion de son intervention sur la sensibilisation à la cohabitation pacifique des communautés locales au Nord-Kivu, demandé au Président de l’Assemblée Nationale de diligenter une nouvelle mission parlementaire, composée essentiellement des députés nationaux originaires d’autres provinces, pour qu’ils évaluent plus objectivement la situation sécuritaire que connaissent ces populations; et plaident pour les meilleurs conditions de vie et de travail des éléments FARDC aux opérations sokola I et II.

– L’abandon total, par les plus hautes Institutions de la République, d’une partie du peuple congolais, livrée à l’holocauste des tueurs sans foi ni loi ; alors que, sauf mémoire courte de leur part, ces députés populistes, par peur d’affronter les prochaines élections fixées au 23 décembre 2018, cherchent à discréditer dans l’opinion, leurs collègues membres de la Majorité, dans l’espoir que, dans une naïveté, les populations vont mordre à leurs mensonges pour leur renouveler le mandat;

– Aussi, pour certains signataires de la fameuse motion de défiance, l’on se rappellera qu’ils ont assisté, lorsque la situation était encore très brûlante,à l’une des itinérances du Président de la République, qui le conduisit, à bord de sa jeep, de Kisangani, Beni, Butembo, Lubero, Rutshuru, Goma, en arrêtant par plusieurs villages, cités et villes, notamment, Oïcha Beni, Butembo, Kirumba, Kayna, Kanyabayonga, jusqu’aux confins du sud de Lubero, à MIRIKI pour rencontrer et compatir sans intermédiaire avec toutes ces populations victimes des massacres.

DECLARONS CE QUI SUIT :

  1. Condamnons avec la dernière énergie ces gesticulations politiciennes sans fondement, faites par une petite frange d’élus du Nord-Kivu dans le seul souci de réveiller les vieux démons du RCD qui avait scindé la province du Nord-Kivu entre les deux factions rebelles.
  2. Dénonçons les accusations graves, mensongères et outrageantes à l’endroit du Président de la République, alors que, le Chef de l’Etat n’a fait que rappeler aux acteurs politiques véreux en quête de positionnement, les termes, assez expressifs, de l’article 6 de la Constitution telle que révisée, qui stipule que : « les Partis politiques concourent à l’expression du suffrage, au renforcement de la conscience nationale et à l’éducation civique » ; en les invitant au civisme du patriotisme en face des puissances qui en veulent à l’unité et à la souveraineté de notre Pays.
  3. Appelons nos populations de tous les territoires et de toutes les tribus du Nord Kivu de résister contre la campagne d’intoxication et de désinformation tendant à affaiblir leurs liens de collaboration avec les FRDC, les services de sécurités et les institutions de la République, dans le sale but d’instaurer de nouveau le règne de la terreur, de triste mémoire dans cette province.
  4. Adressons une mise en garde sévère à tous ces acteurs politiques du Nord-Kivu, qui croient encore qu’entretenir et instrumentaliser les groupes armés locaux ils vont se faire valoir au niveau national ou mener une campagne électorale violente contre leurs adversaires.
  5. Prônons la voie du dialogue entre les acteurs politiques du Nord-Kivu comme solution durable à la paix.

Fait à Kinshasa, le 20 Avril 2018.

Pour le caucus PPRD du Nord Kivu

MALIKIDOGO Julien

Président

 

Déclaration n° LUCHA/2018010

  • Kabila : le 1er responsable de ce qui se passe à Beni-Lubero, c’est vous-même !

La LUCHA condamne fermement les propos irresponsables et incendiaires tenus par Joseph Kabila au sujet d’une communauté tribale du Nord-Kivu et de l’insécurité qui perdure dans cette partie du pays.

En effet, lors d’une réunion avec des « députés » et « sénateurs » issus de sa plateforme politique le 16 avril 2018 à Kinshasa, Joseph Kabila a rejeté la responsabilité des massacres dans la région de Beni sur les habitants de cette région, et spécialement sur la communauté Nande. Il est allé plus loin en insinuant que les autres communautés ethniques à travers le pays pourraient s’en prendre aux Nande qui habitent ou font le commerce dans d’autres provinces du pays, car les Nande seraient des tribalistes hostiles à la présence d’autres communautés dans les territoires de Beni et de Lubero, au Nord-Kivu.

Pour Joseph Kabila, les Nande seraient notamment responsables de l’incendie de sa villa à Musienene (territoire de Lubero) dans la nuit du 24 au 25 décembre 2017 et de l’attaque contre sa ferme de Kabasha (territoire de Beni) le 29 mars 2018 au cours de laquelle plusieurs de ses bœufs furent emportés.

  1. La LUCHA rappelle que les populations congolaises, et celles du Nord-Kivu en particulier, sont avant tout victimes des violences et des manipulations dont Joseph Kabila et ses complices sont les instigateurs ou qu’ils ont été incapables d’arrêter en une décennie et demi de sa présidence. Chez les Nande tout comme chez les autres communautés ethniques du Nord-Kivu, les tireurs des ficelles des violences et des groupes armés se trouvent principalement dans son propre entourage, car ils servent sa cause : celle de semer la désolation. Kabila a donc craché une fois de plus sur les victimes de sa politique incendiaire et de son incompétence. Mais il a surtout craché sur sa propre conscience, s’il en a encore une, car il est le premier responsable des massacres et de l’insécurité qui règnent dans cette partie du pays.
  2. La LUCHA rappelle à Kabila que ses maisons et ses vaches ne représentent absolument rien par rapport aux milliers de Congolais massacrés à Beni depuis 2014, aux centaines de villages incendiés, et aux centaines de milliers d’enfants, d’hommes et de femmes qui ont tout perdu et dont les larmes le hanteront jusqu’à la fin de ses jours.
  3. La LUCHA rappelle que s’il y a une chose dont les Congolaises et les Congolais sont de plus en plus conscients, c’est que la haine et les divisions, notamment ethniques, sont une des armes favorites dont se servent les prédateurs comme Joseph Kabila. Aussi la LUCHA estime-t-elle que la tentative de Kabila de stigmatiser une communauté en la rendant responsable de ses propres malheurs sera vaine et devrait être dénoncée par toute la communauté nationale. Kabila ne s’en est pas pris aux seuls Nande, il s’en est pris à notre Nation qu’il nargue et qu’il a entrepris de détruire depuis trop longtemps déjà !
  4. La LUCHA dénonce l’attitude hypocrite et tout aussi irresponsable des « députés » et « sénateurs » qui ont dénoncé les propos de Kabila et le blocage de leur motion à l’ « assemblée nationale ». Sachant bien que le parlement, en plus d’être hors-mandat donc illégitime, n’est pas plus qu’une caisse de résonnance pour Kabila et sa « majorité », continuer à y siéger c’est se rendre complices. Le courage n’est pas de crier sur les toits tout en continuant de toucher des émoluments indus sur le dos de la population : le courage et la vraie compassion avec le peuple, c’est démissionner.
  5. Enfin, la LUCHA continue d’exiger une enquête internationale sur les massacres et les crimes graves perpétrés en RDC depuis 2003, y compris dans la région de Beni, sur le modèle du projet Congo Mapping ou alors sous forme d’enquête préliminaire par le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale.

Fait à Beni, le 22/04/2018.

Pour la LUCHA,

Cellule de communication

 

Lettre ouverte des 13 Députés Nande

  • L’Honorable J. Mbambu Mughole dément les propos attribués au Président Kabila

« Moi Honorable Mbambu Mughole Juliette, j’étais bien présente dans la réunion des députés MP avec le Chef de l’Etat à la Cité de l’Union africaine. Le silence n’est pas synonyme d’une faiblesse. Le Chef de l’Etat n’a jamais dit que les Nande soient mal traités, d’où ils se trouvent. Non, non, non. Certains d’entre vous de l’Opposition m’avaient déjà promis pire que brûler la résidence du Chef de l’Etat, moi votre propre sœur Nandé, seulement parce que je suis de la Majorité présidentielle ;

«J’aujourd’hui, j’aimerais bien tenir une franche conversation avec mes Frères et Soeurs de l’Opposition et tout politique Nande qui accepterait de me lire malgré vos réactions, bonnes ou mauvaises, à mon égard.

«L’ennemi du peuple Nande ce n’est pas le Président Kabila.

«Pour les élections et le Leadership Nande, nous sommes devenus nos propres ennemis, prêts à nous entretuer, à nous auto-flageller entre nous-mêmes sans que le Président Kabila ne nous le demande.

«Nous avons poussé les ennemis de la République à profiter de nos divisions internes pour nous agenouiller, nous un si grand Peuple qui a toujours fait la fierté du Nord Kivu.

«Moi, votre sœur, j’ai plusieurs fois participé aux réunions dans lesquelles le Président Kabila a toujours présenté le peuple Nande comme un peuple modèle dans plusieurs domaines liés au  développement et à la paix, mais vous le présentez comme un tribaliste seulement parce qu’il nous demande une cohabitation pacifique des communautés. Il a bien sûr demandé à toutes les tribus du Nord Kivu, non seulement à nous les Nandes !!!

«Mes Chers Frères et Sœurs, disons nous la vérité : telle que nous sommes, entre nous, si quelqu’un brûle ta maison, telle que la grande villa de Magateso et même la mienne, par exemple, qui se trouve à Kinshasa ou à Lubumbashi, allons-nous applaudir ?

«Croyez-vous que lorsqu’on est Chef d’Etat, on devient extraterrestre ? On ne sent aucune douleur ?

«Chers collègues, vous qui avez signé la déclaration sur des propos mensongers, pouvez-vous prouvez ce que vous avez écrit et signé ?

«Allez-vous pendant combien de temps fonder votre politique sur les mensonges, les rumeurs et le populisme en outrance ???

«Pourquoi donnez-vous l’air des gens qui utilisent les tueries de Beni pour vous rendre populaires   pendant que vous êtes sans ignorer que le vrai travail, ce n’est pas ce théâtre que vous faites à la télévision et dans les réseaux sociaux ?

«Si c’est vraiment de la politique que vous faites, croyez-vous que vous venez de rendre un bon service à notre communauté ?

«Un peuple si innocent que vous ne cessez d’instrumentaliser depuis la réunification du pays.

«Est-ce que le Président Kabila qui tuait des innocents chaque 19h00 dans la ville de Butembo ?

«Etes-vous sûrs que vous venez de nous tracer un bon futur proche comme communauté ?

«Je suis votre propre sœur, je détiens des preuves dont l’un de vous m’a promis la mort pendant la prochaine campagne ! L’ennemi est peut-être dedans parmi nous aussi !

«Un autre de votre camp de l’Opposition m’a promis, sans se cacher et sans intermédiaire, qu’ils vont m’abattre, moi Mughole, l’abbé Malu Malu (paix à son âme) et le gouverneur Paluku Kahongya. L’un de nous trois est déjà mort. Celui qui me l’a promis n’est ni Tutsi ni hutu ni Luba et même Mukongo ! Mais un Nande comme moi, juste parce que je suis de la majorité !!!

«Arrêtez de mentir à la population Nande et au monde entier. Qui ne sait pas que la guerre de chez nous est un terrorisme venu d’ailleurs mais qui a basé ses racines sur tous les bandits du Nord Kivu de toutes les tribus confondues ? Qui ne sait pas que le grand nombre de militaires qui donnent leurs vies à Beni-Lubero ne sont pas que du Nord Kivu ? Mamadou que ns aimions bien était-il Nande ? Il a pourtant donné sa vie pour nous qui sommes de loin  pour lui.

«La haine tribale au Nord Kivu a été attisée par des violences après le génocide au Rwanda, avant même que le Président Kabila ne sache s’il serait Président un jour.

«Maintenant que vous brûlez les drapeaux des autres partis politiques, croyez-vous mettre vos militants, bureaux et drapeaux dans d’autres provinces en sécurité ?

«Avec la toute dernière énergie, bannissons la haine et le mépris tribal qui a  ravagé tant d’innocents au Nord Kivu et partout en RDC. Evitons de maintenir la population dans la désinformation pour ensuite la manipuler pour des finalités politiciennes.

«Dans  la vie, il y a les hauts et les bas. Ne passons pas de revers de main ce que Le Chef de l’Etat a fait pour nous les Nande jusque-là et à toute la République, car il est et reste le commandant suprême des forces armées de la RDC, l’unique personne qui fait et fera de tout son mieux pour que les massacres de Beni finissent et que le peuple Nande de Beni-Lubero et partout dans le monde retrouve le sourire pour que ce long cauchemar des massacres soit derrière nous.

«Nous demandons plutôt au Chef de l’Etat de garder toujours sa place de père pour toute la Nation et toutes les communautés de la RDC qui demeurent une grande Famille dont il est le Protecteur par excellence juste après Dieu et qui se bat pour que tout le monde soit en paix.

«Que Dieu lui accorde encore davantage la force, l’énergie pour mieux travailler malgré les épreuves liées à la charge qui est la sienne.

Votre Sœur, Honorable Mbambu Mughole Juliette

Le 23 avril 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s