Diplomatie. Alger : She Okitundu réchauffe les relations entre la RDC et l’Algérie

Sur papier, la République Algérienne Démocratique et Populaire et la République Démocratique du Congo sont respectivement premier et deuxième pays les plus grands du continent africain. Malheureusement entre ces deux géants d’Afrique, une certaine léthargie politique et diplomatique était constatée notamment suite aux différentes crises qui les ont frappé de part et d’autre notamment celle du terrorisme et des conflits politiques pour le premier dès les années 80 à fin 90 et pour le second de la fin 90 à mi 2000 avec un conflit armé régional intense. Ces évènements tragiques faisant partie du passé, il était de bon aloi que Kinshasa et Alger reprennent langue pour « réchauffer » leurs relations bilatérales dans un contexte africain de réformes et de reconfiguration stratégique international…

 

C’est le sens de l’invitation du Ministre algérien, Abdelkader Messahel à son homologue Vice-Premier Ministre, ministre des Affaires Etrangères et Intégration Régionale, Léonard She Okitundu, qui a effectué une visite de travail de deux jours, soit du 28 au 29 avril 2018, à Alger, capitale algérienne.

Au menu de la visite de courtoisie, discussion bilatérale avec son homologue et signature de deux accords, discussions sectorielles avec les ministres de l’Energie et des Mines ainsi que le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Une solidarité naturelle entre les deux pays

Reçu au Palais du Gouvernement par le Premier Ministre Ahmed Ouyhaya, She Okitundu a de prime abord transmis les salutations fraternelles du Président Joseph Kabila Kabange à son frère Abdelaziz Bouteflika de la République Algérienne Démocratique et Populaire.

Il a rappelé qu’il existait une «solidarité naturelle» entre les deux pays, notamment dans la lutte commune pour l’accession à l’indépendance contre les colonisateurs où l’Algérie fut un modèle pour bon nombre de pays africains ainsi que l’appartenance commune au Mouvement des Non Alignés, Mouvement international des pays qui refusèrent de s’aligner sur les deux blocs et dans lequel l’Algérie joua un rôle fondateur dès sa conception avec le Président Boumediene.

Le Chef de l’Exécutif algérien rappellera aussi le bon souvenir de Patrice Emery Lumumba, héros national congolais, qui apporta son soutien à la lutte de décolonisation algérienne et demeure une «figure d’inspiration» pour les algériens.

  1. Ahmed Ouyhaya a confirmé l’engagement du Gouvernement algérien à renforcer ses relations dans tous les secteurs avec la République Démocratique du Congo affirmant que les deux pays avaient des «économies complémentaires» dessinant une «perspective de coopération riche et fructueuse» qu’il soutient totalement.

Il s’est en outre dit «heureux» de constater que les préparatifs pour la tenue des élections allaient bon train et a félicité les autorités congolaises pour leur engagement à conduire le pays vers des élections. Le Premier Ministre algérien a fait part de la disponibilité de l’Algérie à soutenir la RDC dans la concrétisation de ce processus politique.

Le Vice-Premier Ministre a promis de faire un plaidoyer à Kinshasa pour que les ministres sectoriels dont les matières sont susceptibles de coopération avec l’Algérie viennent pour consolider ce partenariat Sud-Sud.

Un réchauffement diplomatique matérialisé par la signature de deux accords

« Il est important que les deux grands pays entretiennent des relations soutenues et étroites parce qu’ils comptent sur le continent africain« , a indiqué She Okitudnu à la presse au terme de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères algérien, Abdelkader Messahel.

Il a ajouté que sa visite en Algérie servait à « réchauffer » les relations entre les deux pays, soulignant que pour concrétiser cette détermination, les deux pays ont signé ce dimanche 29 avril 2018, deux cadres de coopération importants dont l’accord portant établissement de consultations politiques entre les deux Ministères sur les questions d’intérêt commun, africaines et internationales et l’accord portant création de la grande Commission Mixte RDC-Algérie avec un large spectre d’une dizaine de domaines à développer entre les deux pays allant du commerce, à l’énergie et les infrastructures.

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné que ce sont deux instruments « extrêmement importants » dans le cadre du renforcement de cette coopération que « nous voulons d’abord, entre pays africains, mais aussi une coopération qui permet à nos relations de se renforcer« .

Cette commission permettra « effectivement« , a ajouté M. She Okitundu, de matérialiser cette volonté de coopération entre les deux pays, mais en même temps d’établir un cadre de consultation régulière pour harmoniser les points de vue sur le plan international.

Pour sa part, M. Messahel a indiqué que l’entretien s’était focalisé notamment sur la « volonté partagée » des deux pays de renforcer les relations bilatérales «bonnes» sur le plan politique, notant que « nous nous concertons sur toutes les questions au niveau africain mais également au niveau des Nations unies« .

  1. Messahel a indiqué que les deux pays recelaient un potentiel économique, ajoutant que « nous sommes dans cette logique de la coopération interafricaine que nous voulons développer et il n’y a pas mieux que l’exemple d’un partenariat entre la République démocratique du Congo et l’Algérie« .

Il a relevé, par ailleurs, que ces entretiens avaient permis « un large échange de vue sur les questions qui nous interpellent, soit en Afrique Centrale, notamment la situation en Centrafrique, ou dans notre région, notamment le Mali, la Libye, la lutte antiterroriste, ou le phénomène de la migration clandestine« .

Il a aussi salué les conclusions positives du  dernier Sommet de la Double Troïka de la SADC tenu à Luanda le 25 avril dernier.

Coopération dans les domaines de l’industrie et des mines

Léonard She Okitundu s’est entretenu avec M. Youcef Yousfi, ministre de l’Industrie et des Mines qui lui a fait part des possibilités de coopération entre les deux pays dans les domaines de son département.

Pour le ministre algérien, l’industrie algérienne présente des signes positifs avec près de 6000 projets enregistrés par an et dans plusieurs domaines, notamment la construction, l’automobile avec le groupe SNVI, l’électroménager, l’énergie solaire et tant d’autres. Il a révélé certains contacts dans le domaine des transports publics entre les deux pays.

Pour sa part, le Vice-Premier ministre de RDC a rappelé que la RDC était un pays minier par excellence avec des potentialités de classe mondiale et une expérience dans le domaine. Le ministre algérien s’est dit intéressé de  bénéficier de l’expertise minière congolaise qui côtoie les majors miniers mondiaux pour les matières premières de son pays, notamment le phosphate, le fer, l’or et le diamant en indices.

Possibilité de plus de bourses pour étudiants Congolais

Clôturant son tour de table des domaines de coopération sectoriels, She Okitundu a rencontré le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, M. Tahar Hadjar. Ce dernier a rappelé que son pays octroyait près de 32 bourses annuellement aux étudiants Congolais dans plusieurs filières des universités algériennes.

Le chef de la diplomatie de RDC a remercié le Gouvernement algérien pour ce geste «fraternel» envers les étudiants Congolais, au nombre de 194 dans les universités algériennes. Le Ministre Hadjar a informé She Okitundu d’une possibilité d’augmentation de ce quota à la RDC suite au réchauffement diplomatique constaté par sa visite.

Dans les différents domaines de coopération dans ce secteur, les deux ministres ont échangé sur les possibilités de jumelage entre universités, échanges de publication, accès commun à des financements internationaux pour le renforcement des capacités des universités et des publications scientifiques.

Le ministre algérien a promis à Léonard She Okitundu de transmettre dans les meilleurs délais une invitation à ses homologues congolais pour établir un cadre de coopération dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Kinshasa et Alger ont donc par cette visite repris le train de coopération Sud-Sud bénéfique pour les deux peuples frères et amis ainsi que pour la stabilité du continent.

John Mbu Letang

Correspondance particulière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s