SPECIAL CENCO. AMUSONS-NOUS UN PEU ! Cenco : cette «mère» qui doute de son «bébé» !

Un parent responsable est celui qui assume et s’assume face à sa progéniture.

L’enfant peut naître bien portant ou mal portant, le géniteur le reconnaît en tous lieux et en toutes circonstances comme étant le sien. C’est alors qu’il inspire respect, et même admiration, voire encouragement.

Pour avoir été l’initiateur des négociations du centre interdiocésain entre «Représentants des Composantes de la Majorité Présidentielle, de l’Opposition, de la Société civile signataires de l’Accord du 18 octobre 2016 de la Cité de l’Union Africaine d’une part, et du Rassemblement, du Front pour le Respect de la Constitution et de la Société civile, parties non signataires dudit Accord, d’autre part», les Evêques membres de la Cenco savent qu’ils portent les premiers la responsabilité morale de l’application intégrale et stricte de l’Accord conclu le 31 décembre 2016.

Mieux, en acceptant d’être intégrée dans le Conseil national de suivi de l’accord (Cnsa), ils partagent avec les parties signataires la responsabilité politique et matérielle de cette application.

Or, il est établi que depuis la mise en place du Cnsa le samedi 22 juillet 2017, la Cenco se rétracte sans fournir la moindre explication à l’opinion, et cela fait tout de même une bonne dizaine de mois.

Pourtant, elle a fait de l’Accord de la Saint Sylvestre un «instrument international», poussant certaines forces politiques et sociales congolaises dites acquises au changement à en consacrent le primat sur la Constitution.

Ainsi, la Cenco ressemble-t-elle à une mère qui met au monde son enfant mais refuse de le porter pendant qu’elle exige des parties prenantes de le respecter.

Ce n’est ni un abandon, ni une démission.

C’est une irresponsabilité criminelle.

Je persiste et signe : irresponsabilité criminelle pour la bonne et simple raison qu’au nom de l’Accord de la Saint Sylvestre, les parties prenantes prennent des libertés qu’elles sont pourtant censées ne pas prendre !

De grâce, qu’il ne (nous) soit pas dit que c’est le Plan B pour lequel Crispin Nlanda, président du Calcc, a laissé récemment entendre sur la Rtnc que si ces parties franchissent la ligne rouge, les Catholiques désigneront leurs candidats, à commencer par la présidentielle.

Moralité : lorsqu’un planificateur exige des autres l’application de son plan pendant qu’il se met lui-même en retrait, c’est qu’il y a anguille sous roche…

 

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s