SPECIAL CENCO. EDITORIAL. Cenco et Luc 11:46

Et Jésus répondit : Malheur à vous aussi, docteurs de la loi ! parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et que vous ne touchez pas vous-mêmes de l’un de vos doigts».

Il n’y a rien de blasphématoire ni d’injurieux dans le recours à la Bible.

Alors, «Honni soit qui mal y pense !».

Depuis plusieurs mois, chaque appel de la Cenco en direction principalement des autorités politiques pour le respect et l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre suscite la même observation et la même question à www.congo30juin.com : qu’est-ce qui justifie la non-participation de la Hiérarchie catholique romaine rdcongolaise aux travaux du Conseil national de suivi de l’Accord, Cnsa.

L’une et l’autre s’expliquent et se justifient par la responsabilité du «Mécanisme de suivi de l’Accord politique et du Processus électoral» telle que soulignée au chapitre VI de cet acte.

L’occasion (nous) nous est aujourd’hui redonnée de revisiter ce chapitre dans ses points VI.1. (Principe sur la nature de la Structure), VI.2 (Structure chargée du suivi de la mise en œuvre), VI.2.1. (Dénomination), VI.2.2. (Composition) et VI.2.3. (Attributions).

***

Commençons par les attributions (VI.2.3). Elles sont au nombre de 8, précédées de la disposition selon laquelle «Les parties prenantes s’accordent que le CNSA aura pour mission de veiller au respect de l’Accord politique par tous les animateurs des Institutions et d’assurer le suivi ainsi que l’évaluation de sa mise en oeuvre en vue de garantir l’organisation des élections crédibles, transparentes et apaisées». Ces attributions sont :

«– Assurer le suivi du chronogramme de mise en œuvre de l’Accord;

«– Réaliser des évaluations régulières une fois tous les deux mois avec la CENI et le Gouvernement sur le processus électoral;

«– Communiquer régulièrement sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de l’Accord;

«– Formuler des recommandations respectivement au Parlement, au Gouvernement et à la CENI pour la bonne exécution de l’Accord;

«– Assurer le règlement d’éventuelles divergences nées de l’interprétation de l’Accord entre les parties prenantes et concilier leurs points de vue à cet égard;

«– Se concerter avec le Gouvernement et la CENI en vue d’harmoniser les vues quant à la réussite du processus électoral;

«– Elaborer son Règlement Intérieur sous réserve de sa conformité à la Constitution.

«– Apprécier consensuellement le temps nécessaire pour le parachèvement desdites élections avec le Gouvernement et la CENI».

Poursuivons avec la dénomination (VI.2.1.). Il y est dit : «Les parties prenantes s’accordent pour appeler cette structure d’appui à la démocratie «Conseil National de Suivi de l’Accord et du processus électoral (CNSA)».

Continuons avec les principes sur la nature de la Structure. Il y est dit : «Les parties prenantes conviennent, conformément à l’article 222 alinéa 3 de la Constitution, de mettre en place une Institution d’appui à la démocratie chargée du suivi de la mise en œuvre de l’Accord conclu entre elles. En attendant l’adoption de la Loi organique en procédure d’urgence, celle-ci est mise sur pied et fonctionne sur la base du présent Compromis».

Terminons par la composition (VI.2.2.) avec cette description : «Les parties prenantes s’accordent sur le nombre de 28 membres pour constituer le Conseil National de Suivi de l’Accord, y compris la CENCO, et sollicitent que la plénière tranche sur la répartition pour la représentativité en termes de composantes. La structure comprend 28 membres issus des parties prenantes. Elle a deux organes : une plénière et un bureau. Ce dernier aura un Président, trois Vice-Présidents, un Rapporteur et un Questeur. Il sera présidé par le président du Conseil des Sages du Rassemblement ».

***

A la lumière de cette démonstration, la Cenco a été adoptée membre d’office du Cnsa avant même les autres composantes ou sous-composantes de la Société civile.

Paradoxalement, elle n’en fait pas partie.

Conséquence : elle ressemble exactement aux Pharisiens ayant chargé les parties prenantes de «fardeaux difficiles à porter» auxquels personne d’entre les Evêques ne veut toucher par l’un de ses doigts.

Au contraire, la Cenco se donne le bon et beau rôle d’agiter la rue plus contre le Pouvoir que l’Opposition avec pour prétexte l’application intégrale et stricte de l’Accord de la Saint Sylvestre qui, pour rappel, est son œuvre, son «bébé» (lire AMUSONS-NOUS UN PEU).

On se doit bien de se demander en quoi une mère, qui met en doute son enfant, est réellement responsable !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s