AMUSONS-NOUS UN PEU… Quoi ? Accord politique béni ?

Dans la dernière livraison (dimanche 27 mai 2018), la sous-rubrique « AMUSONS-NOUS UN PEU ! » a été consacrée à la Cenco et au Cnsa sous le titre « Cenco : cette ‘mère’ qui doute de son ‘bébé’».

Après la déclaration, à Paris, du Président Joao Lourenco de l’Angola selon laquelle «L’accord de la Saint-Sylvestre a été béni par l’Eglise» et que «Tout ce qui est béni doit être respecté», forte est l’envie de demander aux Évêques impliqués dans l’Accord du 31 décembre 2016 s’ils sont convaincus, eux, d’être du même avis.

En effet, ils se contredisent en enjoignant les parties prenantes, principalement celles – recomposées – signataires de l’Accord du 18 octobre 2016 – à respecter cet accord pendant qu’ils le violent délibérément eux-mêmes du fait de boycotter le Cnsa.

Pour rappel, la Cenco en est membre d’office.

En vérité, la Conférence épiscopale ne rejoint pas cette institution d’appui à la démocratie pour ne pas s’impliquer dans l’exécution des attributions du Cnsa dont l’essentiel se résume dans la «mission de veiller au respect de l’Accord politique par tous les animateurs des Institutions et d’assurer le suivi ainsi que l’évaluation de sa mise en oeuvre en vue de garantir l’organisation des élections crédibles, transparentes et apaisées».

En clair, contrairement à la thèse abusivement soutenue jusque-là, l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre ne relève nullement des Institutions «Président de la République», «Assemblée nationale», «Sénat» et «Gouvernement».

La charge revient au Cnsa.

En clair, la Cenco ne veut pas porter la responsabilité d’un Accord dont elle est pourtant à la fois initiatrice et maître d’œuvre. Comme pour dire qu’elle n’y a jamais cru, elle-même ! D’où l’allusion aux Pharisiens cités en Luc 11:46, verset ainsi rendu : «Et Jésus répondit : Malheur à vous aussi, docteurs de la loi ! parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et que vous ne touchez pas vous-mêmes de l’un de vos doigts».

Fervent catholique, le Président angolais Joâo Lourenço sait interpréter ce verset et admettre que l’Accord béni par l’Eglise catholique romaine de la RDCongo ne l’est pas en réalité.

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s