BALISES. Enfants kasaïens et Ebola : la surenchère médiatique !

13 mai 2018. UNICEF SOS alerte l’opinion avec l’article «Enfants Kasaï : Les enfants, premières victimes de la crise». On apprend que «L’UNICEF et ses partenaires ont obtenu des résultats importants en faveur des enfants de la région du Kasaï en République démocratique du Congo» et que cependant, si les interventions humanitaires ne sont pas intensifiées en 2018, le bilan pourrait se présenter en ces termes :

– 400 000 enfants risqueront de mourir de malnutrition aiguë sévère ;

– Des milliers d’enfants qui ont été enrôlés dans des milices n’obtiendront pas l’aide dont ils ont besoin pour réintégrer leur famille et leur communauté ;

– Les enfants de toute la région continueront d’être privés de leur droit à l’éducation».

Les personnes attentives à la production médiatique se souviennent que cette information a été véhiculée avec le titre choquant «2 millions d’enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë»

Rendue publique un mois, jour pour jour, après la Conférence de Genève sur l’aide humanitaire en RDCongo, cette information devrait rester d’actualité.

Hélas ! Après sa forte médiatisation, elle est quasiment tombée dans les oubliettes.

Normal : une autre la supplante : Ebola !

Le 24 mai 2018, à Mbandaka, Mgr Fridolin Ambongo publie sa communication. «Le Phare» la relaie dans son édition du 28 mai sous le titre «Mgr Fridolin Ambongo s’interroge : la maladie à virus Ebola est là : que devons-nous faire ?». L’archevêque l’introduit en ces termes : «Ma communication porte sur la visite pastorale que je viens d’effectuer à Mbandaka, à Itipo et à Bikoro dans l’Archidiocèse de Mbandaka-Bikoro, province de l’Equateur. Cette région est considérée aujourd’hui comme une zone rouge à cause de l’irruption de la terrible Maladie à Virus Ebola (MVE). Face à cette redoutable épidémie qui sème la mort et la désolation au sein de la population, l’Eglise famille de Dieu qui est à Mbandaka-Bikoro désire d’abord, par ma voix, exprimer sa sollicitude et sa proximité à l’égard de cette région éprouvée. Ensuite, exprimer une vive inquiétude devant une situation aussi préoccupante et légitime; mais cela ne peut suffire; il est urgent de conjuguer des efforts pour que se rétablissent les conditions d’une saine situation sanitaire. En ce sens les défis à relever sont nombreux, et il nous appartient de les relever ensemble pour le bien de tous et la paix de tous».

Au point 1, il note : «Le virus Ebola est bien là, il sème la mort et la désolation dans la population. La situation est très préoccupante comme le confirme le dernier rapport du Ministère de la Santé : 25 cas de décès, 54 cas enregistrés dont 35 positifs et ce chiffre vertigineux de 1.139 personnes ayant été en contact avec un malade ou un cadavre. Il faut donc craindre un pic de nouveaux cas dans les trois semaines à venir, puisque la période d’incubation du virus va de 2 à 21 jours».

Au point 2, il précise : «La paroisse St Joseph d’Itipo dans la Zone de santé d’Iboko se présente comme l’épicentre de l’épidémie. En effet, la plupart des malades qui sont internés à Bikoro viennent précisément d’Itipo».

La conclusion de la communication prend carrément une coloration politique. «La ville de Mbandaka n’a qu’une route d’entrée et de sortie: c’est la route de Mbandaka-Bikoro. Il est incompréhensible que cette unique route soit coupée et délaissée, au point que Bikoro (110 km) soit aujourd’hui inaccessible en voiture ! Pour se rendre à Bikoro et y apporter l’aide et l’appui nécessaires dont ce territoire a besoin en cette période d’extrême urgence, doit-on vraiment se résoudre à ne prendre que l’hélicoptère des Nations-Unies ? Jusques à quand la population devra-t-elle attendre que ses gouvernants s’engagent enfin à travailler généreusement à l’amélioration de ses conditions de vie ? Que fait l’Exécutif Provincial ? Non ! C’est inacceptable ! La population de l’Equateur mérite mieux. Elle a droit à la vie, à une vie digne de l’être humain créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. S’il vous plaît, ne l’abandonnez pas à son triste sort !».

Sur Rfi, en tant qu’Invité Afrique le 27 mai 2018, Mgr Fridolin Ambongo se dit convaincu des perspectives d’accentuation de l’épidémie.

Miracle : le 29 mai 2018, il a l’honnêteté intellectuelle de saluer, selon l’ACP,  «la réponse appropriée conjointe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de Médecins Sans Frontière (MSF), de l’UNICEF, du ministère de la Santé et des autorités politico-administratives à pied d’œuvre au niveau provincial et local avec toute la technologie et du personnel faisant preuve d’un dévouement exceptionnel contre la maladie à virus Ebola (MVE) dans la province de l’Equateur».

Des autorités nationales, pas un mot !

Qu’à cela ne tienne !

Notons seulement que le cabinet du ministre de la Santé a publié le 31 mai 2018 son dernier communiqué. Il en ressort, selon la dépêche de radiookapi.net du 2 juin 2018 intitulée «Ebola à l’Equateur : 55 cas signalés selon le ministère de la Santé» que «Cinquante-cinq cas de fièvre hémorragique Ebola ont été signalés dans la région de l’Equateur dont 37 confirmés, 13 probables et 5 suspects, indique un communiqué du ministère de la Santé qui rend compte de la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en date du 31 mai 2018» et que «Selon le document, 5 nouveaux cas suspects, dont 3 à Bikoro et 2 à Wangata ont été enregistrés. Aucun nouveau décès n’est rapporté au 31 mai».

L’enseignement à tirer de ces deux cas ayant focalisé l’actualité sur la RDCongo au cours du seul mois de mai est la propension «diabolique» à la surenchère de tout ce qui se passe dans ce pays, et surtout de la facilité avec laquelle le leadership congolais – tous domaines confondus – se laissent entraîner principalement par des médias managés par des officines étrangères ayant des agendas cachés.

En ce mois de juin 2018 consacrant les 58 ans d’Indépendance du pays, la persistance dans l’erreur (?) devient un crime contre l’Etat, la Nation, donc le Peuple congolais.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s