En séjour dans l’Espace Katanga, le Président Joseph Kabila inaugure des nouvelles infrastructures modernes

 

  • Au programme : inauguration du gouvernorat du Haut Katanga, du siège de la Banque Centrale du Congo et du centre d’affaires Hypnose à Lubumbashi ainsi que pose de la première pierre du port sec de l’Ogefrem à Kasumbalesa…

 

Désormais, le mode de vie de plus d’une personne va devoir changer dans la commune rurale de Kasumbalesa située à une centaine de kilomètres de Lubumbashi où la fraude douanière était dominante. Le vendredi 1er juin 2018, dans l’avant-midi, jeunes et adultes se sont retrouvés nombreux sur le site où le Président Joseph Kabila a procédé au lancement des travaux de construction du Port Sec de Kasumbalesa. La Première Dame, Madame Olive Lembe Kabila était témoin de l’évènement. Etaient aussi présentes à cette cérémonie, nombreuses personnalités politiques et du monde des affaires venues de Kinshasa.

 

Le Gouverneur du Haut-Katanga Pande Kapopo a, dans son adresse, souhaité la bienvenue à tous les hôtes de marque et à toute l’assistance, en commençant par le Bâtisseur et Initiateur de la Révolution de la Modernité, le Président Joseph Kabila Kabange. Après l’autorité provinciale, la parole a été accordée au Directeur de la société African Road and Rail Ltd.

Ce projet de 300 millions $ est piloté par l’OGEFREM, entreprise publique qui gère l’ensemble de la charge constituant le fret national à l’importation et à l’exportation, à l’intérieur du pays et dans les grands corridors de désenclavement.

Quand on considère comme points de références les postes d’entrée et de sortie du pays, a dit Patient Sayiba Tambwe, Directeur Général de l’office, plus d’un atout ont milité en faveur du choix de Kasumbalesa pour l’érection de ces nouvelles infrastructures.

En effet, cette entité est positionnée sur la Nationale N°1. Elle figure sur le tracé du réseau des routes constituant la ‘’Transafricaine’’ devant relier l’Afrique du nord au à l’Afrique sud, en allant du Caire (Egypte) à Cap Town (Afrique du Sud). C’est le carrefour, le passage obligé, donc le point de jonction de la quasi-totalité de corridors des transports desservant les pays d’Afrique Australe et demeure la porte d’ouverture la plus proche vers les différents ports maritimes situés sur la façade de l’Océan indien, lesquels sont les plus utilisés par les opérateurs économiques de notre pays compte tenu de la configuration actuelle de notre commerce international.

En outre, d’après le n°1 de l’OGEFREM, Kasumbalesa sera en liaison non pas avec un seul, mais plutôt avec sept (7) ports maritimes internationaux : Dar Es Salam (Tanzanie), Nacala et Beira (Mozambique), Durban et Port Elizabeth (Afrique du Sud), Walvis Bay (Namibie) et Lobito (Angola). Du fait d’être leur prolongement, le port sec manutentionnera un volume inestimable des cargaisons.

Par ailleurs, a-t-il encore fait observer, la construction du port sec fait partie des engagements pris par la République Démocratique du Congo dans le cadre de la SADC,  projet inscrit sur la liste des projets intégrateurs de cette organisation sous-régionale.

Au terme des travaux, a-t-il révélé, le port sec sera doté d’une capacité d’entreposage en carburant allant jusqu’à 40 millions de  litres. C’est ainsi qu’à travers ce projet il est prévu la construction d’un pipeline qui va s’étendre de Kasumbalesa à Kolwezi en passant par Lubumbashi et Likasi.

Le parc sera doté aussi d’une capacité de dédouanement de plus de 2500 camions par jour avec une moyenne de traitement de plus ou moins deux heures par camion-remorque. Au moins 1500 camions pourraient y demeurer en stationnement et les conducteurs prendre leur repos sur des aires aménagées à cet effet. Enfin, sa capacité installée sera de 30 millions de tonnes par an.

Pour quelqu’un de la race des bâtisseurs comme Joseph Kabila Kabange, ces quelques capacités ne suffisent à faire de Kasumbalesa un véritable hub. Etant donné que ce port sec sera un terminal assurant la connexion entre la voie ferrée et la voie routière, le Chef de l’Etat a levé l’option d’élargir la Route N°1, sur l’axe Kasumbalesa-Lubumbashi, qui deviendra ainsi une autoroute à même de rendre fluide le trafic.

Des dividendes, a fait savoir Patient Sayiba Tambwe, sont attendues aussi bien sur les plans financier, économique, commercial, régional que politique, sécuritaire et de la souveraineté régionale. Des retombées sont attendues aussi sur le plan social et culturel par la création de près de 5000 emplois directs et indirects, mis à part  l’urbanisation de la cité, le développement des infrastructures sociales et récréatives (hôpitaux, écoles, routes, foyers sociaux, cercles sportifs et de plaisance, etc.).

En prenant la parole, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Transports, José Makila Sumanda, a insisté sur deux choses : le respect de la durée des travaux de construction et la sous-traitance réservée aux Congolais.

Dans l’après-midi du même vendredi 1er juin 2018, au croisement des avenues Ndjamena et Mama Yemo, dans la commune de Lubumbashi, le Président Joseph Kabila Kabange a inauguré le nouveau siège de la Banque Centrale du Congo érigé selon les standards internationaux.

C’est ainsi qu’on trouve en son sein le destructeur des billets. Coût des travaux : 6.600 000 000 Fc.

La cérémonie s’est terminée comme elle a commencé : un bain de foule offert au Président Bâtisseur par le public nombreux amassé autour de la haie du nouvel immeuble.

Du Haut-Katanga,

Dieudonné Issa Simba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s