SPECIAL DONALD TRUMP. AMUSONS-NOUS UN PEU ! RDC : mandat jusqu’en 2020 !

Les Etats-Unis ont accroché et écorché la RDCongo deux fois en moins de 72 heures.

D’abord le 19 juin 2018 en se retirant du Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies (Cdh) en raison de la présence de notre pays aux côtés de la Chine, de Cuba et du Venezuela (ce qu’ils n’ont pas fait à l’élection intervenue huit mois plus tôt). Ensuite le 21 juin 2018 au motif d’implication de quelques dirigeants congolais «dans des actes importants de corruption liés au processus électoral en RDC ainsi que des violations des droits de l’Homme», souligne l’Administration Trump.

Le communiqué diffusé pour cette implication a cependant quelque chose d’ambigu. On peut en juger par cette phrase non affirmative ainsi formulée : «Dans le cas où le secrétaire d’État possède des informations crédibles selon lesquelles des responsables étrangers ont été impliqués dans des cas importants de corruption ou des violations graves de droits de l’Homme, ces personnes sont interdites de séjour aux États-Unis”.

En clair, le Département américain réagit par rapport à des suppositions.

Le Congolais est dès lors appelé à être conséquent avec lui-même. Car, la logique veut que là où il y a corruption, il y ait corrupteur et corrompu. Et là où il y a violation des droits de l’homme, il y ait coupable et victime.

Mais, surtout, dans l’un ou l’autre cas, il y ait cause, car la corruption ou la violation est un effet.

Il ne peut y avoir effet sans cause.

En attendant de voir Washington produire des preuves assorties des causes, constatons déjà que l’année d’expiration du mandat de la RDCongo au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies est 2020. Il en est de même des mandats de l’Afghanistan, de l’Angola, de l’Australie, du Chili, de l’Espagne, du Mexique, du Népal, du Nigéria, du Pakistan, du Pérou, du Quatar, de la Slovaquie et du Sénégal.

En un mot comme en cent, le Congo Kinshasa sera au Cdh jusqu’au 31 décembre 2020.

Petite préoccupation toutefois : à supposer que Moïse ou Adolphe, Félix ou Jean-Pierre, Vital ou Martin, Noël ou Freddy gagne la présidentielle, va-t-il solliciter le retour des Etats-Unis au Conseil du moment que le mandat américain expire au 31 décembre 2019 ? Ou plutôt, par signe de solidarité avec Washington, il va-t-il, lui aussi, retirer la RDC de cet organisme ?

Au stade actuel, il a seulement à réaliser que depuis son investiture, Donald Trump en est au 7ème retrait de son pays soit d’une organisation internationale, soit d’un traité.

D’ici au terme de son mandat présidentiel en 2021, il y a lieu de s’attendre à d’autres auto-exclusions.

Ah ! On oublie deux autres «retraits» : le dernier sommet du G7 au Canada et, attention, la menace brandie de retirer les Usa de la Coupe du Monde.

Si cela n’est pas de l’impérialisme, alors qu’on nous dise de quoi est-il question !

 

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s