AMUSONS-NOUS UN PEU ! Machine à voter ou machine «’à tuer’ l’Opposition radicale» !

Dans la manchette intitulée «15 jours terribles pour les provinciales», allusion est faite au risque d’implosion qui guette des partis et regroupements ayant pignon sur rue comme l’Udps, le Mlc, l’Unc, le G7 (Ensemble) et autres l’Ecide, cela d’ici au 8 juillet prochain.

L’exemple évoqué est celui d’Eve Bazaïba, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, Jean-Claude Mvuemba et, bien entendu, les députés constituant le Groupe parlementaire Udps et Alliés.

Tous proches d’Etienne Tshisekedi à un moment ou à un autre, ils ont usé du devoir d’ingratitude.

Ainsi, Eve Bazaïba, alors membre dirigeante de l’Udps, avait désobéi en 2005 au mot d’ordre du parti boycottant  les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs. Elle s’en était allée prendre sa carte d’électrice et avait posé sa candidature aux législatives du 30 juillet 2006. Ayant échoué et étant chassée du parti, elle va approcher le Mlc pour les provinciales du 28 octobre de la même année. D’où son élection aux sénatoriales de 2007.

Jean-Pierre Lisanga Bonganga et Jean-Claude Mvuemba avaient juré fidélité à Etienne Tshisekedi. Mais, pas pour le mot d’ordre de boycott. Car le moment de l’épreuve venu, ils s’étaient fait enrôler pour finalement poser leurs candidatures aux législatives de 2006. Voilà comment ils sont devenus députés nationaux.

En février 2012, trente-trois des premiers députés nationaux élus de l’Udps depuis la création du parti en 1982 avaient fait de même. Il s’agit, entre autres, de Kombo Nkisi, Badibanga, Kolela, Mutomb, Massamba, Mayamba, Kalamba etc.

Tous ont préféré se faire exclure avant ou après les élections.

Qu’adviendrait-il des candidats aux provinciales qui, à cause notamment de la machine à voter, se seraient privés du dépôt de leurs dossiers d’ici au 8 juillet 2018 ?

Certes, ils peuvent trouver consolation dans la sentence de John Kolela selon laquelle la Mp a échoué !

Mais, ils sont conscients, eux, que leur collègue n’a pas échoué au plan social car, en plus de son mandat électif quinquennal «2012-2017», il jouit pleinement des avantages du glissement. En termes d’émoluments, il va falloir ajouter  60 mois du premier mandat 12 mois du deuxième avec possibilité d’une rallonge (à cause de la machine à voter) pouvant lui procurer une centaine de mois de boulot.

Déduction : avec un calcul humainement simple, la machine à voter va s’offrir bientôt un nouveau qualificatif. Celui de «machine ‘à tuer’ l’Opposition radicale». Surtout, au sein de l’Udps, après que la disparition du lider maximo ait coïncidé avec l’enrichissement sans cause du lider minimo, constate Valentin Mubake…

NDL

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s