Front Commun pour le Congo. Néhémie Mwilanya officialise la «machine électorale» de Joseph Kabila pour les élections du 23 Décembre 2018

C’est  le  salon Okapi de l’hôtel Pullman électrisé et plein à craquer, ce dimanche 1er Juillet 2018, qui a abrité «la cérémonie solennelle de signature de la charte constitutive du Front Commun pour le Congo», FCC. Néhémie  Mwilanya Wilonja, membre du «Comité Stratégique de la Retraite Gouvernementale» et Directeur de Cabinet du Président de la République, était le premier à prendre la parole par une note introductive pour circonscrire le cadre et surtout expliquer le bien-fondé de la création de cette méga-plateforme politique électorale, telle que voulue par son initiateur,  Joseph Kabila Kabange.

 

 

Sur un ton posé, rassurant et académique  – comme dans ses habitudes –  le Directeur de Cabinet a commencé par transmettre un message de félicitation du Président de la République à tous ceux qui ont  consenti d’adhérer librement à cette plate-forme, avant de réitérer le même message à tous les participants et surtout au peuple congolais dans son ensemble pour sa volonté, maintes fois exprimée, à pérenniser la jeune démocratie congolaise appelée à ne souffrir d’aucun complexe.

Avec des mots justes qui reflètent la pensée du Chef de l’Etat quant à la création du FCC,  M. Néhémie  Mwilanya estime que la signature de la charte du FCC  sonne en écho au message du Chef de l’Etat comme un signe d’engagement d’une large partie de la classe politique de se rassembler autour de ce que les Congolais ont de plus cher : le Congo.

«Travailler avec tous ceux qui ont la passion du Congo, tel a été depuis 2011 l’engagement de Joseph Kabila et sa démarche politique», a-t-il poursuivi avant de fonder son espoir sur les millions de Congolais anonymes déjà prêts à soutenir ce projet – FCC – et à accorder leurs suffrages très bientôt aux candidats du FCC à tous les niveaux afin de donner au pays un Président de la République et une majorité cohérente, stable et la plus large possible à même d’asseoir une gouvernance basée sur le patriotisme, la recherche constante du progrès et la justice sociale.

Par la suite, est intervenue la cérémonie solennelle de signature de la charte proprement dite.  Parmi les «signataires emblématiques» en ce qui concerne les plateformes figurent le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku pour le compte de la Majorité présidentielle, le Premier ministre Bruno Tshibala pour le compte du Rassemblement de l’opposition, le Vice-Premier ministre en charge des Transports et communications José Makila pour le compte de l’Opposition du Dialogue de la Cité de l’Union Africaine et la ministre de la Jeunesse Maguy Kiala Bolenga pour le compte de la Société civile.

Toujours au cours de la même cérémonie, tous les ministres présents ont également  apposé leurs signatures sur ce document qui marque ainsi la volonté du chef de l’État de respecter le processus électoral  par la tenue des élections le 23 décembre prochain, tel que prévu par le calendrier électoral publié par la Céni le 5 novembre 2017.

La journée du 2 juillet prévoit la signature de la charte par les différents regroupements politiques membres du FCC.

 

Guy Momat

www.rdctoday.net

1er juillet 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s