Interviewé par Top Congo fm, Kabund en panne d’argument sur la machine à voter

 

  • «Il y a des imprimantes qui peuvent imprimer à distance. Quand vous vous connectez à partir du système Bluethoot, on peut télécommander une impression et l’imprimante vous imprime le document. Nous avons voulu savoir si la machine à voter ne répond pas à cette technologie, et quels seraient les risques dans ce cas. La Céni n’a pas répondu…», déclare-t-il…

 

Il est de notoriété publique que depuis le mardi 25 juillet 2018 s’est ouverte la période de dépôt des candidatures pour la présidentielle et les législatives nationales, l’échéance étant prévue le 8 août prochain. Naturellement, les médias mettent à profit l’occasion pour approcher les dirigeants des partis et des regroupements politiques intéressés par le processus électoral actuel. Cas du secrétaire général de l’Udps, Jean-Marc Kabund, interviewé par Top Congo Fm le même jour. Le numéro de 2 du parti présidé par Félix Antoine Tshilombo a certes confirmé la volonté des siens de postuler au scrutin, mais en réitérant les préalables conditionnant la participation aux élections du 23 décembre 2018, à commencer par la machine à voter. On se souviendra du fait que le 1er mars dernier, Augustin Kabuya, porte-parole de l’Udps, a conduit à la Céni une délégation de son parti à la Ceni pour remettre au Bureau de cette institution 45 questions sur ce matériel.  Le document est intitulé «45 QUESTIONS DE L’UDPS AU SUJET DE LA MACHINE A VOTER» avec pour objet «L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social/TSHISEKEDI souhaite avoir des réponses aux questions ci-dessous :». Retenons d’emblée que ce questionnaire compte une partie technique et une partie juridique…

 

La nouvelle préoccupation soulevée Jean-Marc Kabund (possibilité d’impression à distance par système Bluethoot) n’est pas reprise parmi les 45 questions. A moins que ce soit la 22ème question formulée de la manière suivante : «Existe-t-il un fichier log qui enregistre toutes les actions faites sur la machine à voter ? Si oui, quelles sont les garanties que ce fichier ne serait ni effacer ni accessible en l’absence des représentants des partis politiques ?».

Réponse alors de la Céni : «Oui, il y a un fichier log qui trace toutes les actions effectuées sur la machine (démarrage, mise en arrêt, authentification d’utilisateur, différentes exceptions survenues, ouverture du vote, clôture du vote…). Par essence, un fichier log est un fichier accessible aux techniciens et au mode administrateur pour comprendre le fonctionnement d’un ordinateur en vue de bien préparer les mises à jour ou amélioration du fonctionnement. La garantie qu’ont les partis politiques est que toutes les opérations effectuées sur la machine à voter sont faites devant les témoins des partis et observateurs et laissent des traces imprimées qu’ils peuvent signer».

L’observation à faire à ce stade est que le secrétaire général de l’Udps se livre à une fuite en avant déplorable.

En toute logique, après avoir obtenu de la Céni les 45 réponses à ses 45 questions, ce parti a l’obligation de se prononcer par écrit sur les éléments sur lesquels il est d’accord et il n’est pas d’accord.

Or, avec sa réponse isolée du contexte général, il se livre à une diversion.

Désormais en manque d’argument

Pourtant, deux des questions parmi les plus importantes ont reçu des réponses édifiantes.

Il s’agit de celles numérotées 27 et 39.

Question 27 : «Pourrions-nous faire une journée de test grandeur nature une fois que les machines sont déployées ?».

Réponse : «Oui, plusieurs tests seront effectués tout au long de la période de sensibilisation. En effet, lors de la sensibilisation programmée par la CENI dans ses démembrements, il sera procédé à des tests grandeurs nature à différents niveaux. Les parties prenantes intéressées pourront y prendre part. A cet effet, la CENI a reçu 1200 machines déployées et destinées essentiellement aux activités de sensibilisation jusqu’au niveau de tous les secteurs/chefferies et communes».

Question 39 : «Pourquoi la machine à voter n’est-elle pas prévue dans le calendrier électoral ?».

Réponse : «La machine à voter fait partie du matériel d’un bureau de vote, au même titre que les isoloirs, les urnes, les stylos, l’encre indélébile et les calculatrices. Elle n’est pas un élément isolé du calendrier électoral, lequel constitue un ensemble des tâches planifiées par la CENI en vue de l’organisation des scrutins combinés prévus le 23 décembre 2018. Ainsi, l’activité 13 du calendrier électoral relative à la sélection des fournisseurs, aux commandes, à la livraison et au déploiement des matériels électoraux non sensibles au site de formation concerne aussi l’acquisition et le déploiement des machines à voter qui, du reste, sont un matériel non sensible».

A elles seules, ces questions et réponses mettent normalement fin au débat autour de la machine à voter.

Curieusement, avant même de se prononcer officiellement sur les réponses obtenues de la Céni, l’Udps reste dans la logique d’entretenir la confusion via la manipulation, l’intoxication et la désinformation.

Or, en se livrant à la surenchère, ce parti fait un aveu d’impuissance : il est désormais en manque d’argument.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s