De retour au pays, que gagne Bemba d’une nouvelle crise «armée» ?

 

  • La résidence famille des Bemba est située sur l’avenue Mpumbu, entre le siège du Pprd à la haute de l’avenue Batetela et l’avenue Ouganda conduisant vers la résidence du Président Joseph Kabila. C’est un périmètre hautement sécuritaire connu de tout le monde à Kinshasa, diplomates en premier lieu…

 

  • Tout porte à croire qu’au Mlc, on a privilégié l’arrivée de Jean-Pierre Bemba au détriment de son logement car dans aucune des déclarations faites par la secrétaire générale Eve Bazaïba après concertations avec les autorités municipales ce problème n’a été formellement soulevé…

 

 

«La police rappelle que conformément aux ordres reçus de la hiérarchie et d’après les arrangements trouvés avec le MLC lors de différentes réunions préparatoires, le cortège du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo n’a pas été autorisé à franchir la commune de la Gombe pour des raisons d’ordre sécuritaire. Toutefois, le sénateur va loger dans un hôtel de la Gombe en attendant d’autres dispositions pratiques». Il s’agit là d’un extrait du communiqué publié le 1er août 2018 par le commissaire provincial de la Pnc/Kinshasa Sylvano Kasongo Kitenge, communiqué par lequel «Le commissariat provincial de Kinshasa informe les Kinoises et Kinois que l’arrivée du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo dans la capitale s’est déroulée globalement dans le calme» et note que «La police a encadré, avec professionnalisme, le cortège du sénateur de l’aéroport international de N’djili jusqu’au siège de son parti sur l’avenue de l’enseignement dans la commune de Kasavubu»…

 

Dans le même communiqué, lit-on, «Bien qu’ayant fait l’objet des insultes et des provocations de la part de plusieurs accompagnateurs du cortège, la police n’a aucunement réagi. Néanmoins, un incident a été enregistré à la hauteur du quartier Mikondo dans le district de la Tshangu. Un véhicule de la police a été caillassé. Le sénateur Bemba a failli attraper un projectile sur le visage. C’est grâce à la vigilance des éléments commis à la sécurité du cortège que monsieur Jean-Pierre Bemba a gardé son intégrité physique».

De son côté, le Mlc, par l’entremise d’Eve Bazaïba, a publié quelques heures plus tôt un communiqué par lequel il «dénonce la maltraitance que subi le Sénateur Jean Pierre BEMBA GOMBO, Président national, ce mercredi 1er août 2018, à son retour après 11 ans d’absence au pays».

A l’en croire, «les autorités politiques ont interdit qui lui soit réservé un accueil au pied d’avion, son véhicule ne devra pas rouler à une vitesse de moins de 40km/h, si non la police nationale sera obligée de faire usage des gaz lacrymogènes ou tout autre outil à sa disposition pour disperser la population et enfin, il ne lui ai pas permis d’accéder à la résidence familiale dans la commune de la Gombe car c’est un périmètre présidentiel».

Dénonçant ce qu’il considère comme un «déni de droit d’un citoyen pourtant libre de rentrer tranquillement dans son pays et surtout qui voyage avec son épouse et ses enfants, par conséquent, il ne constitue aucun danger la République», le parti «lance l’appel aux autorités du Gouvernement Congolais, RDC, pour reconsidérer leur position et adopter une attitude républicaine et humaine» et sollicite au passage l’intervention urgente de «toute personne éprise de Justice et de paix», avant de conclure «Avec Dieu, nous vaincrons !».

En attendant, une suite présidentielle a été réservée à Chairman à Memling hotel.

«Le choix de la liberté»

Comme relevé plus haut, le Mlc semble n’avoir pas bien négocié la question pourtant essentielle de résidence. Après tout, sa direction connaît bien la position de la maison familiale de Gombe, sur l’avenue Mpumbu. On peut supposer qu’elle a été mise sous pression par son président.

Que Jean-Pierre Bemba ait tenu à y loger parce que c’est là qu’il a grandi – pour reprendre les propos de  Florence Morice de Rfi le 1er août 2018 – n’a rien d’anormal, rien de délictueux.

Faut-il cependant noter qu’entre, d’une part, son retour à Kinshasa en 2003 pour prendre ses fonctions de vice-président de la République et, de l’autre, son départ de la capitale aux lendemains des incidents survenus à Kinshasa en mars 2007, il logeait dans sa propre résidence sur l’avenue Kalemie, non loin de celle de l’Afrique du Sud.

Préférer alors celle de la famille à la sienne et en faire une obsession devient suspect, de même que le silence d’Eve Bazaïba à ce même sujet lors des concertations avec le gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta.

Certes, Jean-Pierre Bemba a besoin de la chaleur de cette maison pour certainement se réconcilier avec son père. Mais dans son livre «Le choix de la liberté», il ne l’avait pas ménagé. A preuve, cet extrait : «A Kinshasa, la dictature mobilise tout ce qu’elle compte de bassesse et de vilenie pour induire les populations en erreur. Elle trouve le renfort inattendu de Bemba Saolona qui se répand en déclarations à l’emporte-pièce pour me dénigrer. Devant un parterre de journalistes, il n’hésite pas à me brocarder en me traitant d’aventurier et à me renier publiquement en me demandant de changer de nom». La dictature dont question est celle de l’Afdl.

Les professionnels des médias de notre génération se souviennent de la prestation de Jeannot Bemba à l’époque où son fils avait basculé dans la rébellion en 1998. Il l’avait dissuadé de s’engager dans l’aventure qui, hélas !, finira dix ans plus tard par le conduire à la Cpi. Mais, il avait saisi l’occasion pour déplorer la mise en faillite du Groupe Scible-Zaïre par son fils, parti en exil avant l’arrivée de l’Afdl, sans le prévenir, donc sans rendre compte de la gestion de ses entreprises.

Il se raconte en plus que Jeannot Bemba n’avait pas supporté la honte de voir son fils mis aux arrêts à la Cpi. Il s’imaginait mal évoluer dans le monde des affaires avec une telle épine à son pied.

Que Jean-Pierre Bemba ait été acquitté, c’est une chose. Mais qu’il se sente absout, c’en est une autre.

Réputation d’avoir sale caractère

Or, justement, ils sont légion, en interne comme en externe, les ennemis visibles et invisibles que Chairman s’est fait dans sa vie, toutes carrières confondues.

Ils sont légion à vouloir lui régler des comptes, et le contexte politique congolais actuel est favorable à toute vengeance, à toute revanche. Car le «coupable» potentiel a un visage : le régime en place.

Quoi de plus normal pour le pouvoir que de se montrer préventif, notamment en l’éloignant du périmètre présidentiel hautement sécuritaire. Une petite altercation entre militants du Mlc et du Pprd sur l’avenue Mpumbu est de nature à embraser la ville, et dans la foulée le pays.

Pour la petite histoire, la «guerre de Kinshasa» survenue en mars 2007 s’était arrêtée aux portes de cette avenue. La «milice Bemba» avait reçu consigne d’atteindre la résidence familiale pour en exfiltrer Jeannot Bemba, évacué pourtant par le régime pour être sécurisé ailleurs dans la ville. C’est lorsqu’il s’était rendu compte de la mise en déroute des siens que Chairman s’était réfugié à la résidence sud-africaine.

Pour l’heure, il est évident qu’en cas de nouveaux troubles à Kinshasa pendant son séjour, Jean-Pierre Bemba confirmera la réputation d’avoir sale caractère et d’être conflictuel.

L’impact de ces incidents sur son dossier à la Cpi serait terrible en ce que les juges qui se sont prononcés pour son acquittement se retrouveront dans leurs petits souliers, et l’affaire «subordination des témoins» prendra une autre ampleur. Même Herman Cohen se repentirait de son «plaidoyer».

A l’évidence, au Mlc, on n’y fait pas attention. Ou plutôt si, sans savoir comment s’y prendre.

Rien de surprenant : ils sont nombreux, les cadres de ce parti, à préférer voir le «président» isolé à l’étranger, dans une prison ou dans une villa, que présent à Kinshasa, sa suffisance et son intransigeance étant encombrantes et démobilisatrices !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s