Aventure de Kasumbalesa. Ainsi, Katumbistes et Fatshi ont appelé les Katangais au soulèvement !

 

  • Chantres du respect de la Constitution dont ils limitent l’interprétation aux aliénas 1 des articles 64 et 70, les voici rattrapés par la même Loi fondamentale en son article 52, alinéa 2, selon lequel «Aucun individu ou groupe d’individus ne peut utiliser une portion du territoire national comme base de départ d’activités subversives ou terroristes contre l’Etat congolais ou tout autre Etat». Or, l’appel de Kasumbalesa est un acte de subversion contre la RDC et la Zambie…

 

Sous le titre «Bloqué à Kasumbalesa, Moïse Katumbi attend la pression de la population pour forcer son entrée», le confrère Fiston Mahamba du média en ligne www.politico.cd a publié le 3 août 2018 un article corroborant les informations faisant état de l’appel lancé par les Katumbistes aux Congolais du Katanga pour traverser de force la frontière congolo-zambienne, y prendre de force Moïse Katumbi, l’y ramener de force à Lubumbashi et, au final, l’accompagner de force à l’aéroport de la Luano, à  Lubumbashi, pour l’embarquer de force dans le premier avion en partance pour Kinshasa. Objectif : permettre à leur candidat de déposer son dossier au Brct ouvert au siège central de la Céni. Aux incitations de Delly Sessanga et Olivier Kamitatu, s’ajoutent celles de Claude-A. Bushiri et de Félix Antoine Tshilombo…

 

A à croire Fiston Mahamba, «En exil depuis mai 2016, Moïse Katumbi est de retour en RDC par la frontière terrestre de Kasumbalesa, dans l’ex province du Katanga. Les personnes se trouvant dans sa délégation indiquent à POLITICO.CD que l’ancien gouverneur de la province du Katanga reste encore bloqué au poste frontalier, où aucun agent du services de direction générale de l’immigration n’est visible pour permettre à l’équipe de Moïse Katumbi de procéder aux fromalités d’entrée».

Le confère reprend en citation le tweet de Claude Alfred Bushiri ainsi formulé : «Bloqué à Kasumbalesa Moïse Katumbi est empêché de traverser. On attend la pression de la population pour forcer notre entrée. Les militaires habillés en policiers sont déployés partout comme des fourmis. Quelle honte pour la Kabilie ? »

Fiston Mahamba reprend : «Moïse Katumbi se fait accompagner par six (6) de ses plus proches collaborateurs dont Olivier Kamitatu Etsou (son directeur de cabinet), Salomon Kalonda Della, Francis Kalombo Tambwa, Don Pierrot Lukanda Sadiki, Henri Kongolo Biata et Claude Alfred Bushiri».

Le dernier paragraphe de sa dépêche en rendu en ces termes : «Bienvenue à Moïse Katumbi, qui est de retour dans son pays. Cet événement est la preuve que la résistance pacifique vient toujours à bout de la violence gratuite et imbécile. Félicitations au brave peuple du Katanga, pour avoir bravé la peur et l’arbitraire. À nous la victoire». Ces propos, on s’en doute, sont de Félix Tshisekedi, président de l’Udps. Il est bien précis : peuple du Katanga et non peuple congolais du Katanga. C’est comme si dans son entendement, il y avait aussi le peuple du Nord-Kivu, le peuple du Sud-Ubangi, le peuple du Kasaï Central ou le peuple du Kongo Central. Il n’est meilleure façon de «provincialiser Katumbi» que celle-là !

Plusieurs médias en ligne ont repris les 3 et 4 août 2018 la dépêche avec toutefois cette petite insolite : les médias traditionnels pro-Fatshi se sont abstenus de relayer ces félicitations, certainement du fait de leur gravité dans le contexte géopolitique actuel.

Otage des forces politiques, diplomatiques, économiques et sociales obscures

Constatons seulement que dans son tweet du samedi 11 août 2018, Olivier Kamitatu va signaler  l’arrestation des 71 pro-Katumbi dans la foulée des événements de Kasumbalesa.

«Le weekend dernier, 71 personnes venues à Kasumbalesa accueillir Moïse Katumbi avaient été arrêtées. Hier, elles ont été transférées à la prison de Kasapa (…) Pour Kabila, l’accord de la Saint Sylvestre n’aura qu’un bout de chiffon juste bon à le couvrir jusqu’au 23/12 des oripeaux de la légalité», écrit le directeur de cabinet et porte-parole de Moïse Katumbi.

Si réellement il n’y a eu que ces 71 compatriotes du «peuple du Katanga» à accepter de se faire interpeller pour celui qui passe pour le meilleur candidat de l’Opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018, alors les Congolais du Katanga – censés former la base électorale principal de Moïse Katumbi Chapwe – ont avec raison rejeté l’appel au soulèvement et prouvé leur attachement à la République Démocratique du Congo. De quoi amener les «experts en communication politique et en sondage électoral» à prendre conscience des évidences.

Déjà, quand le média en ligne www.mediacongo.net publie dans le 5 août 2018 l’article intitulé «Katumbi décide de s’éloigner de la frontière pour ne pas pénaliser Kasumbalesa», le premier réflexe de tout esprit avisé est de savoir si le candidat d’Ensemble n’avait pas conscience, au départ de Johannesburg deux jours plus tôt, de la conséquence normale du forcing de son retour !

De deux choses l’une : où il le savait, ou il ne le savait pas.

Dans l’un comme dans l’autre cas, il a bloqué les importations et les exportations par lesquelles vivent non pas que les Katangais, mais aussi les Kasaïens et les Kivutiens. Pour être plus clair, Moïse Katumbi a accentué la crise économique et sociale dans une bonne partie de l’Est. Dire, justement, que c’est dans c’est dans cette partie qu’il compte engranger le plus de voix possibles.

Appel au soulèvement ici avec risque de balkanisation du pays, blocage des importations et des exportations là : le candidat d’Ensemble a tout d’un présidentiable otage des forces politiques, diplomatiques, économiques et sociales obscures.

On ne serait pas surpris d’apprendre que certains proches de Moïse Katumbi aient un autre agenda…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s