FCC et Élections. Henri Mova Sakanyi sur appui extérieur : «Il faut faire la différence entre la coopération internationale et l’interférence dans les affaires intérieures des nations»

En cette période électorale, la notion de la souveraineté de la RDC fait polémique au sein de l’opinion politique et sociale. Pour certains, étant souverain, le pays ne devrait rien recevoir de l’extérieur comme appui logistique ou financement à son processus électoral, option prise d’ailleurs par la RDC, tandis que pour d’autres, il en a le droit dans le cadre du partenariat. Au cours du point de presse du Front Commun pour le Congo « FCC » du jeudi 16 août 2018, le vice-Premier ministre de l’intérieur et sécurité, réagissant à une question sur cette matière, en a profité pour éclairer l’opinion…

 

Pour Henri Mova Sakanyi, il faut de prime à bord mieux comprendre les concepts pour ne pas tomber dans la confusion ou la spéculation. «Il faudra déjà que nous apprenions à faire la différence entre la coopération internationale et l’impérialisme ou les interférences dans les affaires internes des nations. C’est un principe de base des relations entre les nations civilisées. C’est le fait qu’aucune nation n’intervienne dans les affaires de l’autre. C’est un principe qui est à la base de la fondation de l’organisation des Nations-Unies par exemple», a souligné Henri Mova Sakanyi.

Toutes les institutions internationales se réfèrent à ce principe, renchérit le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité.

«Le fondement de la société internationale est que les États se présentent comme souverains, donc alignent leur agenda sans que les autres en décident», poursuit-il.

Pour H.Mova, rappeler ce principe ne viole en rien le besoin de coopération là où l’État exprime sa volonté, dégage un domaine dans lequel, il veut coopérer avec les autres.

«Le processus électoral est de la souveraineté de l’État congolais, c’est à lui de dire à telle séquence j’ai besoin de vous, à telle autre séquence Je n’ai pas besoin de vous, et c’est valable pour toutes les autres nations du monde », a-t-il conclu.

Pour rappel, le gouvernement a pris l’option de financer seul, les élections du 23 décembre prochain, sans l’appui extérieur. Et du point de vue logistique, la CENI a récemment, par l’entremise de son président, annoncé devant les patrons de médias, qu’elle disposait pour l’instant de ce qu’il faut.

Jephté Kitsita

17 août 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s