Tribune d’expression libre « Allons aux élections ». L’abbé Jean-Bosco Bahala tranche : «Les élections ne peuvent pas être inclusives»

Pour lui, ce vocable en vogue chez les militants pro-démocratie pour justifier des manifestations va à l’encontre des lois et de la Constitution du pays qui prévoient l’exclusivité, notamment dans les cas des citoyens en conflits avec la loi ou d’une autre catégorie de citoyens

« DE L’INCLUSIVITÉ DES ELECTIONS »

Une expression assez insolite a envahi ces derniers temps l’espace politique et médiatique de la RDC ! On parle « d’élections inclusives« , de la nécessité de sauver « l’inclusivité des élections » etc.

Des jeunes activistes veulent marcher pour « l’inclusivité des élections« , des partis politiques réclament « l’inclusivité des élections« , la CENCO en parle, la « Communauté Internationale » en parle, la presse nationale et internationale en parlent !

Mais, quel est le soubassement sémantique de cette expression ? À quelle réalité renvoie-t-elle ?

Dans les textes des Accords de la St Sylvestre comme de la Cité de l’UA, nulle part on n’emploie cette expression !

Le préambule des Accords du 31décembre 2016 parle de l’organisation « Des Elections libres, transparentes, crédibles et apaisées » !

Nulle part dans tout le chapitre IV qui traite  » Des Elections » on n’utilise le terme « Elections inclusives » !

LA LOI FONDAMENTALE CONSACRE « L’EXCLUSION » DE CERTAINS CITOYENS OU CANDIDATS !

La Constitution de la République Démocratique du Congo ne prévoit pas d’inclusivité des élections ! Au contraire ! Elle consacre « le caractère exclusif » des élections puisqu’elle contient des dispositions qui excluent certains citoyens du vote (militaires, policiers, condamnés etc) et prévoit des conditions d’inéligibilité de certains candidats !

  • Les membres d’institutions comme la CENI, le CSAC, la CNDH, le Conseil Économique et Social, les magistrats, les mandataires publics actifs de L’État etc., ne peuvent poser de candidature aux élections !
  • Ces dispositions sont explicites dans la loi électorale !

Si les élections étaient « inclusives« , pourquoi donc l’article 220 empêche-t-il le Président de la République de briguer un troisième mandat ?

Visiblement, ceux qui parlent « d’élections inclusives » extrapolent à partir du cas particulier de certains candidats recalés par la CENI et la Cour Constitutionnelle pour non-conformité avec la loi et font un discours politique qui n’est basé sur aucun texte juridique !

Cependant, la loi permet à tout citoyen remplissant les conditions d’éligibilité de se présenter librement aux suffrages ! Elle donne des voies de recours en cas de contestation (Cours et Tribunaux!)

Une culture démocratique saine devrait voir le jour dans notre pays !

Abbé Jean-Bosco Bahala

ancien Coordonnateur du Csac

Source   dkasangandjo@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s