Processus électoral. Machine à voter : une invention congolaise à défendre et à promouvoir *

  • Elle permet de réduire le temps du vote, de fiabiliser et de viabiliser le scrutin et de faire des économies substantielles

Conçue par l’intelligence congolaise, la Machine à Voter (MAV) est une invention purement congolaise qui a pris de l’ampleur au sein des Organisations régionales et sous-régionales (UA et SADC) qui l’ont validé et incitent d’ailleurs leurs Pays Membres d’emboîter le pas. C’est une grande fierté pour l’Etat Congolais qui est considéré ici comme un Pays pilote et innovateur.

Dans son programme de la mise en oeuvre du calendrier électoral, la CENI aura d’intenses activités au courant du mois d’Octobre parmi lesquelles figurent « les préparatifs de l’impression des bulletins de vote, de procès-verbaux et de fiches de résultats; ainsi que l’impression, le conditionnement et la livraison aux 15 HUBS de ce Documents. » Il y a lieu d’accentuer à ce stade que la date du 23 décembre 2018 est maintenue, seuls les Distraits et Rêveurs peuvent rester immobiles.

Les Opposants savez que rejeter la MAV est une chose, mais prouver qu’elle est n’est pas fiable en est une autre. Les experts de l’Oif et la délégation britannique ont fait des recommandations à la CENI après leur passage. Ils n’en ont cependant jamais rejeté l’usage. Or, ils sont leurs hommes de confiance. Pour ceux qui l’ignorent encore, il y a ici l’occasion de préciser :

– La fiabilité de la MAV est justifiée par un vote avec un bulletinpapier, et le vote se fait en présence des témoins et des observateurs dans chaque Bureau de vote. Et à la fin de vote, tous les membres présents signent un PV comme preuve des résultats ;

– La MAV n’ouvre pas la voie au vote électronique même si ce vote est reconnu par l’article 47 de la loi électorale en vigueur. Tous les bulletins seront dépouillés manuellement à la fin du vote ;

– La MAV ne viole pas le principe du secret de vote. Le votant sera seul devant l’écran de cette machine et choisira librement ses candidats. Un votant (illettré ou handicapé) peut être assisté d’une personne de choix en cas de besoin, ça ne viole pas le principe du secret de vote, c’est légal.

La MAV est fiable, le vote ne sera pas électronique comme pense par ignorance une certaine opinion qui est d’ailleurs minoritaire.

Le Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA), lors de sa réunion tripartite du 3 juin 2018, avait lancé un communiqué indiquant le dépôt de toutes les recommandations par les acteurs politiques et sociaux sur l’usage de cette MAV. Aucune n’a été réceptionnée jusqu’à ce jour. Ça dit tout. Et ceux qui haussent le ton l’osent le faire sur le plan politique pour justifier leur fuite d’engagement dans ce processus électoral. Cas illustratif parmi tant d’autres : après avoir expérimenté la MAV, le candidat Vital Kamerhe n’a évoqué que l’aspect financiersur son prix d’achat. Il confondait le prix d’un ordinateur classique à un dispositif conçu exceptionnellement. Chose étonnante.

Donc, jusqu’à présent, aucun contestataire de cette machine n’est parvenu à démontrer à l’opinion sa non fiabilité occasionnant la tricherie. Aucun Opposant, alors aucun.

L’opinion congolaise, toutes tendances confondues, retiendra ainsi que les élections prévues pour le dimanche 23 décembre 2018 sont irréversibles.

Il n’y aura ni TRANSITION, ni DIALOGUE avant la tenue de ces dernières.

Lobo

Correspondance particulière

* Titre de “www.congo30juin.com”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s