Tout en demandant à Luanda de diligenter des enquêtes sur les expulsions des Congolais, Kinshasa s’interroge sur les motivations des autorités angolaises

Quarante-huit heures après le Conseil des ministres, dirigé par le président de la République, le Vice-premier ministre en charge des Affaires étrangères et Intégration régionale, Léonard She Okitundu est revenu, hier mercredi 17 octobre, au cours d’une conférence de presse, sur le dossier de l’expulsion des Congolais en Angola. Le patron de la diplomatie congolaise s’interroge sur les motivations profondes des autorités angolaises.

 

L’occasion était propice pour la République démocratique du Congo d’exprimer son indignation, tout en exigeant des explications du gouvernement angolais, à la suite des traitements inhumains subis par ses ressortissants. Ces pratiques ne cadrent nullement avec les valeurs africaines, prônées par les pères de l’indépendance.

« J’ai, dit-il, convoqué l’ambassadeur angolais, mais il se trouve que, présentement, il n’est pas à Kinshasa. J’ai donc adressé une note verbale de protestation au gouvernement angolais. Le gouvernement déplore particulièrement le non respect du principe d’information préalable faisant obligation à tout pays qui procède à l’expulsion des migrants irréguliers, d’en informer préalablement le pays d’accueil…« .

« Tout en reconnaissant à la République d’Angola son droit d’expulser les étrangers résidant sur son territoire, conformément à ses lois nationales, j’ai fait part dans cette note, de la dénonciation et de la condamnation de la manière la plus véhémente de ce modus operandi d’expulsion, aux antipodes de valeurs africaines de fraternité d’accueil et d’assistance mutuelle, prônées par les pères de l’indépendance, qui, du reste, s’éloignent des efforts continentaux d’intégration régionale impliquant la libre circulation des biens et des personnes, conformément à l’agenda 2063« , a-t-il indiqué.

DU PRINCIPE DE LA RECIPROCITE

A propos du principe de la réciprocité, le chef de la diplomatie congolaise indique qu’il écarte toute réciprocité, avant de préciser que ce principe ne s’applique que si ce sont les diplomates qui sont expulsés. Néanmoins, il a ajouté : « Nous userons de tous les moyens diplomatiques pour faire arrêter ces expulsions, mais, au cas où, il y a un mur quelque part, nous allons saisir les instances internationales« .

Le gouvernement congolais invite, par ailleurs, l’Angola à revenir à l’usage des canaux diplomatiques traditionnels, afin de convenir à une solution idoine, devant mettre fin à ces pratiques que la RDC qualifie d’indignes, ne reflétant pas les bonnes relations qui unissent les deux pays frères.

En attendant le gouvernement a, cours de son Conseil des ministres du mardi 16 octobre dernier, décidé d’actionner un « Fonds Spécial d’Assistance Humanitaire » en faveur des Congolais « brutalement expulsés » d’Angola. Il a également promis de dépêcher des délégations de haut niveau sur tous les sites où ils se trouvent déployés à ce jour.

Emma MUNTU

Forum des As, 18 octobre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s