Ceni dotée de la logistique de transport. Elections le 23 décembre : Kabila (nous) a prévenus !

* Pour avoir tenu parole, s’agissant du respect de la Constitution pour le mandat présidentiel, Joseph Kabila ne pouvait pas ne pas en faire autant pour la date prévue pour le scrutin. Ceux qui ne croient pas en ses propos sont maintenant avertis… 

* “Les élections sont une question de souveraineté nationale”, rappelle le VPM Henry Mova Sakanyi lors de la cérémonie de remise officielle du charroi automobile et aérien ce lundi 29 octobre 2018…

 

*  » …j’ai reçu instruction du Commandant suprême des Fardc de mettre à la disposition de la Ceni » la logistique du transport, souligne le ministre de la Défense et Anciens Combattants, Crispin Atama Tabe…

* Au plus tard le 10 novembre 2018, il n’y aura plus de matériel électoral à l’étranger, prévient Corneille Nangaa, président de la Céni, toujours droit dans ses bottes…

 

150 camions de marque Kamaz destinés aux Fardc mais positionnés à Kinshasa pour couvrir la partie Ouest du pays, presqu’autant pour la partie Est et la partie Centre la semaine suivante : c’est l’événement du lundi 29 octobre 2018 à l’occasion de la cérémonie officielle de remise du charroi automobile mis par le Gouvernement à la disposition de la Ceni à son siège Bd du 30 juin, cérémonie poursuivie à l’aéroport militaire de N’Djili où le charroi aérien, constitué d’une quinzaine d’avions et d’hélicoptères, a été positionné pour le même effet. Témoins de la performance : parlementaires, membres du Gouvernement (dont le Vice-Premier ministre Henri Mova Sakanyi, le ministre d’Etat Azarias Ruberwa, les ministres de la Défense Crispin Atama Tabe, des Finances Henri Yav Mulang et du Budget Kangudia), les délégués des partis politiques, les activistes de la société civile et les médias. A l’aéroport militaire, c’est le chef d’Etat-major général des Forces aériennes Enoch Numbi qui s’est personnellement chargé de présenter la flotte avec laquelle la Centrale électorale va acheminer du matériel électoral dans tous les coins et recoins du pays. Présent à toutes ces étapes, le Directeur de cabinet du Président de la République, Pr Néhémie Mwilanya Wilondja, veillant pratiquement au grain. Quarante-huit heures après le grand coup de la sortie officielle du Fcc ayant mobilisé le 27 octobre 2018 près de 180 mille participants selon les estimations de la Pnc, Kabila vient de frapper un autre grand coup…

 

Premier intervenant : le ministre de la Défense et des Anciens combattants. “Sur instruction personnelle du Chef de l’Etat, j’ai reçu mandat de mettre à la disposition de la Céni 150 camions de marque Kamaz”, dit-il en introduction de son speech en la salle “Appolinaire Malu-Malu”.

Outre ces véhicules, sont prévus «135 camions (ndlr pour couvrir l’Est et le Centre), 171 Pick-Up, 1.800 motos, 1 avion Ilyusin-76, 1 DC-8, 3 Boeings-727, 1 Boeing-737, 2 Antonov 72 adaptés à des pistes d’accès difficile, 1 Boeing-737 passagers, 5 hélicoptères d’une capacité d’une tonne et demie et 2 hélicoptères de supervision constituent le lot des moyens logistiques mis à la disposition de la CENI par le Gouvernement de la RDC pour des élections du 23 décembre 2018», signale le site de la Centrale électorale dans sa dépêche intitulée «Elections du 23 décembre 2018 : la CENI dotée de matériel volant et roulant par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo».

Le ministre relève la volonté claire du Président de la République Joseph Kabila de la prise en charge totale du financement du processus électoral, tant est vrai, souligne-t-il, que les élections sont une question de souveraineté nationale.

Il saisit évidemment l’occasion pour rappeler l’apport des Fardc à ce processus en 2011 et en 2016. Mais, il se veut précis : le charroi rentre à l’armée après les élections.

Aussitôt son intervention terminée, il procède à la remise symbolique des clés des véhicules aux dirigeants de la Centrale électorale.

Deuxième intervenant : le Vice-Premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, en sa qualité de représentant personnel du Chef de l’Etat. Exprimant la joie du peuple congolais, Henri Mova Sakanyi est convaincu que la “Nation congolaise assiste à une étape qui brise le doute quant à l’engagement du gouvernement d’assister la CENI dans l’organisation des élections”, ce d’autant plus que “ce matériel est le fruit de sacrifices énormes” traduits en termes d’énormes sacrifices financiers pour atteindre l’objectif visé.

Reconnaissant la nécessité pour tout Etat de bénéficier de la solidarité internationale, il estime toutefois qu’il est de ces matières pour lesquelles la solidarité nationale l’emporte sur n’importe quelle autre considération. Cas de la question électorale.

Le processus ayant atteint sa vitesse de croisière, le Vice-Premier ministre convie ceux qui misent encore sur un énième glissement de s’apprêter plutôt pour le scrutin du 23 décembre 2018.  “Toute la nation est mobilisée”, fait-il valoir, notant au passage que le Gouvernement s’est acquitté à plus de 80 % de sa tâche. Ce qui, déduit-il, fait gagner la Ceni en puissance.

Il exhorte par la même occasion les partenaires extérieurs à cesser de douter de la capacité des Congolais de s’assumer quand ils en manifestent la volonté.

S’agissant de la question sécuritaire, il relève la mise en place, au niveau des services spécialisés, d’un dispositif d’identification des menaces. Objectif : assurer le bon déroulement du processus électoral.

Troisième intervenant : le président du Bureau de la Ceni. “Avec vous, nous venons de voir de visu l’apport du Gouvernement”, déclare Corneille Nangaa en introduction de son speech.

Après avoir livré les détails de la logistique du jour, il salue  la bienveillance du Président Joseph Kabila dans la résolution de la problématique du transport non sans rappeler, à son tour, des faits traduisant la volonté du Raïs de ramener à tout prix les Congolais aux élections.

S’agissant particulièrement des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs, il restitue  ces faits en s’appuyant sur des dates de l’année 2016 :

20 juillet, réunion avec le Premier ministre d’alors, Augustin Matat Ponyo. Si ce dernier est d’accord pour le soutien de l’armée, il faut cependant s’en référer au commandant suprême des Fardc, en l’occurrence le Président de la République en la personne de Joseph Kabila Kabange.

24 juillet : en moins de cinq minutes d’entretien avec le Chef de l’Etat, l’accord de principe est obtenu. 30 minutes plus tard, le Commandant suprême recommande le Bureau de la Ceni d’entrer en contact avec le chef d’Etat-général de l’armée.

29 juillet : la première rotation par avion militaire cargo a lieu sur Gbadolite.

31 juillet : les opérations dont question commencent par le Nord-Ubangi.

(Ouvrons la parenthèse pour rappeler que les 19 et 20 septembre 2016, alors que ces opérations viennent de démarrer un mois et demi plus tôt, “Rassemblement” met le “peuple” dans la rue pour réclamer de la Céni l’impossible, à savoir la convocation du corps électoral conformément, soutient-il, aux délais constitutionnels. On enregistre des morts et des pillages, suivis des sanctions de l’Union européenne et des Etats-Unis à l’endroit des officiels congolais. Et voilà que deux semaines exactement après ces événements, soit le 4 octobre 2016, “Rassemblement” en appelle au cours de son conclave tenu au siège de l’Udps à Limete à l’encadrementet à l’accélérationdesdites opérations, comme si de rien n’était ! Au moins, c’est la preuve que cette plateforme avait conscience du non sens des manifestations initiées. Parenthèse refermée).

Avec la logistique désormais disponible en ce jour historique du lundi 29 octobre 2018, Corneille Nangaa se réjouit évidemment de voir renforcer l’autonomie de la Ceni. Il reconnaît dans la réponse obtenue du Gouvernement un double mérite : primo, dissiper le douter quant à la volonté des autorités congolaises de faciliter la tenue des élections, secundo, consolider la capacité de la Céni pour ce faire.

Plusieurs étapes étant dépassées (notamment les lois électorales et la production du matériel électoral), la séquence électorale du 23 décembre est donc réalisable.

Information importante puisque déterminante : au 10 novembre, plus de matériel ne sera en souffrance à l’étranger, prévient le président de la Ceni.

Aussi, Corneille Nangaa en appelle-t-il à l’arrêt de la distraction “sous le manteau du verbiage”. Autant elle est utile pour l’avancement, reconnaît-il, autant la discussion doit être raisonnable !

Les élections devant alors se tenir le 23 décembre 2018, il va terminer son speech par cette exhortation brève mais puissante : “Que chacun s’y prépare !”.

Après le siège de la Céni, la cérémonie va se poursuivre à l’aéroport militaire sous la conduite du chef d’Etat-major des Forces aériennes Enoch Numbi, accompagné pour la circonstance de Charles Descryver, directeur de la Logistique Avion au cabinet du Président de la République. Comme pour souligner davantage la volonté de Joseph Kabila de ne veiller au grain, sous l’œil vigilant et averti de son discret Directeur de cabinet Néhémie Mwilanya Wilondja.

A bord du vol inaugural de l’un des deux hélicoptères prendront place le ministre de la Défense nationale et Anciens combattants Crispin Atama Tabe et du vice-président de la Céni Norbert Basengezi.

«A partir de demain, nous commençons à déployer. 150 camions de terrain sont à déployer dans la partie ouest du pays. Les 150 autres camions arrivent par le port de Dar-es-Salam pour la partie Est. Il y a aussi des hors-bords qui sont mis à notre disposition. Le 23 décembre nous allons voter, nous allons organiser les trois scrutins», relève Corneille Nangaa en mot de la fin.

S’exprimant à l’issue de la cérémonie, le VPM Henry Mova Sakanyi trouve dans la réussite de ce vol inaugural “la démonstration des Congolais de se prendre en charge”, surtout du moment que l’équipage des hélicoptères est constitué des fils du pays. “Les actions parlent plus que la parole”, conclut-il.

Quant au ministre des Finances Henri Yav Mulang, il reconnaît la prise de toutes les dispositions pour l’utilisation des ressources financières propres, affectées au fur et à mesure à l’organisation des élections. Il ne doute pas de la volonté et de la capacité du Gouvernement de relever le défi de l’engagement pris et renouvelé maintes fois par le Président Joseph Kabila par rapport à la souveraineté nationale dont les élections sont l’un des éléments fondamentaux.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s