EDITORIAL. Fayulu en campagne électorale ou en campagne de diversion ?

De tous les candidats à la présidentielle, Martin Fayulu est celui qui est en symbiose avec les forces politiques et sociales formellement opposées aux élections en cours parce qu’acquises au fameux schéma «Régime spécial» mué en «Transition Sans Kabila».

Leur problème à tous est que même si les élections ont lieu à la date fixée dans le calendrier électoral, elles ne doivent pas favoriser le maintien des Kabilistes dans les institutions de la République.

Pas plus tard que le 5 décembre 2018, le Collectif Paix et Solidarité tracté par Filimbi l’a relevé au cours d’un point de presse. «On ne peut pas organiser les élections pour simplement mettre les papiers aux urnes. On a besoin de véritables élections. D’où il faut une transition citoyenne. Nous sommes ainsi en train de parfaire des stratégies pour l’obtenir. Car, tout pousse à croire que le régime actuel ne veut pas quitter le pouvoir», a déclaré le filimbiste Samuel Busasele qui en appelle à l’application de l’article 64 de la Constitution. «Le peuple doit retrouver son pouvoir en usant de l’article 64. A chaque congolais, il y a ce germe de contestations qu’on peut comparer à du gaz. Il manque juste une petite flamme pour réveiller la population à manifester pour arriver à bout de cette transition», a-t-il ajouté. 

***

Filimbi communie 5 sur 5 avec Martin Fayulu qui, dans son interview à Rfi le 2 décembre 2018, déclare formellement ceci : «J’ai dit au peuple congolais : ne permettez pas à quiconque d’organiser des élections avec la machine à voter, parce que c’est illégal ! La fraude est préparée. Nous devons, à partir de ces élections, commencer à établir un Etat des droits».

Ainsi, le candidat Lamuka se fait fort de lier la victoire éventuelle du Fcc à une fraude électorale savamment préparée. D’où la stigmatisation du fichier électoral qualifié de corrompu et de la machine à voter présentés en outils de la victoire planifiée des Kabilistes.  

Le paradoxe est que ni le candidat «Lamuka» et ses «parrains» de Genève, encore moins les ONG, les mouvements dits pro-démocratie et les médias acquis à leur cause ne veulent admettre que ce qui se fait sous d’autres cieux, précisément en Occident, puisse se reproduire en RDCongo. 

En effet, si aux Etats-Unis le républicainGeorges H.W. Bush (1989-1993) a succédé au républicainRonald Reagan (1981-1989), ou si en France, les GaullistesGeorges Pompidou et Valery Giscard d’Estaing ont succédé l’un après l’autre à Charles de Gaulle entre 1958 et 1981, il est interdit de voir les Kabilistes se succéder par la même voie des urnes !

On veut nous imposer une démocratie variable…

***

Dès lors que c’est l’évidence, on ne peut que se demander à quoi sert alors la campagne électorale du candidat Martin Fayulu fondée apparemment sur le rejet des élections aux motifs du fichier électoral et de la machine à voter, mais fondée en réalité sur le schéma «Ote-toi que je m’y mette». D’où la «Transition Sans Kabila» via un soulèvement populaire escompté avant, pendant ou juste après le 23 décembre 2018 !

Déjà, cet homme a pris à Genève un engagement anticonstitutionnelréduisant à deux ans le mandat de l’Institution «Président de la République» fixé pourtant à 5 ans, selon l’alinéa 1 de l’article 70. Argument avancé : rétablir les 2 tours de la présidentielle et permettre aux candidats invalidés de rentrer dans la course électorale, c’est-à-dire replonger le peuple, à peine sorti d’un processus électoral épuisant, dans un nouveau processus ayant toutes les chances d’échouer car les vaincus vont se battre sérieusement pour rentrer dans les Institutions, à moins d’une chasse aux sorcières réunissant les ingrédients de l’implosion même du pays.  

Finalement, tout indique, à la lumière de ce qui précède, que loin d’entreprendre une campagne électorale, Martin Fayulu est en pleine campagne de distraction. Il planifie un face-à-face «forces de l’ordre-électorat Lamuka» et en appelle subtilement à une intervention militaire étrangère. 

Comme relevé dans l’une des dernières chroniques, cet homme est donc dangereux !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.comFacebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s