EDITORIAL. N’étant pas prêts, les Opposants ne sauront gérer ensemble !

Genève n’a pas encore terminé son «marathon» éprouvant pour les participants. A preuve, l’option levée par les députés nationaux en fonction Delly Sessanga (autrefois du Mlc) et André-Claudel Lubaya (autrefois du Pprd et de l’Unc) qui ne juraient que par le tandem Katumbi-Fatshi. 

Tous deux originaires de l’actuel Kasaï Central, le premier est dans l’Opposition depuis 2006, le second y a basculé depuis 2011 après avoir perdu son poste de gouverneur de province Pprd. 

Le 10 décembre 2018, ils ont surpris l’opinion non pas en se rendant à Kananga (leur chef-lieu commun), mais en appelant la population à voter pour Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi et non pour Martin Fayulu. 

***

Dans l’interview accordée à www.actualite.cdet publiée sous le titre «Tshisekedi, c’est un choix de la raison qui répond de manière claire à la question de la participation ou non aux élections», André-Claudel Lubaya s’explique à deux reprises sur le choix de Fatshi. Primo, à la question de Stanis Bujakira  «Pourquoi Félix Tshisekedi ?», il répond : «Dès le premier jour, j’ai milité et continué à militer pour que l’opposition se dote d’un seul candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain. J’ai été rejoint et soutenu dans cette démarche par plusieurs de mes concitoyens. Cette initiative  fortement appréciée et soutenue par la population n’a malheureusement pas abouti comme je le souhaitais».

Secundo, à la question insistante «Oui mais pourquoi seulement lui ?», il précise : «Je me devais, après échec de cette démarche, de prendre position sur cette question qui divise sérieusement l’opposition. J’ai estimé, à la lumière des éléments d’appréciation en ma disposition, d’apporter mon soutien à la candidature de Félix Tshisekedi. Cela peut paraître comme une surprise pour bon nombre, c’est vrai. Mais bien que divergente, la question a fait l’objet de discussions et de délibérations au niveau le plus élevé de ENSEMBLE pour le CHANGEMENT et ce, avant même la signature de l’accord de Genève. C’est ce qui explique que je n’ai pas souhaité faire partie de l’équipe de campagne de LAMUKA dont le candidat n’est pas le moindre et a toute ma considération. Membre de ENSEMBLE pour le changement, mon candidat, c’était Moïse Katumbi que le pouvoir a empêché de retourner au pays avec les conséquences que tout le monde connaît. »

            A la question «Que reprochez-vous à la candidature de Martin Fayulu ?», il fait diversion. «Il a ma considération», dit-il de façon lapidaire et d’ajouter, s’agissant du choix porté plutôt sur Fatshi que sur Mafa : «C’est d’abord une position politique qui prend la mesure de la gravité de la situation du pays et saisit l’opportunité qui s’offre à notre peuple d’imposer l’alternance en participant massivement aux élections du 23 décembre 2018. C’est, à mon humble avis, un choix de la raison qui répond de manière claire à la question de la participation ou non aux élections compte tenu du fait accompli imposé à travers la machine à voter, le fichier corrompu et que sais-je encore ! »…

***

Même si Sessanga et Lubaya se défendent d’avoir agi par affinités tribales, tout n’est que diversion. La vérité est qu’ils sont légitimement motivés par le besoin pour l’un d’accéder enfin aux affaires (cela fait tout de même 12 ans qu’il y rêve) et pour l’autre d’y revenir. 

Ils savent qu’en raison de l’option levée du boycott des élections du 23 décembre 2018 au travers de la récusation du fichier électoral et de la machine à voter, la coalition Lamuka s’est auto-exclue du pouvoir.

Bien plus, la manière dont l’Ouest s’est emparé de tous les postes stratégiques du Pouvoir (Fayulu président de la République, Bemba premier ministre, Muzito président de l’Assemblée nationale et Matungulu gouverneur de la Banque centrale) n’a rien de rassurant pour l’Est, encore moins pour le Centre (Espace Kasaï).

A défaut alors de rejoindre le Fcc, ils n’ont d’autre choix que celui de se résigner à embrasser Fatshi, quitte à Kamerhe d’accepter le grignotage de la part du lion dont il s’est emparé dans l’Accord de Nairobi.

Le décor planté est donc celui d’une Opposition sérieusement minée de l’intérieur et dont la réconciliation pré ou post-électorale ne produira rien de positif s’il arrivait à l’aile Nairobi de gagner les élections, l’aile Genève ayant librement résolu de ne pas y participer. 

***

L’Etat (comme le cœur) ayant ses raisons que la raison ne connaît pas, le Congo post-électoral a intensément besoin d’une gouvernance institutionnelle suffisammentforte. Question de restaurer l’effectivité de l’autorité publique. 

Aujourd’hui, qu’on l’admette ou pas, qu’on le veuille ou pas, cette gouvernance n’est nullement assurable par Bruxelles-Genval. Au fil des années, «Rassemblement» s’est étiolé. Le Dialogue de la Cité de l’Union africaine, les Négociations du Centre interdiocésain, les conciliabules de New York, Washington, Paris, Pretoria (ou Jo’Bourg) et Genève l’ont réduit à la portion congrue si bien que même la reconstitution escomptée du retour de Bemba ne l’a pas reconstitué. Au contraire.

Conséquence : le schéma décrit par Jason Stearnsun certain 1ernovembre 2017 dans une interview à Rfi est en train de se réaliser. Il y est question de succession de Kabila par «Kabila»…

A une dizaine de jours de l’échéance du 23 décembre 2018, tout changement stratégique qui s’opère au sein de l’Opposition (par exemple, un mot d’ordre de Lamuka pour l’acceptation du fichier électoral et de la machine à voter ou un rapprochement spectaculaire avec Cash) est juste pour la consommation populaire.

Or, la rue n’a pas pour vocation de gouverner…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail :omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s