Conséquence de la précipitation. Lamuka : «OUI» à la MAV, silence sur le fichier électoral !

  • Pourtant, de la machine à voter et du fichier électoral, l’outil déterminant pour tout processus électoral est celui-ci et non celle-là…
  • Or à ce propos justement, l’électorat ne reçoit aucune instruction sur l’essentiel (fichier électoral), mais en reçoit pour l’accessoire (MAV)…

De l’un des 5 leaders de la coalition Lamuka (Bemba, Fayulu, Katumbi, Matungulu et Muzito) et du directeur de campagne (Lumbi), qui devait assumer la responsabilité de rendre publiquement révocablel’un des 9 ENGAGEMENTS IRREVOCABLESauxquels le candidat commun à la présidentielle a été soumis dans l’Accord de Genève ? En toute logique, pas le directeur de campagne. Or, dans le communiqué du 16 décembre 2018 sans titre (!), c’est Pierre Lumbi qui prend sur lui cette responsabilité et, catastrophe garantie, rien n’indique qu’il s’agisse d’une décision collégiale. Pire, la coalition Lamuka – qui se prononce pour la MAV (machine à voter) – oublie de donner sa position sur le fichier électoral. Comme pour dire qu’à moins cinq jours de l’échéance du 23 décembre 2018, l’électorat Lamuka n’est pas suffisamment édifié par son leadership… 

            La presse semble n’avoir pas apprécié la volte-face. Depuis 16 décembre 2018 – date de l’annonce de l’acceptation par la coalition Lamuka de la MAV (Machine à voter), les médias proches de l’Opposition semblent bouder l’initiative des leaders de Genève. Ils consacrent leurs manchettes à autre chose. 

Normal : ils sont obligés de se rétracter devant l’opinion qu’ils ont réussi à dresser contre cet outil. Cas du journal congolais «Le Potentiel» dans sa livraison de cette date. Il s’est contenté d’un paragraphesuivi immédiatement du communiqué. Sous le titre «La coalition Lamuka exclut tout boycott des scrutins du 23 Décembre», il a écrit en tout et pour tout : «La coalition Lamuka accepte l’usage de la machine à voter pour les trois scrutins prévus le 23 décembre tout insistant sur le fait qu’elle ne serve que d’imprimante. Ainsi, pas de boycott et surtout pas d’acceptation à un report de ces scrutins».

Cas aussi du journal belge «La Libre Afrique». Il a écrit en tout et pour tout, sous le titre «Elections : la mise au point de Lamuka» : «La plateforme Lamuka a expliqué, à travers un communiqué de presse signé Pierre Lumbi, le directeur de campagne de Martin Fayulu, sa position pour les élections du 23 décembre. Quelques points qui ont le mérite de rendre lisible une position qui, parfois, manquait de clarté jusqu’ici. Le communiqué explique que Lamuka appelle ses électeurs à se rendre aux urnes le 23 décembre. Pas question de boycott et pas question de report du scrutin. Il rappelle son opposition au vote électronique qui est strictement interdit tant par la Constitution que par la loi électorale. Il veut considérer la machine à voter comme une imprimante qui doit servir à produire le bulletin de vote pour chaque électeur. Il appelle les électeurs à se rendre dans les isoloirs, à voter pour leurs candidats à la présidentielle, aux législatives et aux provinciales. Il insiste pour que chaque électeur lise attentivement le bulletin de vote qui lui sera remis par la machine à voter avant de le déposer dans les urnes. Il rappelle que seuls les résultats issus du comptage manuel des bulletins de vote déposés dans les urnes, en outre validés par les témoins des partis politiques et les observateurs indépendants des réseaux catholiques, protestants et de la société civile devront être pris en compte. Une mise au point nécessaire après bien des hésitations sur la lecture à faire des sorties des membres de Lamuka». L’article est signé Hubert Leclercq

A l’analyse du communiqué publié par le directeur de campagne Pierre Lumbi, il se révèle l’omission, gravissime, de toute allusion au fichier électoral (lire «AMUSONS-NOUS UN PEU !». 

Or, le respect de ce fichier dernier fait partie des «ENGAGEMENTS IRREVOCABLES» du candidat commun énoncés au point 3 de l’article 4 de l’Accord de Genève. 

Martin Fayulu est, en effet, tenu à «Porter les revendications de l’Opposition contenue dans les déclarations de Kinshasa du 13 août 2018 et de Bruxelles du 12 septembre 2018 notamment le rejet de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral, la sécurisation du processus électoral et la décrispation politique jusqu’aux élections du 23 décembre 2018».

Evidemment, dans toutes ses prises de position, l’Opposition pré-Genève n’a eu de cesse de rejeter et la machine à voter et le fichier électoral, l’une au motif d’être illégale, l’autre d’être corrompu. L’aile Genève a persisté et signé. 

Et voilà qu’au moment où elle se rétracte en disant oui à la première, elle perd et la langue et la voix pour se prononcer sur le second, tout en sachant pertinemment bien qu’une élection, c’est d’abordle fichier électoral et non le mode de vote.

Dans toutes les organisations communautés où le leadership se constitue par voie électorale(papauté chez les Catholiques romains et autres églises judéo-chrétiennes, actionnariat d’entreprise, syndicat de travail, ONG, clubs sportifs, cercles d’entraide etc.), l’élément fondamental est et reste le fichier électoral.

En se taisant sur ce dernier, la coalition «Lamuka» agit comme si elle n’a aucune considération pour son électorat. En toute logique, ce dernier n’a même pas à se présenter au bureau de vote puisque l’accès n’y est réservé qu’à ceux qui reconnaissent la validité du fichier électoral.

Jusqu’à preuve du contraire, l’électorat Lamuka est laissé en plan !

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.comFacebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s