Report des élections Néhémie Mwilanya Wilondja : «Le report des élections est d’abord regrettable mais bien compréhensif»

Le coordonnateur du Comité stratégique du Front Commun pour le Congo, FCC, et Directeur de cabinet du Chef de l’Etat Néhémie Mwilanya Wilondja a réagi, jeudi 20 décembre 2018 sur les antennes de la Radio France Internationale, sur la décision du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, de repousser la tenue des élections au 30 décembre 2018. En effet, Corneille Nangaa, patron de la Centrale Electorale, a annoncé le même jeudi le report des élections initialement prévues le 23 décembre 2018, au dimanche 30 décembre 2018, pour des raisons techniques…

Selon le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat et haut cadre du FCC, cette décision est d’abord regrettable mais bien compréhensive. «Ce report est regrettable parce que nous avons préparé les électeurs à aller massivement accomplir leur devoir civique le 23 décembre. Compréhensible parce qu’il y a eu bel et bien un cas de force majeure. Mais comme je l’avais dit dernièrement au cours d’une interview, la bonne question est celle de savoir pourquoi en est-on arrivé là ?», a-t-il expliqué.

Pour lui, la Céni, c’est quand même une grosse machine. Et qu’il ne faut pas oublier que l’organisation des élections obéit aussi à un cadre d’abord constitutionnel, ensuite légal et puis conventionnel. «Il y a des mécanismes qui ont été posés par l’accord global du 31 décembre 2016 qui doivent impérativement avoir lieu dans le cadre de la tripartie. Il y a aussi des consultations. La Ceni ne pouvait pas échapper à tout cela et prendre une décision unilatérale», a fait savoir le professeur Mwilanya. 

Par ailleurs, il a indiqué que la plateforme électorale dont il est membre a une attitude institutionnelle. «Nous, nous avons toujours eu une attitude institutionnelle. Toutes les parties ont convenu que l’indépendance de la Ceni devrait être reconnue et respectée», a-t-il réitéré.

En ce qui concerne le respect du délai demandé par la Ceni, le coordonnateur du FCC a affirmé que c’est cet organe d’appui à la démocratie qui est compétente pour le dire. «Elle a dit que les élections auront lieu le 30 décembre 2018, et nous nous en tenons à sa réponse. Il y a pas mieux que la Ceni pour répondre à cette question», a-t-il martelé.

Quant à lui de poursuivre que c’est une question de responsabilité. «Nous n’avons pas des raisons de faire de procès d’intention à la Ceni. Je pense que la Ceni s’assume conformément au cahier de charge qui lui revient. Et donc, si elle dit que dans une semaine nous aurons ces élections, nous nous sommes prêts à y aller. C’est depuis longtemps que nous nous sommes préparés à ça. Et nous avons toujours dit qu’il y a certainement des équipes qui n’ont pas envie de jouer mais ce n’est pas le cas du FCC. La Ceni pourrait parler de deux, trois jours…», a-t-il ajouté.

Pour conclure, il pense qu’il y a comme une insistance à vouloir qu’il ait un report assez important pour des raisons qu’il ignore. «Nous nous sommes préparés à ces élections. Nous avons même battu campagne en préparant nos électeurs à être prêts à se choisir leur prochain président, comme leurs prochains élus nationaux et provinciaux à une date précise, le 23 décembre. Mais étant donné qu’il y a eu ce cas de force majeure, nous nous inclinons», a argumenté le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Rfi et RD-Congoleaks, 21 décembre 2018 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s