BALISES. Opposition parlementaire : l’heure de vérité !

A l’instar de la Constitution – qui reconnaît à son article 8 l’existence de l’Opposition en RDCongo – la loi portant statut de l’Opposition fixe ses droits et devoirs.

La Constitution dispose à cet article que ”L’opposition politique est reconnue en République Démocratique du Congo. Les droits liés à son existence, à ses activités et à sa lutte pour la conquête démocratique du pouvoir sont sacrés. Ils ne peuvent subir de limites que celles imposées à tous les partis et activités politiques par la présente Constitution et la loiUne loi organique détermine le statut de l’opposition politique». 

Portant les références n°07/008 du 4 décembre 2007, la loi dont question fait office du statut de l’Opposition et consacre son chapitre II aux droits et aux devoirs. 

L’article 8 de cette loi détermine les 4 droitsque sont : 

«1. Etre informée de l’action de l’Exécutif ; 

«2. Critiquer ladite action et, le cas échéant, formuler des contre-propositions, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs ; 

«3. Présider alternativement avec les députés et sénateurs de la majorité, les travaux des commissions de contrôle ou d’enquête de l’action de l’Exécutif ou d’en être rapporteur sans préjudice des prescrits des règlements intérieurs de chacune de ces Assemblées délibérantes ; 

«4. faire inscrire des points à l’ordre du jour des assemblées délibérantes. 

L’article 16 détermine les 9 devoirsde l’Opposition, à savoir : 

«1. Respecter la Constitution, les lois de la République et les institutions légalement établies ; 

«2. Défendre les intérêts supérieurs de la Nation ; 

«3. S’abstenir de recourir à la violence comme mode d’expression et d’accès au pouvoir ; 

«4. Privilégier le dialogue et la concertation sur les grandes questions d’intérêt national et dans la résolution des différends politiques ; 

«5. Promouvoir le pluralisme politique et reconnaître le droit de la majorité à gouverner ; 

«6. Promouvoir la culture démocratique notamment par la tolérance, la non-violence et le soutien du principe de l’alternance dans le cadre d’une lutte politique pacifique ; 

«7. Concourir, par la libre expression, à la formation de l’opinion publique ; 

«8. Former et informer ses militants sur les questions touchant à la vie nationale. 

Mais, avant d’en arriver là, la loi fixe les conditions d’appartenanceà l’Opposition. A l’article 3, il est clairement spécifié que «Les partis politiques et les regroupements politiques dans les assemblées délibérantes font une déclaration d’appartenanceà la majorité ou à l’Opposition politique, auprès des bureaux respectifs de l’Assemblée nationale, du Sénat, de l’Assemblée provinciale, des conseils de ville, municipal, de secteur ou de chefferie»

Et l’article 2 définit qu’«Aux termes de la présente loi organique, il faut entendre par Opposition politique le parti politique ou le regroupement des partis politiques qui ne participent pas à l’Exécutifet/ou ne soutiennent pas son programme d’action aux niveaux national, provincial, urbain, municipal ou local. 

L’opposition politique est parlementaire ou extraparlementaire selon qu’elle exerce au sein ou en dehors d’une assemblée délibérante». 

En d’autres mots, dès l’installation de l’Assemblée nationale et du Sénat, le Congo doit se doter d’une Majorité et d’une Opposition bien identifiées, question d’en finir avec cette confusion consistant à voir des Gouvernants se déclarer Opposants, et des Opposants passant pour Gouvernants, ce au nom d’une cohésion nationale mal perçue. 

La loi dit bien à l’article 4 : «Est réputé avoir renoncé au statut de l’Opposition politique, le parti politique ou le regroupement politique qui accepte de partager les responsabilités de l’Exécutif aux niveaux national, provincial, urbain, municipal ou local». 

Sauf alors imprévu, la Majorité issue des urnes a ses quatre centaines de députés nationaux, l’Opposition une centaine. 

Celle-ci a toutefois l’avantage solidede se constituer essentiellement d’hommes et de femmes autrefois gouvernants. Des acteurs qui connaissent le métier. Des Opposants qui savent, eux, que le premier droit dont ils disposent est celui de s’informer auprès du Gouvernementpour toute question d’intérêt public, et non de mettre forcément les gens dans la rue pour des revendications, légitimes soient-elles !

Tout le monde en est conscient : pour une démocratie renaissante après toute l’agitation hyper conflictuelle entretenue au cours de ces 30 dernières années (1990-2019), le Congo doit se rassurer lui-même quant à sa volonté de se ressaisir. Il ne sert absolument à rien de s’offrir des manifs comme celle des “gilets jaunes” en France et celle des anti-Mudoro au Venezuela.

La population doit apprendre à laisser l’Opposition porter ses revendications en cas de nécessité. 

Le pays n’a pas besoin de mouvements pro-démocratie informelsqui se transforment en mouvements formelsaprès avoir occasionné des dégâts humains et matériels parfois irréparables.

Le pays a besoin d’organisations politiques et sociales qui s’assument parce qu’elles assument.

Le pays a surtout besoin de respirer.

Et c’est l’Opposition républicaine qui doit participer au nettoyage des Écuries d’Augias. Le chantier qui s’ouvre avec la 3ème mandature ou législature de la IIIème République impose cet effort.

Reste maintenant l’épreuve du choix de l’animateur, entendez le porte-parole.

La loi ouvre la possibilité à l’Opposition parlementaire ou non parlementaire. 

Pour l’amour du ciel cependant, exit tout radical ou radicalisé mu par la rancune ou la rancœur. Place plutôt à tout modéré, mais ferme, ayant le sens du dialogue.

Après tout, l’alternance politique du 24 janvier 2019 est porteuse d’un message à bien analyser et à très bien intérioriser désormais : elle est le résultat du dialogue.

Dialoguer n’a jamais été une faiblesse. 

Dialoguer est et reste une force.

Une Opposition qui sait dialoguer avec la Majorité et vice-versa est valorisante.

D’où l’heure de vérité, d’abord pour elle… 

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s