Le carnet diplomatique du Président. Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi à Nairobi avant Brazzaville

Visite de Tshisekedi au Kenya: Nairobi propose son aide pour stabiliser la RDC

Le président de la RDC Félix Tshisekedi est arrivé mercredi matin au Kenya, deuxième étape de la première tournée régionale du nouveau président congolais. Il a rencontré son homologue kenyan Uhuru Kenyatta, et l’opposant Raïla Odinga, qui étaient tous deux venus à son investiture à Kinshasa. Une façon pour Félix Tshisekedi de remercier les deux Kényans de l’avoir soutenu.

C’est une visite en forme de renvoi d’ascenseur qu’effectue Félix Tshisekedi au Kenya. C’est à Nairobi qu’il avait scellé son alliance avec Vital Kamerhe en fin d’année. Le président Kenyatta et son opposant Raila Odinga avaient tous deux reconnu sa victoire électorale malgré des résultats controversés. Uhuru Kenyatta avait même été le seul chef d’état étranger présent lors de l’investiture.

Pour autant, un membre de la délégation congolaise explique que Félix Tshisekedi «n’a pas besoin d’adoubement et ne demande pas de reconnaissance. Il est président, mais il dit par contre qu’il y a des intérêts mutuels», confie cette source.

La rencontre bilatérale n’a donc pas seulement tourné autour des remerciements.

Uhuru Kenyatta a par exemple proposé son aide pour stabiliser le Congo et y maintenir la paix. Nairobi explique que «le pays a tiré de précieuses leçons de ses tensions politiques passées et souhaite les faire partager».

«Le président congolais a besoin de savoir que ses pairs sont derrière lui», confie un proche de Felix Tshisekedi, ajoutant que le week-end prochain, «ce sera le grand saut» au sommet de l’Union africaine.

Le développement d’infrastructures a été évoqué, mais aussi la formation notamment des fonctionnaires. D’ailleurs d’après un témoin, Félix Tshisekedi souhaiterait que, d’ici la fin du mois, un forum sur la corruption parmi les agents de l’Etat soit organisé à Nairobi ou Kinshasa.

Le président congolais a évoqué le port de Mombasa par lequel beaucoup d’hommes d’affaires font transiter des marchandises et affirmé que son pays souhaitait rejoindre la Communauté d’Afrique de l’Est, l’EAC, pour faciliter les échanges.

Il en aussi profité pour aller à la rencontre de la diaspora qui attend beaucoup de son action.

Rfi, 7 février 2019

Kenyatta à Tshisekedi : «Nous allons continuer à vous aider à atteindre la paix et la stabilité»

Uhuru Kenyatta, le président Kenyan, a promis d’aider Félix Tshisekedi et son gouvernement dans la quête de la paix et de la stabilité. « Nous allons continuer à vous aider à atteindre la paix et la stabilité, parce que nous avons une expérience similaire à la vôtre, que nous pouvons vous faire partager« , a t-il déclaré.

Le Kenya avait connu des fortes tensions électorales entre partisans de Kenyatta et de Raila Odinga, causant au moins 90 morts.

Uhuru Kenyatta, réélu en octobre 2017, et Raila Odinga, qui avait boycotté ce scrutin «illégitime», avaient décidé  mars 2018 de s’unir «pour le Kenya». Le chef de l’Etat et l’opposant historique avaient alors annoncé qu’ils décident de taire leurs divergences politiques et de «travailler ensemble afin d’unir les kenyans».

Félix Tshisekedi a rencontré les deux hommes avant de s’envoler pour Brazzaville, dernière étape de sa tournée sous régionale.

7sur7.cd, 7 février 2019 – 08:32

FACE AUX MENACES DES DEMONS DE LA DIVISION

L’EXPÉRIENCE KENYANE, UN MODÈLE POUR LA RDC

Devenu chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a retrouvé le pays qui l’a inspiré sur la voie de la réconciliation nationale. C’est depuis le mardi 5 février que le Président Félix Antoine Tshisekedi a amorcé sa toute première tournée à l’étranger, depuis son investiture le jeudi 24 janvier dernier à Kinshasa. Démarré par l’Angola, ce périple se poursuit dans les pays de la région. En séjour au Kenya hier mercredi 6 février, le chef de l’Etat congolais a tenu à honorer ce pays qui a vu naître la coalition Cap pour le Changement (CACH). 

Plateforme qui a porté au pouvoir le tandem  »Fatshivit ». Le tout premier voyage du nouveau Président congolais au pays de Uhuru Kenyata est tout un symbole. C’est à Nairobi en effet que Félix Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe ont scellé leur union le 23 novembre 2018, aux lendemains de leur renonciation à l’Accord de Genève, qu’ils avaient signé le 11 novembre dernier. 

En proie à une guerre sanglante qui avait opposé les partisans du Président Uhuru Kenyatta à ceux de son adversaire Raila Odinga. Au terme de l’élection présidentielle du 4 août 2017, le Kenya a passé un moment sombre avant que ne souffle le vent de la réconciliation. C’est ce havre de paix qui a sans doute inspiré les deux candidats à la présidentielle en RDC, Félix Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe. 

Résolu à s’effacer en retirant sa candidature de la course à la magistrature suprême, le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) a préféré laisser monter sur le piédestal le tout frais président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), afin qu’il puisse porter haut l’étendard de  »Mupepe ya sika » (le vent nouveau, NDLR), au nom du ticket  »Fatshivit ».

Le destin leur sourira le 10 janvier 2019 à 3h15 lorsque le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, annoncera la victoire de Fatshi, avant la confirmation de ce résultat par la Cour constitutionnelle. 

LA VISITE FORTUITE DE KENYATTA ET D’ODINGA 

Lors de son investiture, c’est encore le chef de l’Etat kenyan qui sera la seule tête couronnée du continent africain qui viendra répondre à l’invitation du nouvel élu. 

Accompagné de son ex-opposant Raila Odinga, Uhuru Kenyatta est venu pratiquement apporter sa bénédiction à l’ancien opposant devenu Président, au cours de la toute première passation pacifique et civilisée du pouvoir entre un pouvoir entrant et un pouvoir sortant. C’est quasiment cette logique de réconciliation nationale qui a animé le président sortant, Joseph Kabila, à la veille de la campagne électorale. Le  »Raïs » a trouvé le moment propice pour rassembler autour de sa famille politique originelle, la Majorité présidentielle (MP), toutes les forces acquises à la cause patriotique. 

Partis de la Majorité tout comme de l’Opposition ont été conviés à faire partie de cette plateforme électorale qui sera connue sous la dénomination du  »Front Commun pour le Congo » (FCC). 

Sur la même lancée, dans son tout dernier discours en tant que chef de l’Etat sortant, le Président Joseph Kabila est monté au créneau pour appeler la classe politique, non pas à la cohabitation, mais à la coalition au pouvoir pour défendre l’intérêt national. 

L’ETAPE KENYANE, UNE DIMENSION SYMBOLIQUE 

Aujourd’hui, l’étape kenyane revêt donc une dimension symbolique au moment où ça vole bas entre CACH et Lamuka. Il est donc temps que la classe politique congolaise – qui, jusqu’ici a évité le bain de sang qu’on redoutait – consolide cet élan de réconciliation pour éviter que ce pays ne sombre dans le gouffre. Le moment d’éviter la résurgence des vieux démons de la division qui risqueraient de plonger la RDC dans le chaos. C’est cette perspective funeste sur laquelle misent tous les adversaires de l’intégrité territoriale (certains groupes armés et pays voisins, certains représentants des pays occidentaux et des multinationales…).

Bref, tous ceux pour qui le chaos est une aubaine pour piller les ressources naturelles du Congo. Surtout dans l’Est. 

Yves KALIKAT, Forum des As, 7 février 2019

F. Tshisekedi hier chez Uhuru Kenyatta : double dette morale soldée

       Après Luanda mardi, où il a assuré son homologue Joao Lourenço de sa volonté de poursuive et consolider la coopération bilatérale entre l’Angola et la RDC dans les domaines de la sécurité, de la diplomatie, du commerce, des transports, de l’énergie et de la migration, le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi était, hier mercredi 06 février à Nairobi, chez le Kenyan Uhuru Kenyatta. Cette visite officielle avait une double symbolique : remercier le président kenyan d’avoir été pratiquement le parrain de la plate-forme « Cach » (Cap pour le Changement), dont l’acte de naissance avait été signé en novembre 2018 à Nairobi, mais aussi pour sa participation, comme unique Chef de l’Etat étranger, à la cérémonie de son investiture, le 24 janvier 2019, avec dans sa suite son opposant Odinga.

       Et Uhuru Kenyatta, qui avait apporté à Félix Tshisekedi un soutien diplomatique sans précédent, est resté fidèle à sa foi dans la vérité des urnes attestée par la Cour Constitutionnelle en validant les résultats définitifs de la Présidentielle.

       Dans son message d’encouragement hier à son homologue congolais à l’issue de leur tête à tête au Palais présidentiel, il a eu ces mots : «J’ai assuré le Président Tshisekedi  de l’engagement du Kenya à aider la RDC à parvenir à la stabilité politique. Le Kenya a tiré de précieuses leçons de tensions politiques passées, que le pays est prêt à partager avec la nation des Grand Lacs».

Les observateurs ont noté, à travers ces propos, que le rapprochement entre Kinshasa et Nairobi est plus que jamais scellé et qu’une complicité est née entre les deux Chefs d’Etat.

            Selon la suite du Chef de l’Etat congolais, ce dernier a, dans son court message à la communauté congolaise de Nairobi, rappelé quelques séquences de son discours d’investiture, à savoir qu’il ne se livrerait jamais à une chasse à l’homme, que l’option de la libération des prisonniers politiques et d’opinions reste maintenue, de même que celle de la gratuité de l’enseignement primaire, de la lutte contre la pauvreté, de la chasse aux antivaleurs, etc.

Kimp, Le Phare, 7 février 2019

Le Kenya promet d’aider Tshisekedi à stabiliser la RDC

            Le président kényan Uhuru Kenyatta a proposé mercredi 6 février son aide pour ramener la paix et la stabilité en République démocratique du Congo (RDC), au cours d’une visite de son nouveau président, Félix Tshisekedi. Il a assuré à son interlocuteur qu’il avait tiré les leçons de la crise politique née de la contestation de sa réélection en 2017 par l’opposant Raila Odinga, qui avait fait plus de 90 morts.

Les deux hommes ont depuis promis d’oeuvrer ensemble pour la réconciliation dans le pays.

« Nous allons continuer à vous aider à atteindre la paix et la stabilité, parce que nous avons une expérience similaire à la vôtre, que nous pouvons vous faire partager« , a assuré M. Kenyatta, cité dans un communiqué de la présidence.

Il a précisé que le Kenya était prêt à aider à former les fonctionnaires congolais, ainsi qu’à mettre en place des partenariats en matière de construction d’infrastructures et dans l’industrie minière.

Félix Tshisekedi a été proclamé élu par la Cour constitutionnelle le 20 janvier. Il a pris la succession de Joseph Kabila, resté au pouvoir pendant dix-huit ans et dont le camp a gardé la majorité des sièges à l’Assemblée nationale.

Cette première alternance pacifique dans l’histoire de la RDC est contestée par l’opposant Martin Fayulu, qui revendique la victoire avec 61% des voix et dénonce un « putsch » électoral.

Félix Tshisekedi a entamé en Angola sa première tournée à l’étranger dans ses nouveaux habits de chef d’Etat, depuis son élection après le scrutin du 30 décembre 2018.

Après le Kenya, il doit se rendre au Congo-Brazzaville.

Avec AFP et Radio Okapi, 6 février 2019

RDC-Kenya : Félix Tshisekedi réchauffe les relations de coopération !

Après sa sortie diplomatique à Luanda lors de sa rencontre avec Joao Lourenço ayant concouru à un nouvel élan de collaboration bilatérale, le Président congolais, Félix Tshisekedi, a une fois de plus obtenu des résultats satisfaisants, dans la foulée de ses échanges du mercredi 6 février au Kenya avec le Président Uhuru Kenyatta. Celui-ci, en effet, lui a donné des garanties quant à l’engagement de son pays à soutenir la RD. Congo qui vient de sortir d’une crise. Comme pour entériner son vœu, Uhuru Kenyatta et son Gouvernement se sont dit prêts à améliorer les échanges commerciaux entre les deux Etats. En outre, le Chef de l’Etat kenyan a sous-tendu la volonté de son Etat à faciliter la formation des fonctionnaires congolais avec leurs écoles en matière gouvernementale. Une chose qui, de leur entendement, contribuerait largement au développement de la RD. Congo et ce, dans la mesure où elle acquerra des décideurs très bien formés et capables de mettre au point de bonnes stratégies d’émergence.

Focus !

Le président Uhuru Kenyatta, le mercredi 6 février  à la State House Nairobi, s’est entretenu avec le Président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi. Au cours de leurs entretiens, les deux dirigeants ont exploré les moyens de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays. Le Président Kenyatta a assuré son homologue de l’engagement du Kenya à aider la RDC à atteindre la stabilité politique, affirmant que le Kenya avait tiré des enseignements précieux des tensions politiques passées, que le pays est disposé à partager avec le pays des Grands Lacs.  «Merci d’être venus et nous sommes impatients de renforcer le partenariat entre nos deux pays dans l’intérêt de nos citoyens», a déclaré le président Kenyatta. «Nous continuerons à vous aider à instaurer la paix et la stabilité parce que nous avons eu une expérience similaire que nous pouvons partager. Notre pays a été en mesure de calmer les températures politiques grâce à la célèbre initiative Building Bridges», a-t-il poursuivi.

Le Président a déclaré que le Kenya accueillait depuis des décennies des réfugiés congolais dont certains ont depuis été adoptés en tant que Kenyans, ajoutant que les deux pays ont beaucoup à partager en termes de patrimoine culturel. «De nombreux Congolais ont vécu au Kenya et le pays a adopté une partie de la musique congolaise qui fait désormais partie de notre vie», a déclaré le président Kenyatta à son homologue en visite.

Le président Kenyatta a déclaré que le Kenya collaborerait avec le Congo dans le renforcement des capacités en offrant des possibilités de formation aux fonctionnaires congolais dans les établissements de formation au Kenya, tels que la Kenya School of Government. «Notre partenariat garantirait que les deux pays frères réalisent le rêve de notre père fondateur d’un continent africain stable, sûr et prospère», a déclaré le président Kenyatta.

Il a déclaré que la formation permettrait aux décideurs politiques congolais de perfectionner leurs compétences et de formuler de bonnes politiques garantissant que le pays atteigne ses objectifs de développement et fournisse des services de qualité à sa population. «Nous sommes prêts à nous associer pour construire des infrastructures, partager des compétences dans l’industrie extractive et dans de nombreux autres domaines présentant des avantages mutuels», a déclaré le président.

S’agissant du commerce, le président Kenyatta a observé qu’une grande partie des importations congolaises transitaient par le port de Mombasa, en particulier des marchandises destinées à Goma et à Lubumbashi, dans l’est de la RDC, et avait appelé à un resserrement des liens commerciaux. Le président Kenyatta a une nouvelle fois félicité le président nouvellement élu pour sa victoire aux élections législatives du 30 décembre, affirmant que le transfert pacifique du pouvoir en RDC était un signe que l’Afrique était désormais mûre et qu’elle pouvait régler ses problèmes sans influence extérieure.

Lors de la réunion à laquelle ont également assisté le vice-président William Ruto et plusieurs secrétaires de cabinet, le président a félicité les citoyens congolais pour leur maturité dans la manière dont ils ont conduit les dernières élections et les a exhortés à unir et à développer leur pays.

De son côté, le président Tshisekedi a remercié le président Kenyatta d’être un véritable ami de la RD Congo, comme en témoigne la récente visite du président Kenyatta dans le pays pour assister à la cérémonie d’inauguration du leader congolais. Il a déclaré que le Congo chérirait à jamais l’amitié du Kenya dans la mesure où celui-ci continue de soutenir le chemin du pays vers la stabilité politique et sociale. Il a reconnu le rôle important joué par le port de Mombasa dans le bien-être économique du Congo, affirmant que son pays était prêt à rejoindre la Communauté de l’Afrique de l’Est afin de renforcer ses liens économiques avec la région. Le chef de la diplomatie congolaise a déclaré que la CAE profiterait davantage aux citoyens congolais, en particulier à ceux résidant dans la partie orientale du pays expansif.

Il a remercié le président Kenyatta et le gouvernement kenyan d’avoir proposé de former des fonctionnaires congolais, affirmant que cette opportunité contribuerait grandement à aider le pays à atteindre ses objectifs de développement. Les deux dirigeants ont convenu de planifier des visites réciproques lorsque le président nouvellement élu formerait son gouvernement.

La Prospérité (avec la Presse kenyane), 6 février 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s