Le carnet diplomatique du Président. Après Brazzaville, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi en route pour Addis-Abeba

RDC : Félix Tshisekedi attendu à Addis-Abeba

Le président de la République Felix-Antoine Tshisekedi a quitté Kinshasa ce samedi 9 février matin pour Addis-Abeba en Ethiopie. Le chef de l’Etat prendra part au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, indiquent des sources officielles.

Ce déplacement intervient après un périple qui a conduit Felix Tshisekedi à Luanda en Angola, à Nairobi au Kenya et à Brazzaville en République du Congo ou il a eu des entretiens avec ses homologues João Lourenço, Uhuru Kenyatta et Denis Sassou Nguesso.

Radio Okapi, 9 février 2019

Fin du périple sous-régional du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a regagné Kinshasa vendredi 08 février, via Brazzaville, en République du Congo, dernière étape du périple sous-régional qu’il a entamé mardi 05 février 2019, lequel l’a conduit successivement à Luanda, en Angola, à Nairobi, au Kenya, et à Brazzaville, au Congo/Brazzaville.

Il a traversé le fleuve Congo à bord du bateau «Majestic River» qui a accosté au port privé «SICOTRA» à Kinshasa.

Le Chef de l’Etat a rencontré durant cette tournée en tête-à-tête ses homologues Joao Lourenço  à Luanda, Uhuru Kenyatta à Nairobi et Denis Sassou N’Guesso à Brazzaville.

Des questions liées à la coopération, à l’économie, à la défense et à la sécurité ont été au centre des entretiens que le Chef de l’Etat a eus avec ses homologues de la sous-région.

Le Président Félix Tshisekedi a porté son choix sur ces trois pays compte tenu de l’assistance qu’ils ont apportée à la République Démocratique du Congo (RDC) pendant les moments historiques.

Il a mis à profit cette tournée pour renforcer les liens d’amitié et de coopération multiforme avec les pays amis  de la RDC, en vue de concrétiser les volets de la coopération régionale qu’il a promis  dans son discours d’investiture.

En Angola, le Chef de l’Etat a balayé d’un revers de la main la controverse  autour de son élection à la magistrature suprême à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018. A ceux qui contestent encore sa victoire, il a dit : «J’attends toujours la preuve de celui qui conteste le verdict de la Cour constitutionnelle. Je n’ai  rien vu».

Toutefois, le Président de la République a émis un satisfecit au regard de l’alternance pacifique avec son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange. Il a aussi évoqué avec son homologue angolais des questions ayant trait notamment au renforcement des relations économiques et sécuritaires.

S’entretenant avec son homologue congolais à Nairobi, le Président Uhuru Kenyatta s’est dit fier de l’aboutissement heureux du processus électoral en République Démocratique du Congo donnant à l’Afrique et au monde une leçon de la démocratie. Il a également donné au Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo des garanties quant à l’engagement du Kenya à soutenir la République Démocratique du Congo, avant de se proposer d’améliorer les échanges commerciaux entre Nairobi et Kinshasa.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a aussi annoncé que son pays était disposé à rejoindre la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) (East African Community, EAC) qui regroupe le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

Peu avant de quitter Nairobi, le Chef de l’Etat a eu un entretien à bâtons rompus avec les étudiants congolais, au cours duquel il a invité la diaspora congolaise disséminée à travers le monde à regagner le bercail pour contribuer à la reconstruction du pays.

A Brazzaville, troisième et dernière étape de son périple sous régional, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Denis Sassou N’Guesso ont évoqué, lors d’un entretien en tête-à-tête, des questions relatives à la coopération bilatérale entre leurs Etats. Le Chef de l’Etat s’est adressé à la communauté de la RDC vivant à Brazzaville, mettant ainsi fin à son séjour dans la capitale du Congo/ Brazzaville.

Acp, 8 février 2019 

Sécurité, crise en Libye, économie et Tshisekedi : les grands enjeux du sommet de l’UA à Addis-Abeba

Premier voyage à Addis-Abeba pour Félix Tshisekedi, début de la présidence continentale pour Abdel Fattah al-Sissi, et même candidature inédite du roi d’Eswatini Mswati III pour lui succéder… Le 32e sommet de l’Union africaine devrait être celui des nouveautés…

• Que fera Sissi de sa présidence ?

CERTAINS ESPÈRENT QUE LA PRÉSIDENCE ÉGYPTIENNE REMETTRA LA LIBYE AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS DE L’UNION AFRICAINE

La présidence de l’Égypte devrait être fortement orientée vers la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Les contours de cette coopération continentale sécuritaire restent flous.

Certains espèrent que la présidence égyptienne remettra la Libye au cœur des préoccupations de l’Union africaine. «L’Égypte va régler le problème», avance même un fonctionnaire du ministère libyen des Affaires étrangères, présent à Addis-Abeba. Pour autant, Le Caire apporte un franc soutien au maréchal Khalifa Haftar, qui s’est montré jusqu’à présent assez peu soucieux de respecter le processus politique, lui préférant la méthode forte de la conquête militaire.

Au niveau des infrastructures continentales afin de favoriser l’intégration régionale, le Commissaire aux Affaires économiques Victor Harrison se montre optimiste : «Le président Sissi, avant même de prendre la présidence de l’UA, a fait appel aux acteurs économiques égyptiens pour qu’ils se tournent vers le Sud. Et je peux vous dire que le secteur privé égyptien a entendu le message».

L’Égypte appuie également les accords de libre-échange au niveau continental et tentera certainement d’abattre les derniers obstacles à l’entrée en vigueur de la Zone de libre échange continentale africaine (ZLEC).

• Quel nouveau barème pour les contributions des États-membres ?

L’UNE DES MODALITÉS DISCUTÉES PRÉVOYAIT AINSI DE LIMITER LES CONTRIBUTIONS DES CINQ PRINCIPAUX DONATEURS À 40% DU BUDGET

Pour éviter que l’UA ne se retrouve dans une situation de trop grande dépendance vis-à-vis des contributions de ses membres ayant les économies les plus florissantes, comme c’était le cas à l’époque de Mouammar Kadhafi, l’institution panafricaine a entrepris de se doter d’un nouveau barème des contributions. Son principe ? Mieux répartir les contributions entre les plus grosses économies et les plus petites.

L’une des modalités discutées prévoyait ainsi de limiter les contributions des cinq principaux donateurs (Afrique du Sud, Algérie, Égypte, Maroc et Nigeria) à 40% du budget et de fixer une contribution-plancher de 200 000 dollars annuels.

Mais le nouveau barème était encore l’objet de désaccords lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères, ce vendredi 8 février à Addis-Abeba.

• Félix Tshisekedi rétablira-t-il le lien avec ses pairs ?

Le nouveau président de RDC, attendu à Addis-Abeba samedi 9 février, siégera pour la première fois devant ses pairs dans le hall Nelson Mandela lors de l’ouverture du sommet d’Addis-Abeba le lendemain.

Un discours hautement symbolique, puisque c’est dans ce même siège de l’UA à Addis-Abeba que dix chefs d’États du continent avaient rédigé un communiqué conjoint faisant état de «sérieux doutes» sur la validité de son élection.

Les chefs d’État africains ont, depuis, rétropédalé. Dans son discours d’ouverture du conseil exécutif, le 7 février, le président de la Commission Moussa Faki Mahamat a même «noté avec satisfaction le bon déroulement des élections et les transitions intervenues à Madagascar et en République démocratique du Congo».

Félix Tshisekedi va toutefois devoir renouer le lien entre son pays et l’UA, qui s’était particulièrement distendu sous la présidence de son prédécesseur, Joseph Kabila. Ce dernier, qui entretenait des relations tendues avec la quasi-totalité de ses voisins, ne se rendait presque jamais aux sommets de l’UA.

• Mswati III va-t-il présider l’Union africaine ?

LE PROFIL DE CE ROI, SOUVENT CONSIDÉRÉ COMME LE DERNIER MONARQUE ABSOLU DU CONTINENT, FAIT DÉBAT

Le sommet d’Addis-Abeba doit d’ores et déjà désigner le successeur de l’Égyptien Abdel Fattah al-Sissi à la présidence de l’Union africaine. En vertu du principe de rotation, ce siège doit revenir à un pays d’Afrique australe. Et, surprise : selon plusieurs délégations, Mswati III d’Eswatini (nouveau nom du Swaziland) est sur les rangs.

Le profil de ce roi, souvent considéré comme le dernier monarque absolu du continent, fait toutefois débat. Elle parait d’autant plus incongrue que le Rwandais Paul Kagame est parvenu à donner une influence nouvelle à cette fonction au cours de son mandat, qui s’achève aujourd’hui. Il est difficile d’imaginer que ce royaume d’à peine plus d’un million d’habitant puisse exercer un rôle comparable.

Le débat devrait en tout cas être tranché entre les membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Jihâd Gillon et Pierre Boisselet, Jeune Afrique, 8 février 2019

Denis Sassou Nguesso et Félix Tshisekedi veulent poursuivre les échanges «à tous les niveaux»

Le président de la RDC, Félix Tshisekedi et son homologue, Denis Sassou Nguesso ont souligné la nécessité de poursuivre les échanges à tous les niveaux entre les deux pays, sur toutes les questions d’intérêt commun. Ce vœu est contenu dans le communiqué conjoint signé vendredi 8 février, par les deux chefs d’Etats, à l’issue de la visite du président de la RDC à Brazzaville.

Ils demandent aussi la réactivation des commissions mixtes spécifiques, lesquelles vont «traduire la volonté de raffermissement des liens d’amitié, de coopération et de fraternité qui unissent les deux pays».

Le nouveau président élu, Félix Tshisekedi, a salué les initiatives du président Sassou, «visant à consolider la paix dans l’ensemble du pays et à redynamiser l’économie congolaise». Il a aussi salué le rôle joué par le président Sassou, à la tête de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), «dans la recherche des solutions aux crises diverses sur le continent (…)».

Pour sa part, le président Denis Sassou Nguesso a réitéré ses félicitations au président Tshisekedi, pour son élection à la présidentielle du 30 décembre 2018.

Il a aussi félicité le peuple congolais, son gouvernement et l’ancien président, Joseph Kabila, «pour avoir réussi dans la paix, la première transition démocratique du pays».

Félix Tshisekedi est rentré à Kinshasa, après avoir passé 48 heures à Brazzaville. Bien avant il s’était rendu tour à tour en Angola et au Kenya, dans le cadre de sa première tournée dans la sous-région, depuis son élection à la tête de la RDC.

Radio Okapi, 8 février 2019

Sassou Nguesso et Félix Tshisekedi insistent sur la «réactivation de toutes les commissions mixtes spécifiques» entre les deux Congo

Félix Tshisekedi est rentré à Kinshasa ce vendredi en provenance du Congo-Brazaville où il a rencontré son homologue Denis Sassou Nguesso. 

Les deux chefs d’Etat ont demandé la tenue, au cours de l’année 2019, de la 12e session de la Grande Commission mixte entre la RDC et la République du Congo, ainsi que la réactivation de toutes les commissions mixtes spécifiques, «afin de traduire la volonté de raffermissement des liens d’amitié, de coopération et de fraternité qui unissent leurs pays et qui caractérisent leur politique de bon voisinage».

Selon le communiqué final de la rencontre, les deux hommes ont souligné également la nécessité de poursuivre « les échanges à tous les niveaux entre leurs pays, «sur toutes les questions d’intérêt commun».

Ils ont évoqué également les questions sous régionales et internationales à quelques jours de la tenue du sommet de l’Union africaine auquel participera pour la toute première fois Félix Tshisekedi en qualité de président de la RDC.

actualite.cd, 8 février 2019

Félix Tshisekedi aux Congolais habitant Brazzaville : «D’ici septembre, nous allons supprimer la prime des parents»

«D’ici septembre nous allons mettre en place des mesures pour supprimer la prime des parents (dans nos écoles) … Vous avez le droit d’avoir l’espoir et de vous réjouir. Notre politique est basée sur l’amour du Congo», a promis ce vendredi 8 février le Président Félix Tshisekedi aux Congolais de la RDC vivant en République du Congo voisine. Des propos relayés sur le compte Twitter de la Présidence de la République.

La prime payée par les parents instaurée dans les écoles publiques au début des années 90 vise à suppléer les frais de fonctionnement des écoles et les salaires modiques que l’Etat versent aux enseignants.

Le chef de l’Etat de la RD Congo séjourne à Brazzaville pour une visite de travail depuis jeudi 7 février. Il mise sur la lutte contre la corruption pour financer son action dans le secteur de l’éducation.

«Il y a environ 20 milliards de dollars de perte à cause de la corruption. Nous devons la combatte pour trouver les moyens de financer nos politiques notamment celui de l’éducation. L’école doit être obligatoire et gratuite», a-t-il dit.

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi a aussi dévoilé à la communauté congolaise de Brazzaville la priorité de son action. «Ma priorité c’est la paix. On ne peut pas diriger ce pays en ayant une insécurité à l’Est et même dans les autres points. Tout le monde doit vivre heureux et en sécurité», a déclaré le chef de l’Etat congolais.

Il promet par ailleurs de «revoir nettement à la baisse le prix du passeport de la RDC», qui se négocie actuellement à au moins 200 dollars américains, et de faire en sorte que des Congolais disposent des cartes d’identité. 

«Nous allons commencer par un recensement de la population. C’est après que nous pourrions émettre des cartes d’identité. C’est important pour planifier notre développement», note-t-il, avant de lancer un appel à l’unité : «Nous voulons un Congo réconcilié. Le pouvoir que je souhaite mettre en place est pour tout le monde. Nous devons nous aimer et nous soutenir mutuellement car nous sommes les premiers responsables de notre malheur».

Radio Okapi, 8 février 2019

(Sélection d’Omer Nsongo die Lema)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s