Enjeu post-électoral : Pprd, Mp et FcC à l’épreuve de la remise en question !

  • Il est anormal de procéder à des restructurations ou de continuer de  fonctionner comme par le passé sans au préalable faire l’évaluation de la participation aux élections du 30 décembre 2018. Agir ainsi n’est ni plus ni moins qu’une fuite en avant lamentable… 

Le Pprd est le parti dont le président national est normalementJoseph Kabila. Née en 2011 des cendres de l’Alliance pour la majorité présidentielle (Amp) créée en 2006La Majorité présidentielle (Mp) a pour autorité morale attitréeJoseph Kabila. Le Front commun pour le Congo (FcC), lancé en 2018, a également pour autorité morale attitréeJoseph Kabila. L’Amp, la Mp et le FcC ont été conçus dans le plus précis de ratisser large dans la perspective des élections de 2006, de 2011 et de 2018. Quant au Pprd, il doit son existence à la normalisation. Pour l’histoire, à l’étape sud-africaine du Dialogue intercongolais en février-avril 2002 (Sun City 1), il s’était posé un problème de dénomination pour la composante dite «Gouvernement». L’Accord de Lusaka, signé en 1999 pour mettre fin à la guerre, avait préconisé la tenue des négociations inter-congolaises. Étaient alors identifiées comme composantes le «Gouvernement», le «Rdc», le «Mlc», l’«Opposition» et la «Société civile». Il fallait absolument pour la composante «Gouvernement» se constituer en parti politique, à l’instar du Rdc et du Mlc. D’où la création, le 31 mars 2002, du Pprd…

En toute logique, à l’issue de chaque élection, tout parti politique, tout regroupement ou toute  plateforme politique crédiblese réunit en conclave pour procéder à l’évaluation de sa participation à la compétition. Et rend compte à la base.

Ayons le courage de l’admettre : ni en 2006, ni en 2011 au Pprd, à l’Amp ou la Mp il n’a été question d’évaluation des élections, à moins de l’avoir effectuée en cercle fermé.

Jamais deux sans trois, dit-on. Le FcC semble se retrouver dans la même situation, sauf erreur de notre part.

Conséquence : un candidat, en la personne d’Adam Chalwe, a tiré la sonnette d’alarme en démissionnant de son poste de président de la Jeunesse de la Mp. Selon ses propres propos, par ce geste fort, il a pris acte de son échec à la députation nationale à Lubumbashi, dans le Haut Katanga. Chalwe a d’ailleurs  exhorté tous les membres de la plateforme à lui emboîter le pas. 

Autant il est à féliciter pour son courage exceptionnel, autant il n’est pas à féliciter pour la procédure suivie. En effet, la démission devrait résulter de l’évaluation post-électorale.

Or, ni la Jeunesse de la Mp en particulier, ni le Secrétariat général en général ne s’est prêté à cet exercice et en a fait écho dans les médias. Au contraire, la Mp a annoncé sa reconstitution avec une nouvelle dénomination, à savoir Majorité Démocratique ou Majorité tout court.

La question est de savoir si, au stade actuel et à la lumière de la nouvelle configuration post-électorale, la Mp doit continuer d’exister.

Dans la logique des grands ensembles

Effectivement, pendant la campagne électorale 2018, les candidats se sont affichés avec deux dénominations : parti d’appartenance(Pprd, Udps, Palu, Afdc, Ccu, etc.) et plateforme électorale FcC. Rares sont des affiches ayant porté la dénomination Mp.

Il va sans dire que la plateforme Md ou M comprend aujourd’hui des députés nationaux et provinciaux élus sous label FcC.

Certes, d’aucuns objecteraient que le FcC n’a pas d’existence légale. C’est vrai. Mais, ce qui est aussi vrai, c’est qu’à leur naissance, ni l’Amp ni la Mp n’avaient d’existence légale. La légalisation n’a été opérée qu’après. Il est donc possible – pour peu qu’on le veuille – de légaliser aussi le FcC. 

D’ailleurs, on ne peut pas ne pas le faire dans la mesure où Joseph Kabila lui-même est dans la logique de grands ensembles politiques pour animer la gouvernance institutionnelle.

Dans une interview à Colette Braeckman publiée le 30 novembre 2018, il s’exprime clairement à ce sujet au travers des réponses couplées suivantes : «Le FCC, c’est une idée qui date du lendemain des élections de 2006, j’étais conscient du fait que tous les Congolais devaient cheminer ensemble. A l’époque, j’avais fait appel à Jean-Pierre (Bemba), mon ancien vice-président, et même nos amis de l’UDPS, pour que nous travaillions ensemble(…) Je ne crois pas, il y a plusieurs tendances au sein des FCC, les libéraux, les socialistes, d’autres… D’ailleurs, au lieu d’avoir 600 partis politiques, je crois préférable d’avoir de grands ensembles, avec un total de quatre à cinq partis politiquesqui transcendent les régions, les ethnies… Si les autres se regroupent aussi, c’est une bonne tendance».

Il ne faudrait pas avoir peur du changement

Au regard de ce qui précède, le pragmatisme commande de faire le choix déterminant entre, d’une part, la nécessité de voir Joseph Kabila président national du Pprd, autorité morale de Md ou M et autorité morale du FcC et, de l’autre, l’impératif de le voir président national du Pprd et autorité morale du FcC.

L’esprit de corps et d’unité doit trancher.

S’agissant du Pprd, le temps est arrivé pour Joseph Kabila d’en prendre officiellement la direction. Jusque-là, l’alinéa 2 de l’article 96 de la Constitution ne le lui a pas permis. Il dispose que «Le mandat du Président de la République est également incompatible avec toute responsabilité au sein d’un parti politique».

Maintenant qu’il est libéré de la fonction de Chef d’Etat, Joseph Kabila peut – pour la première fois en 17 ans d’existence du Pprd – s’assumer pleinement comme président national du parti. 

Il faut admettre que le Pprd a beaucoup souffert du «leadership par procuration» que lui a imposé le statut de Président de la République de son initiateur. Certains membres se sont comportés en électrons libresvis-à-vis du secrétaire général ou du secrétaire permanent. De Tshikez à Shadary, en passant par Kamerhe, Boshab et Mova, il n’en a été qu’ainsi.

On peut espérer, à l’occasion de la célébration du 17ème anniversaire de la création du Pprd le 31 mars prochain, l’avènement de la normalisation.

S’agissant de la Mp, le temps est arrivé pour ses membres de tirer toutes les conséquences de la donne actuelle. Elle a fait son boulot et son temps. La création du FcC établit une sorte de doublonpréjudiciable à la famille politique. On a l’impression de l’existence d’une plateforme des leaders dans une autre plateforme des mêmes leaders élargis à des leaders de la dernière génération venus dans la foulée de l’Accord de la Saint Sylvestre, la première comprenant, comme le distingue un proverbe Kongo, les «enfants du salon» (Bana banzo) et la seconde, les «enfants de la cour» (Bana ba seka) ! 

Quant au FcC, il doit réaliser certes son avantage qualitatif et quantitatif, mais surtout admettre que sa survie est au prix d’une métamorphose profonde. 

On peut être un grand ensemble politique, mais ne pas engranger le succès escompté simplement du fait de l’hétérogénéité. 

Ce pays a connu entre 1990 et 1997 des méga-plateformes comme les Fdudevenues Fdc(pro-Mobutu) et l’Usdevenue Usor(pro-Tshisekedi), mais avec un gros défaut de la cuirasse : la nature compositedes idéologies. L’Amp et Mp en ont souffert de 2006 à 2018, Rassemblement a fini par en faire les frais en moins d’une année d’existence. De création récente, le FcC et Lamuka n’en échapperont pas.

Aussi, le FcC va-t-il devoir se régénéreridéologiquement au risque de disparaître. 

Inouïe, la chance de la Gauche congolaise est dans le rapprochement des forces progressistes comprenant socialistes et socio-démocrates. L’homogénéité n’est possible que par la donne idéologique.

            A la faveur des élections du 30 décembre 2018, le Congo postélectoral vit aujourd’hui un rapprochement inattendu des forces de Gauche : PpPalu, Udps, Pprd, Afdc, Ccu etc.

            Il ne faudrait pas avoir peur du changement imposé par l’alternance politique.

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s