LE CARNET DIPLOMATIQUE DU PRESIDENT. Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi en Namibie

Félix Tshisekedi en quête de soutien dans la Sadc : première étape, la Namibie

Le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, se tourne vers la Sadc (Communauté de développement de l’Afrique australe). C’est par la Namibie, où il est arrivé mardi, que Félix Tshisekedi entame ses contacts au sein de l’organisation sous-régionale. Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé mardi à Windhoek, en Namibie, à l’invitation de son homologue Hagei Geingob. Le chef de l’Etat a été accueilli à l’aéroport de Hosea de Windhoek par Netumbo Nandi Ndaitwah, vice-Premier ministre Namibien en charge de la coopération internationale…

Deux jours de travail qui lui permettront de prendre ses contacts avec la Sadc (Communauté de développement de l’Afrique australe), au moment où la Namibie assume la présidence tournante de l’organisation sous-régionale. Dans sa suite, le chef de l’Etat est accompagné de la première dame, Denise Nyakeru Tshisekedi, et de plusieurs collaborateurs.

«J’ai retrouvé l’espoir et la confiance dans la capacité de la RDC à jouer un rôle significatif dans le développement de la région Sadc et de l’Afrique dans son ensemble. C’est pourquoi la visite de travail du président Tshisekedi en Namibie marque une étape cruciale dans la consolidation des relations bilatérales entre nos deux pays, avec pour objectif principal d’ouvrir des vastes possibilités d’échanges inter personnels et d’échanges entre entreprises dans l’intérêt du bien-être partagé pour nos deux pays», rappelait à ce propos la présidence namibienne dans un communiqué, peu avant l’arrivée de Félix Tshisekedi à Windhoek.

En optant pour la Namibie, premier pays de la Sadc retenu dans son agenda, Félix Tshisekedi veut sûrement consolider ses liens dans la sous-région. Et quoi de plus normal de commencer par la Namibie, qui assume pour le moment la présidence tournante de la Sadc.

«J’ai amené ma méthode qui fait déjà ses effets»

            Dans la conférence de presse qu’il a co-animée au State House avec son homologue namibien, le président Félix Tshisekedi Tshilombo a circonscrit les 30 premiers jours de sa présidence. «J’ai amené ma méthode qui fait déjà ses effets. Depuis que j’ai été élu, j’ai commencé à sévir sur les agents des forces de l’ordre qui violent le droit des citoyens, au niveau de la télévision nationale, la parole est donnée à l’opposition, les activités de Martin Fayulu passe sans censure et il continue à tenir des manifestations en toute liberté», a déclaré Félix Tshisekedi.

Dans le registre de la décrispation politique, il a annoncé la libération dans les prochains jours des prisonniers politiques. «Dans les jours qui viennent tous les prisonniers politiques seront libérés selon leurs cas parce qu’il y a ceux qui vont bénéficier de la grâce présidentielle immédiatement et d’autres les procédures sur eux peuvent être levées. Ce qui est sûr; tous les prisonniers seront libérés dans les prochains jours», a promis le chef de l’Etat.

Pour concrétiser une de ses promesses de campagne, le chef de l’Etat s’engage à donner un visage humain à l’ANR (Agence nationale des renseignements). «En ce qui concerne l’ANR qui était la police politique du pouvoir depuis l’indépendance, nous allons donner à l’ANR un autre visage plus humain, et j’ai déjà donné l’ordre pour la fermeture de tous les cachots de l’ANR et qu’on ne puissent plus retenir des gens juste à cause de leur opinion politique».

La visite de travail du président Tshisekedi, la première en Namibie, depuis son entrée en fonction le 24 janvier 2019, fait suite à la réunion bilatérale des deux dirigeants qui s’est tenue le 10 février 2019 en marge du 32ème sommet de l’UA à Addis-Abeba, indiquait la présidence namibienne dans un communiqué.

Le Potentiel, 27 février 2019

Le Chef de l’Etat aux Congolais de Namibie : «Je ne serai pas un Président qui règne sans gouverner»

En visite à Windhoek en République namibienne, à l’invitation de son homologue Hague Geingob, le Président congolais Félix Antoine Tshisekedi a saisi l’occasion pour s’entretenir avec ses compatriotes vivant dans ce pays du Sud du continent.

C’était également l’occasion pour le nouveau Chef de l’Etat de lever l’équivoque sur un certain nombre de sujets d’actualité qui défrayent la chronique depuis son élection à la tête du pays. Sans tabou, comme c’était lors de son passage au Kenya, il a apporté des éclaircissements nécessaires sur bon nombre de questions qui suscitaient des débats aussi bien au pays qu’à l’étranger, à travers cet entretien avec les filles et fils du Congo démocratique vivant en terre namibienne.

            Aux allégations véhiculées par des mauvaises langues, prophétes de malheur et autres pseudos analystes soutenant qu’il n’y a pas eu d’alternance ou changement réel en Rdc, et que l’ancien président tiendrait encore les rênes du pouvoir, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a tenu à rassurer ses compatriotes que le changement a bel et bien eu lieu en République Démocratique du Congo.

           «C’est totalement faux», a-t-il répliqué, en indiquant que toutes ces affabulations ont commencé bien avant son élection. Et de les inviter à ne pas céder auxdites manipulations provenant de certains milieux influents qui pensaient que les choses allaient continuer toujours à entretenir le flou, étouffer la voix des Congolais, vouloir gérer à leur place, et faire voir que les Congolais n’étaient pas capables de se prendre en charge. Ce qui s’est passé, on a prouvé au monde que les Congolais se sont pris eux-mêmes en charge. Le changement est intervenu pacifiquement, sans eux. Toutes les prophéties de malheur n’ont pas tenu.

L’Amour du Congo et du Congolais

           Poursuivant son entretien avec ses compatriotes, Félix Tshisekedi a rappelé que pendant sa campagne électorale, l’un des thèmes développés a été la réconciliation nationale. Se disant conscient que les élections amènent parfois à des frustrations qu’il a lui-même connues et vécues, cela ne doit pas conduire à la division. Mais, chacun est appelé au dépassement de ses sentiments politiques, tribaux ou d’opinions, pour construire l’unité et la cohésion nationale. Car, se dit-il convaincu, dans l’unité on peut faire de grandes choses qui vont étonner le monde. Bref, le 5ème Président de la Rdc tient beaucoup à la cohésion et à la consolidation de l’unité nationale. C’est pourquoi il appelle les uns et les autres à se pardonner mutuellement. Les Congolais doivent se réconcilier afin de sceller le décollage du pays.

C’est ici qu’il a dit rester fidèle aux enseignements reçus de son mentor et leader à savoir Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui prônait «l’Amour du Congo, et l’Amour de votre compatriote congolais».

           Voilà l’idéologie qui devra présider à tous les programmes, tous les projets ainsi que toutes les actions que le Congolais se proposera de mener. Parce que, dès que ce principe sera observé, tout ce qu’on pourra mener le sera pour le bonheur de tous et le développement national.

Vivement l’instauration d’un Etat de droit

           Abordant l’aspect lié aux priorités qu’il entend inscrire dans le programme du gouvernement à mettre en place, le Chef de l’Etat a dévoilé que la paix et la sécurité figurent au centre des préoccupations. Pour Félix Tshisekedi, on fera tout pour que le Congolais ait la paix et la sécurité partout où il se trouve sur le territoire national. Car, sans la paix et la sécurité, il nous sera difficile de promouvoir le développement national. Toutes les batteries seront mises en place quant à ce.

           Parmi les priorités, il faut également compter avec l’instauration d’un Etat de droit qui se veut la garantie pour tous pour se sentir en sécurité. Car, soutient-il, l’Etat de droit garantira le respect de la loi par tous en commençant par le 1er citoyen.

           Pour ce faire, les magistrats qui en seront les vecteurs devront être de bonne probité morale ; l’administration publique sera restaurée afin de remplir correctement sa mission pour booster le développement. Même la classe politique pourra avoir un comportement exemplaire dans l’Etat de droit à instaurer.

Election des gouverneurs et sénateurs : grande déception !

           S’exprimant sur l’un des sujets d’actualité brûlante, en l’occurrence l’élection des gouverneurs de provinces et sénateurs prévue pour fin mars prochain, Félix Tshisekedi n’a pas caché sa déception quant aux manœuvres sordides qui se font pour ces scrutins. «Je me demande si ça vaut la peine de faire les élections des gouverneurs et des sénateurs !». Cette phrase apparemment de déception est celle du Chef de l’Etat congolais. Félix Antoine Tshisekedi n’a usé de langage diplomatique pour condamner fermement les pratiques d’achat de conscience ou mieux la corruption que pratiqueraient les candidats à ces élections pour se faire élire, en lieu et place de présenter un programme en vue de séduire les électeurs comme ça se passe sous d’autres cieux.

Sous un ton ferme, il a exprimé toute sa désolation face à cette pratique odieuse qu’il compte combattre jusqu’à l’éradication pendant son mandat à la tête du pays. C’est pourquoi il se propose même d’initier des concertations avec la classe politique en vue de trouver un mode de désignation des gouverneurs pour combattre la corruption. Parce que, prévient-il, des gens qui se trouveront à la tête des provinces par cette voie, leur préoccupation sera de récupérer l’argent qu’ils avaient donné pour se faire élire. Conséquence : le peuple ne trouvera pas son compte dans leur gouvernance.

           Or, cette pratique se veut l’antithèse de la lutte contre la corruption qui constitue l’une des priorités de son mandat.

Fini le trafic d’influence, tous égaux devant la loi

           Parlant de la lutte contre la corruption, cette gangrène qui a conduit le pays là où il se trouve aujourd’hui, le nouveau Président congolais prévient que personne n’en sera épargné. Si un ministre est accusé de corruption, il doit démissionner afin de permettre à la justice de mener son instruction. Idem pour quiconque miserait de son rang social ou de ses fonctions pour faire arrêter arbitrairement son compatriote ou confisquer ses biens, il sera immédiatement écarté de ses charges publiques afin que la justice fasse librement son travail. Donc, prévient le Chef de l’Etat, il n’y aura plus de justice à deux vitesses. Tout le monde sera égal devant la loi.

           Concernant le dossier des Congolais qui avaient obtenu l’asile sous d’autres cieux fuyant les répressions dans leur pays, Félix Tshisekedi leur garantit qu’avec son avènement, il n’y aura plus jamais de répressions en République Démocratique du Congo. Car, personne ne sera inquiété pour avoir critiqué le Chef de l’Etat.

           Pour les observateurs, l’entretien du nouveau Chef de l’Etat avec ses compatriotes de Namibie a été l’occasion pour Félix Tshisekedi Tshilombo d’apporter la lumière voulue ou mieux des éclaircissements à un certain nombre de préoccupations que d’aucuns de Congolais se posaient. Il a, à la même occasion, affirmé qu’il ne sera pas un Président qui règne mais sans gouverner, comme le prétendent des méchantes langues.

Dom, Le Phare, 28 février 2019       

Tshisekedi promet un gouvernement bientôt mais dit refuser d’être un président protocolaire

Le nouveau président congolais a affirmé, lors d’une rencontre avec des Congolais de la diaspora à Windhoek (en Namibie), qu’un gouvernement pourra être formé dans un avenir proche mais il a souligné qu’il refusait d’être un simple président protocolaire. « Il y a un groupe qui prétend être la majorité, on attend de l’identifier comme il se doit pour confirmer cette majorité-là, ensuite nous irons dans des discussions parce que le président que je suis n’acceptera pas d’être juste un président qui règne mais qui ne gouverne pas, » a déclaré Félix Tshisekedi.

Plus d’un mois après l’investiture du président Tshisekedi, le gouvernement sortant est toujours en place, assurant les affaires courantes, faute d’une nouvelle équipe gouvernementale.

Un débat a lieu dans la classe politique sur la formation du gouvernement en RDC. Le Front commun pour le Congo (FCC), coalition qui est sous l’autorité de Joseph Kabila, le président sortant, affirme avoir la majorité parlementaire avec plus de 350 députés sur les 500 attendus, de même dans les assemblées provinciales.

La famille politique de l’ancien Chef de l’Etat congolais réclame donc la Primature et soutient qu’il n’est nullement besoin d’identifier une majorité déjà connue.

La Constitution congolaise prévoit que le président de la République nomme un « informateur » pour identifier la majorité. Ensuite, il devra nommer un « formateur » du gouvernement après concertations avec la majorité identifiée.

Lors de la rencontre avec la diaspora congolaise, M. Tshisekedi a aussi annoncé qu’il interdisait aux forces de l’ordre d’arrêter les Congolais qui le critiquent. Car, il considère avoir été élu par la majorité mais pas tous les Congolais.

Il a aussi indiqué qu’il mettait un accent sur la jeunesse.

Au sujet du Gouvernement de coalition à venir, le Pdt F-Antoine Tshisekedi face à la disputa congolaise de Namibie: «Le Président que je suis n’acceptera pas d’être juste un Président qui règne mais qui ne gouverne pas». 

Il a quitté la capitale namibienne où il effectuait son 5ème voyage officiel, pour retourner à Kinshasa après deux jours de séjour en Namibie.

Voa, 27 février 2019

A Windhoek, Félix Tshisekedi est allé solliciter le soutien de la SADC pour éradiquer définitivement les groupes armés en RDC (point de presse)

S’exprimant devant la presse lors de sa visite d’État mardi 26 février dans la capitale Namibienne, le chef de l’État congolais Félix Tshisekedi a précisé que sa mission principale à Windhoek était de «solliciter le soutien de nos frères de la SADC pour éradiquer définitivement les groupes armés qui, depuis plusieurs années, sèment la terreur dans mon pays”.

Sur place, Félix Tshisekedi a également abordé d’autres questions sur la bonne marche de son pays notamment celle liée à la lutte contre la corruption.

La visite de Félix Tshisekedi en Namibie est de 48h.

Jeff Kaleb Hobiang, 27 février 2019

Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en visite de travail à Windhoek, en Namibie

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, en compagnie de son épouse, Denise Nyakeru, est arrivé mardi 26 février à Windhoek, en  Namibie, pour une visite de travail de 48 heures.

Durant son séjour dans la capitale namibienne, le Chef de l’Etat, qui est accompagné de certains de ses collaborateurs, aura un entretien en tête-à-tête avec son homologue namibien, Hage Geingob, président en exercice de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Des questions spécifiques d’intérêt commun seront aussi au menu des entretiens entre les deux dirigeants, afin de redynamiser et d’intensifier les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.

Le Chef de l’Etat mettra à profit son passage à Windhoek pour s’entretenir avec la communauté congolaise vivant en Namibie. Il rencontrera aussi l’ancien Président namibien Sam Nujoma.

Depuis son avènement à la magistrature suprême, c’est la 5ème visite du Chef de l’Etat à l’étranger, après l’Angola, le Kenya, le Congo/Brazzaville et l’Ethiopie.

ACP, 27 février 2019

Formation du gouvernement : «Les discussions vont commencer très bientôt» (Tshisekedi)

Félix Tshisekedi annonce le début prochain des discussions pour la formation du gouvernement. Ce, environ un mois après son investiture comme président la République.

«Pour le reste, les discussions vont très bientôt commencer pour la formation d’un gouvernement. Et on ne va pas s’arrêter qu’à la formation d’un gouvernement, nous allons adopter un programme commun pour gouverner ensemble le pays», a-t-il déclaré au micro notamment d’ACTUALITE.CD en marge de son séjour à Windhoek (Namibie) où il séjourne depuis ce mardi 26 février.

Ces discussions vont se faire essentiellement avec le Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila qui revendique la majorité à l’Assemblée nationale.

«Nous sommes dans un régime parlementaire rationalisé où la majorité parlementaire, c’est quasiment une institution. Elle participe à la désignation du Premier ministre, elle investit le gouvernement et ensuite le soutient dans toutes ses reformes. Vous pouvez tirer les conséquences qui s’imposent», expliquait notamment à ACTUALITE.CD Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC, à l’issue de la réunion organisée par Joseph Kabila, le dimanche 24 février, à Kingakati, dans la périphérie Est de Kinshasa.

Stanis Bujakera Tshiamala, actualite.cd, 26 février 2019

Le Président Félix Tshisekedi en visite officielle à Windhoek

C’est le jeudi 26 février 2019 aux environs de 13h00 que le Chef de l’Etat est arrivé à Windhoek, capitale de la Namibie.

Après s’être entretenu avec la vice-Première ministre et ministre des Relations internationales et de la Coopération de la Namibie, Mme Netumbo Nandi-Ndaitwah venue l’accueillir à l’aéroport international Hosea Kutako, le Président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi s’est rendu au « State House » de la République de Namibie où l’attendait son homologue Hage Geingob, qui est aussi le président en exercice de la SADC.

Plusieurs heures durant, les deux chefs d’Etat ont échangé en tête-à-tête avant de faire un rapide point avec la presse namibienne et étrangère. 

Au cours de cette rencontre avec les médias, le Président congolais a expliqué que cette visite avait pour but de « raffermir les relations de mon pays le Congo avec la Namibie mais aussi avec tous les pays de la SADC afin de développer l’Afrique toute entière à partir d’un programme d’intégration », avant de préciser que sans la paix le développement est impossible. Sa visite, a-t-il relevé, avait aussi pour objectif une demande de « soutien pour éradiquer les groupes armés ». 

Cette première journée de visite officielle s’est clôturée par un dîner offert par le Président namibien à son collègue congolais, à son épouse Denise Tshisekedi Nyakeru et à sa délégation.

Ce mercredi 27 février 2019, le Chef de l’Etat a prévu un échange, en début de matinée, avec les membres de la communauté congolaise vivant en Namibie et suivi d’un entretien avec l’ancien Président Sam Nujoma, considéré par tous les Namibiens comme le père fondateur de leur République.

Presse présidentielle, 26 février 2019

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi entame une visite officielle en Namibie

Après avoir fait la tournée dans la sous-région et après avoir participé au premier sommet de l’Union Africaine au siège de l’Union Africaine a Addis-Abeba, le Président de la République a décidé, en tant que membre de la SADC de faire sa deuxième sortie, après CIRGL et l’UA, à la SADC dont le President namibien exerce la présidence.

Au Cours de ce voyage officiel en Namibie, le Chef de l’Etat s’entretiendra avec son homologue sur les questions : 

– de la sécurité dans la sous-région, 

– du développement sur les secteurs importants de la vie tels que l’agriculture, la pêche l’énergie, l’eau, la libre circulation des biens et des personnes.

Au delà des questions communes le Président de la République mettra à profit sa visite pour une rencontre bilatérale sur les questions spécifiques d’intérêt commun afin de redynamiser et d’intensifier les relations entre les deux républiques soeurs.

En panafricaniste convaincu, le Président de la République Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo a prévu d’aller rendre hommage à l’un des pères du panafricanisme en la personne de l’ancien Président de la République de Namibie Monsieur Sam Nujoma.

Il sied de noter qu’en plus de la délégation officielle, le président de la république est accompagné de la Première Dame de la République du Congo, Madame Denise Nyakeru.

Presse Présidentielle, 26 février 2019 

RDC : reçu par Tshisekedi, le prince de Dubaï prêt à apporter des capitaux frais et des opportunités d’emplois dans les secteurs énergétiques et agricoles

Le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a reçu ce jeudi 28 février 2019 en audience à la Cité de l’Union Africaine, le prince Sheik Ahmed Dalmoon, membre de la famille royale de Dubai aux Émirats Arabes Unis.

Ce dernier est venu féliciter le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi pour son élection à la présidence de la République et lui présenter des nouvelles opportunités d’investissement en RDC.

À l’issue de leur entretien, le Prince Ahmed a dit être particulièrement intéressé par le secteur de l’énergie et de l’agriculture.

Il entend par ailleurs apporter des capitaux frais et des opportunités d’emplois pour le bien-être de la population congolaise.

Le projet ayant retenu l’attention du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a promis d’instruire les membres de son futur gouvernement en vue d’une étude approfondie pour le plus grand bien de la population congolaise.

Jephté Kitsita, 1ermars 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s