EDITORIAL. Ça se dit, donc c’est vrai !?

Puisqu’ils disent du Président Félix Tshisekedi qu’il n’a aucun pouvoir au pays, le cardinal Laurent Monsengwo, Martin Fayulu et leurs relais peuvent se frotter les mains car, à en croire une confidence recueillie par l’AFP d’un diplomate ayant requis l’anonymat, Macron et Kenyatta ont demandé au Chef de l’Etat congolais de prendre son indépendance vis-à-vis de l’ancien président Joseph Kabila. C’était en marge du sommet sur l’Environnement tenu le 14 mars 2019 à Nairobi.

Pour tout professionnel des médias avisé, des propos attribués à une source non identifiéeet surtout non repris en citationpeuvent relever du suggestionnement.

D’ailleurs, aucun des médias à avoir relayé cette information n’a osé, dans le traitement de celle-ci, chercher à connaître cette source.

Aussi, est-on en droit de s’interroger sur le sens exact de l’initiative de rendre publicsdes conseils «sages» prodigués ou à prodiguer à quelqu’un – de surcroît un collègue Chef d’État avec qui on échange en aparté – si ce n’est pour le mettre mal à l’aise devant son peuple, ses collaborateurs, sa famille et ses pairs.

Après tout, la photo publiée ne présente que les présidents Tshisekedi à droite, Kenyatta au centre et Macron à gauche, outre les deux serveurs. Les chefs de l’Etat sont à trois.

Doit-on déduire que c’est l’un des serveurs qui a “fuité” l’info en la refilant au diplomate, alias “source” ?

Il faut admettre, avec le relais «automatique» que certains médias font de toute info susceptible de faire mal au pouvoir, que l’objectif est atteint : la «vérité» de Monsengwo et Fayulu a ses adeptes.

Cela laisse supposer que dans le chef de certaines têtes couronnées, l’alternance politique se concevait en mode Révolution ou Soulèvement. Ce qui fait croire que les élections étaient juste un prétexte. Et que la fameuse “vérité des urnes” est à concevoir en termes de “coup de force”.

Ceci pour le séjour du Président Félix Tshisekedi au Kenya.

***

Puisqu’ils disent que la corruption a ses adeptes dans les Assemblées provinciales, les candidats sénateurs les uns, gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces les autres, ont créé leur Loch Ness. Les «touristes» charmés par des rumeurs affluent.

On parle du monstre, mais personne ne le voit. Ce monstre, made in Congo, a un nom : corruption.

Autant dire une escroquerie consensuelle entre la partie disposée à corrompre et celle disposée à être corrompue.

Pour avoir dénoncé l’escroquerie dont ils se disent victimes de la part des députés provinciaux, Bombole, Vidiye, Luzolo et Mabi ont retiré leurs candidatures. Ils l’ont déclaré à haute voix. Deux des victimes, en l’occurrence Luzolo et Mabi, ont saisi l’une l’organe de loi, l’autre la Ceni.

Paradoxalement, aucune des «victimes» ne produit la preuve de l’escroquerie !

Davantage, aucun des médias qui rapportent le fait de corruption, aucune des ONG qui dénoncent cette pratique en prenant à témoin «la communauté tant nationale qu’internationale”, ne réclame l’identification de l’escroc ou des escrocs.

Mieux, professionnels des médias et activistes des ONG formés dans les techniques d’investigations et généralement prompts à réunir des preuves sur les détournements des deniers publics ou l’exploitation illégale des minerais ou du bois, voire sur les tracasseries policières ou les méfaits de l’armée à l’Est, se révèlent soudain incapables de désigner par leurs noms les députés provinciaux impliqués dans la corruption.

***

Au final, le discrédit est délibérément jeté sur l’ordre institutionnel issu des élections du 30 décembre 2018.

Pour peu qu’on veuille y réfléchir, on réalise qu’on a commencé par le Président de la République. On met déjà dans le même panier l’Assemblée nationale et le Gouvernement. Dont le Premier ministre. On enfonce avec les Assemblées provinciales. Et on court-circuite le Sénat et les Gouvernements provinciaux.

Question à un sou : à qui profite le “crime”, pardon le discrédit ?

Réponse à un sou : naturellement à ceux qui ne se retrouvent pas dans les élections du 30 décembre 2018.

Ils sont légion.

Suivez mon regard…

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

http://www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s