Investiture du Président Macky Sall. Le Sénégal et la RDC : une longue histoire commune…

  • Au lendemain de l’investiture du Président Félix Tshisekedi, Macky Sall a été parmi les premiers Chefs de l’Etat d’Afrique à saluer l’avènement de son homologue à la tête du pays…

Les préparatifs d’investiture du Président Macky Sall, réélu le 28 février 2019, vont bon train. Lieu prévu pour la circonstance : Diamniadio, la nouvelle ville de 350.000 habitants, en construction à 30 km de Dakar avec centre d’affaires, hôtels, universités, hôpitaux, quartiers d’habitations etc. et dont la caractéristique première est que le financement par le privé de tous les immeubles en construction, l’Etat se limitant à offrir gratuitement des terrains aux promoteurs immobiliers.  Date de l’événement : 2 avril 2019. A en croire «Jeune Afrique» dans sa livraison du 25 mars dernier, une quinzaine de Chefs d’Etat y est attendue.  Le 5 mars, le Conseil constitutionnel sénégalais – équivalent de la Cour constitutionnelle en RDCongo,  a confirmé les résultats provisoires annoncés le 28 février par le CNRV. Macky Sall l’a emporté avec 2.555.426, soit 58,26 des voix, contre 20,51 % pour son principal adversaire Idrissa Seck, les trois autres candidats étant Ousmane Sonko avec 15,67 %, Issa Sall avec 4,07 % et Madické Niang avec 1,48 %… 

«Ce nouveau contrat de confiance me motive à redoubler d’efforts et faire encore plus et mieux. Chaque voix, qu’elle soit de la majorité présidentielle ou de l’opposition, mérite d’être entendue et respectée, car elle porte le souffle de la liberté qui fait vivre la démocratie», a relevé le Président réélu dans son compte twitter avant d’y ajouter : «Je ne vois un seul camp, celui du Sénégal (…) Je serai par conséquent le président de toutes les Sénégalaises et Sénégalais, parce que c’est la charge qui m’incombe en vertu de la Constitution» et de renchérir : «Je serai par conséquent le président de toutes les sénégalaises et sénégalais, parce que c’est la charge qui m’incombe en vertu de la constitution».

Le Sénégal en est aujourd’hui à son 4èmeprésident de la République. Le premier est Léopold Sédar Senghorpendant une vingtaine d’années (1960 à 1980). Le deuxième Abdou Dioufpendant une dizaine d’années (1981 à 2000). Le troisième est Abdoulaye Wade pendant une douzaine d’années (2000 à 2012). Le quatrième Macky Sallélu en 2012 et réélu en 2019. 

Le Sénégal a donc une tradition avérée dans l’alternance démocratique. 

Au  niveau le plus élevé

            La République Démocratique du Congo et le Sénégal ont une histoire commune en ce qu’ils ont été indépendants la même année, en 1960, la première le 30 juin, le second le 20 août. 

            Ils ont connu le même passé colonial puisque leur existence fut formalisée à la Conférence de Berlin achevée le 26 février 1885, conférence au cours de laquelle fut opéré le partage de l’Afrique.

            La RDCongo abrite depuis la colonisation une forte communauté sénégalaise généralement confondue avec les Ouest-africains. Dans la capitale, des communes comme Barumbu, Kinshasa et Lingwala – furent les premières de la cité dite noire (à la différence de Kalina actuellement Gombe) à accueillir cette communauté. 

Au début commerçante, celle-ci est actuellement dans le système des Nations Unies au Congo, notamment le Fmi et la Banque mondiale, le Pnud, l’Unesco, l’Oms, l’Unicef, le Bit, l’Uit etc.

            Au plan politique cependant, le Sénégal s’est retrouvé au cœur de la question congolaise d’abord en 1991 au travers des Accords du Palais de Marbre I ayant reconduit Nguz-a-Karl I Bond à la primature et en 2002 au travers de l’Accord global et inclusif issu du Dialogue intercongolais lors de Sun City II.

            Pour les premiers, la médiation avait été assurée par Me Abdoulaye Wade, à l’époque ministre d’Etat. Le même qui deviendra le 3èmePrésident de la République du Sénégal en 2000. Pour le second, la médiation a été assurée par Moustapha Niasse, devenu président de l’Assemblée nationale et considéré comme un allié indispensable de Macky Sall. Ceci au plan politique.

            Au plan sécuritaire, il est vrai que le Sénégal n’a pas fait partie des troupes onusiennes ayant opéré au Congo dans le cadre de l’Onuc, en l’occurrence l’Argentine, l’Autriche, le Brésil, le Canada, le Congo, le Danemark, l’Equateur, l’Ethiopie, le Ghana, la Grèce, la Guinée, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Irlande, l’Italie, le Liberia, la Malaisie, le Mali, le Maroc, les Pays Bas, le Nigeria, la Norvège, le Pakistan, les Philippines, la Sierra Léone, le Sri Lanka, le Soudan, la Suède, la Tunisie, la République arabe unie et la Yougoslavie.

Le Sénégal va toutefois jouer un rôle déterminant dans le cadre de la Monusco, notamment avec la nomination du général de corps d’armée Babacar Gaye au poste de commandant des Casques bleus. Il prendra ses fonctions le 4 avril 2005. Ses références en la matière sont la direction des opérations extérieures au Sinaï (Funu), au Liban (Finul) et en Irak (Tempête du Désert). 

            60 pays au total ont fourni qui des militaires, qui des observateurs militaires, qui des policiers. Le Sénégal en fait partie avec 20 observateurs militaires et 270 policiers. Ou tout au moins jusqu’en 2011.

            Faut-il d’ailleurs noter que le premier commandant des troupes de la Monusco (à l’époque Monuc), est le général de division sénégalais Mountaga Diallo, ce de mars 2000 à décembre 2003. Le général Babacar Gaye a exercé ces fonctions par deux fois. D’abord de 2005, ensuite en 2010. 

Autre domaine où Kinshasa et Dakar continuent de communier : la culture. Le Congo avait activement participé au 1erFestival mondial des Arts Nègres tenu en 1996 à Dakar. Et Dakar fut la rampe de lancement de la politique du «Recours à l’authenticité» en 1971. De même que la littérature sénégalaise, avec des écrivains et des poètes comme Senghor, Birago Diop, Cheik Anta Diop, a largement influencé la littérature congolaise animée alors par Valentin Yves Mudimbe, Puis Ngandu Nkashama, Clémentine Nzuji, Philippe Elembe Lisembe etc.  

            Bref, aux plans de l’immigration, du commerce, de la diplomatie, de la sécurité, de la culture etc., le Sénégal a fait preuve d’omniprésence dans la vie nationale congolaise. 

           Quoi de plus normal qu’à l’occasion de l’investiture du Président Macky Sall, la RDCongo honore ce pays en y participant au niveau le plus élevé. 

Omer Nsongo die Lema

@omernsongo

E-mail : omernsongo@gmail.com

www.congo30juin.com

Facebook : Omer Nsongo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s