Le carnet diplomatique du Président. Félix Tshisekedi aux Etats-Unis

Après l’investiture de Macky Sall : Fatshi à Washington

Le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, est attendu ce mercredi matin à Washington, aux Etats-Unis, en provenance de Dakar, au Sénégal, où il a assisté hier mardi 02 avril à investiture de son homologue sénégalais, Macky Sall, qui vient de rempiler pour un second mandat de 5 ans. C’est dans le cadre d’une visite officielle conclue peu après sa prestation de serment, le 24 janvier 2019, et confirmée au début de la semaine dernière par le Département d’Etat, via l’ambassade américaine à Kinshasa.

           Selon l’agenda communiqué aux médias, le Chef de l’Etat congolais devrait entamer sa visite, ce mercredi même, par un entretien avec Rick Perry, Secrétaire à l’Energie. On laisse entendre que les échanges pourraient porter sur la coopération énergétique entre les Etats-Unis et la RDC, avec en point de mire le barrage hydroélectrique d’Inga.

           Cette rencontre sera suivie de celle avec Peter Pham, Envoyé spécial des USA dans les Grands Lacs, mais surtout avec le Secrétaire d’Etat Pompeo, chef de la diplomatie américaine. Il est prévu également la réception de Félix Tshisekedi à la Chambre de Commerce.

           La journée de jeudi 4 avril devrait être réservée à la rencontre entre le président congolais et des leaders du Congrès, le patronat des USA ainsi que des membres du caucus noir du Congrès.

           Sauf imprévu, la journée du vendredi 05 avril devrait revêtir un cachet spécial avec le tête-à-tête, à la Maison Blanche, entre le président congolais, Félix Tshisekedi, et son homologue américain, Donald Trump. Cette rencontre serait d’autant historique qu’elle va réunir, autour d’une même table, l’incarnation du changement de gouvernance en République Démocratique du Congo et un décideur occidental foncièrement opposé aux régimes dictatoriaux en Afrique et dans le monde. Étroitement attachée à une passation civilisée du pouvoir en terre congolaise, l’Amérique va faire la découverte d’un Chef de l’Etat qui a déjà posé plusieurs jalons de la décrispation politique et de la bonne gouvernance dans son pays.

           Mais avant son rendez-vous avec le président américain, Félix Tshisekedi aura un important entretien avec John Bolton, conseiller de Donald Trump en matière de sécurité.

           Le président congolais va boucler la boucle le samedi 06 avril, par un face à face avec la communauté congolaise.

« Peuple d’abord ! »

           Il convient de signaler qu’à l’étape de Dakar, le Chef de l’Etat congolais avait été accueilli, le lundi 1er avril, par son homologue sénégalais, Macky Sall. Les deux personnalités s’étaient retirées peu après au Salon d’honneur de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, pour un tête-tête.

           Aussitôt après le cérémonial officiel d’accueil, Félix Tshisekedi a été ovationné par une immense foule composée des membres de la diaspora congolaise du Sénégal, de la Gambie, du Mali, de Guinée Bissau et même du Cap-Vert. Tous ces compatriotes n’avaient qu’un refrain à la bouche : « Ya Félix, Papa alobaka, le peuple d’abord ! ».

Les observateurs ont noté, à travers cette interpellation reprise en boucle aussi bien au pays qu’à l’étranger, pratiquement à chaque sortie publique du président congolais, le souci de ses concitoyens de voir le Grand Congo retrouver rapidement sa cohésion nationale et sa prospérité. Les échos des signaux positifs des premières semaines de gouvernance de Félix Tshisekedi justifient sans doute l’euphorie populaire que déchaînent ses visites officielles à l’étranger.

           Hier mardi, Félix Tshisekedi a assisté à l’investiture du président sénégalais, aux côtés de plusieurs autres Chefs d’Etat africains, notamment Paul Kagame du Rwanda, Denis Sassou Nguesso du Congo/Brazzaville, Sarhle Work Zewde d’Ethiopie,  Ibrahim Boubacar Keita du Mali, Alpha Condé de Guinée, Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie, Muhammadu Buhari du Nigeria, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, Andry Rajoelina de Madagascar et Adama Barrow de Gambie.

C’est en fin de soirée qu’il a pris son avion pour les Etats-Unis d’Amérique.

Kimp, Le Phare, 3 avril 2019

Diplomatie : Félix Tshisekedi est arrivé aux États-Unis pour une mission officielle de 3 jours

Comme annoncé depuis plusieurs jours, le président de la République Démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé aux États-Unis d’Amérique.

C’est par l’aéroport international de Deules dans l’État de Virginie que chef de l’État est arrivé aux USA dans la nuit du mardi 02 au mercredi 03 avril 2019.

Au pays que dirige Donald Trump, le 5ème président de l’histoire de la RDC va passer 3 jours dans le cadre d’une visite officielle.

Le Programme du chef de l’État congolais prévoit plusieurs rencontres avec des hauts responsables de l’administration TRUMP à Washington.

Outre la politique et la sécurité, les échanges commerciaux sont également dans l’agenda de Félix Tshisekedi.

Il est aussi prévu une série de rencontres avec des investisseurs.

À en croire la presse présidentielle, la diaspora congolaise vivant aux États-Unis sera également reçue.

Pour le moment, aucune confirmation n’a encore été faite sur une rencontre entre Félix Tshisekedi et Donald Trump, le président américain.

Jephté Kitsita, 7sur7.cd, 3 avril 2019

RDC : Félix Tshisekedi aux États-Unis, l’économie en bonne place dans les discussions 

Le président de la République, Félix Tshisekedi, entame du 3 au 5 avril 2019 un visite de travail aux États-Unis. C’est sa première sortie officielle hors de l’Afrique depuis son investiture comme Chef de l’Etat congolais en janvier dernier.  Son voyage devrait permettre d’aborder les questions liées à la sécurité et la création d’emplois pour les Congolais en attirant plus d’investissements américains, estiment des analystes.

Le voyage du président Félix Tshisekedi aux États-Unis ne devrait pas se limiter aux seuls aspects diplomatiques.

Dans la délégation qui accompagne le chef de l’État se trouvent des opérateurs économiques.

Ce qui fait dire aux analystes que c’est une preuve de plus que l’économie sera en bonne place dans les discussions que le chef de l’État prévoit d’entreprendre aux États-Unis.

États-Unis : grands partenaires économiques

«Nous sommes très honorés que le chef de l’État ait pensé à nous. C’est un signal positif pour voir comment, on peut davantage attirer des investissements dans notre pays», indique John Kanyoni, vice-président de la chambre des Mines de la Fédération des entreprises du Congo (FEC). Il fait partie de la délégation présidentielle qui se rend à Washington.

Lors de sa rencontre la semaine dernière à Kigali avec les opérateurs économiques congolais, en marge de la VIIe édition d’Africa CEO Forum, le président Félix Tshisekedi avait promis d’incorporer dans sa délégation des hommes d’affaires congolais.

John Kanyoni présume que le chef de l’État va rencontrer beaucoup d’investisseurs potentiels sur place à Washington. Une occasion pour la FEC de les inciter à venir en RDC.

«C’est notre rôle d’être des ambassadeurs du secteur privé, montrer à ceux qui voudraient investir chez nous, qu’il y a un environnement qui devient de plus en plus incitatif, et nous sommes prêtes à l’accompagner», affirme l’homme d’affaires.

Pour lui, les États-Unis sont des grands partenaires économiques que la RDC peut avoir dans divers secteurs stratégiques.

« Un Congo plus prospère »

Dans un communiqué la semaine dernière, l’ambassadeur des États-Unis à Kinshasa, avait indiqué que son pays se félicite de la visite du président congolais à Washington.

Pour l’ambassadeur américain en RDC, la décision du président Félix Tshisekedi de faire de Washington sa première étape reflète : «Notre engagement commun envers un Congo plus paisible et plus prospère».

« Cette visite offrira, avait-t-il ajouté, l’occasion d’examiner plus en détail notre intérêt commun à lutter contre la corruption, à respecter les droits de l’homme, à améliorer les services de santé et d’éducation pour le peuple congolais« .

(Analystes), Radio Okapi, 3 avril 2019

Contrairement aux folles rumeurs

Félix Tshisekedi ne rencontrera pas Martin Fayulu aux usa

La rencontre annoncée, entre le Président de la République, Félix Tshisekedi et le porte-étendard de LAMUKA, Martin Fayulu, aux USA, est un fake news. Une source proche de Martin Fayulu, citée par 7sur7.cd, affirme : « Il n’y a pas de rencontre prévue entre Félix Tshisekedi et Martin Fayulu« .

En ce qui concerne la rencontre entre Félix Tshisekedi et Martin Fayulu en marge de son séjour aux États-Unis, ladite source répond : « Non« . Et de poursuivre : « Il n’y a pas de rencontre de prévue entre Fayulu et Félix Tshisekedi« .

Par ailleurs, soutient cette source qui a requis l’anonymat à ce media en ligne, une prétendue rencontre pourrait un jour intervenir dans un cadre plus défini. « Martin Fayulu lui-même a eu à répondre à la question en affirmant que « Félix est son frère, son ami mais le rencontrer dans les circonstances pareilles, ce n’est pas possible, peut-être demain, dans un cadre défini non pas comme ça en catimini« , renchérit-elle.

Même si la rencontre était dans l’ordre du possible, le peuple congolais apprécierait qu’elle se fasse en RDC plutôt qu’ailleurs au vu et au su de tout le monde, a-t-on lâché.

Entretemps, Martin Fayulu et les siens poursuivent leur tournée aux États-Unis dans le cadre du combat pour la « vérité des urnes« . Actuellement, ils sont à Washington. En suite interviendra l’étape de New York avant celles des États de Dallas et Chicago. Sauf imprévu, indique 7sur7.cd, aux alentours lundi le8 avril prochain, Martin Fayulu Madidi va prendre son avion pour retourner en Europe notamment à Londres et en Grande Bretagne.

CACH minimise

Pour le secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et cadre du Cap pour le changement (CACH), Jean-Baudouin Mayo : « Il n’est pas interdit aux Congolais de se rencontrer« . Il rappelle à cet effet : « Félix et Martin sont des frères et amis. Nous avons tous évolué dans l’Opposition contre Kabila. Il y a eu des élections. Félix a été élu président de la République. Il peut le rencontrer d’autant plus qu’il a sa main tendue vers tout le monde« .

Mais, prévient Jean-Baudouin Mayo, « on ne peut pas revenir sur les élections du 30 décembre 2018. La Cour a déjà tranché« , même si Jean-Baudouin Mayo reconnaît qu’il y a « quelques ajustements » à faire sur le processus électoral. 

Emma MUNTU, Forum des As, 3 avril 2019

Le Président Félix Tshisekedi est arrivé à Washington DC pour une mission officielle

Le Président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé, mardi 02 avril 2019, aux USA dans le cadre d’une mission officielle.

Le 5ème Président de la RDC qui est arrivé par l’aéroport international de Deules dans l’Etat de Virginie, a choisi les USA pour son tout premier voyage officiel en dehors du continent africain. « C’est un symbole fort en politique et en diplomatie, lorsqu’on sait que les USA ont joué un rôle important dans l’épilogue électorale du 30 décembre 2018 », fait-on savoir dans sa délégation.

Avant et après les élections qui ont apporté l’alternance, les USA ont eu des prises de position très tranchées. 

Le Programme du Chef de l’Etat congolais prévoit plusieurs rencontres avec des hauts responsables de l’administration Trump. En plus de la politique et de la sécurité, les échanges commerciaux sont également dans l’agenda du Chef de l’Etat. Il est prévu une série de rencontre avec des investisseurs. La Diaspora congolaise très mobilisée sera également reçue. La RDC et les USA veulent ouvrir une nouvelle page de leur histoire.

Buana Kitoko, Le Potentiel, 3 avril 2019

Félix Tshisekedi aux Usa : le géant virtuel chez les géants réels 

Les Etats-Unis veulent sculpter le président Congolais ? C’est une coutume au Congo, l’ex-colonie Belge ; ses présidents sont toujours dans Le viseur des USA et « coachés » par Le pays de l’oncle Sam.    Le président du deuxième ou troisième pays le plus grand d’Afrique après l’Algérie (et le Soudan) va passer cinq jours dans le plus grand pays du monde en puissance militaire et diplomatique. 

Depuis son élection, le président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a déjà reçu et à plusieurs reprises, l’ambassadeur des USA à Kinshasa, Michael Hammer, qui d’ailleurs était le premier à suivre le candidat proclamé par la Ceni, dans son hôtel, avant sa prestation de serment comme chef de l’Etat !

Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé ce mercredi aux USA, à Wansington, où il était encore mardi. C’est un géant virtuel chez les géants réels ?

C’est le président d’un pays dont les richesses du sol seraient entre 14.000 milliards et 200.000 milliards de dollars Américains. Le pays de Félix Tshisekedi est le 2ème réserve du Cuivre du monde, contient 30% de diamants du monde et  80% du Cobalt et du Coltan de l’univers, sans trop exagérer !

Les USA qui feraient la guerre au Venezuela de Maduro, pour du pétrole, reçoit un chef de l’Etat dont seulement la petite partie de l’Est du pays, dans le Graben Albertine et le lac Tanganyika aurait des réserves de 50 milliards de barils, à en croire les recherches des consultants belges. 

Selon les études de l’institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (Ifpri), avec ses 80 millions d’hectares de terres arables ; la RDC peut nourrir 3 milliards d’individus, mais 5% seulement de C’est terres sont exploités.  C’est parmi, les thèmes chers de Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président de la république, qui rêve la RDC en un Brésil Africain !

Les USA vont en profiter pour présenter les tableaux des potentialités et des drames de la RDC.      

Le président de la république qui, pendant quatre jours, jusque dimanche sera reçu au plus haut niveau et même à la banque mondiale en passant par les responsables Américains de la sécurité du monde, pourra sans doute, parler des questions qui fâchent.

Le contrat Chinois négocié le 17 Septembre 2007 par Pierre Lumbi, ancien ministre des infrastructures, travaux publics et Reconstruction peut en subir un coup. Ce contrat jamais apprécié par Vital Kamerhe alors président de l’assemblée nationale, porte un lourd fardeau de 30 ans d’exploitation des ressources naturelles pour un crédit de 11 milliards de dollars.

Le projet INGA III évoqué par le président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo lors de sa participation à la 7eme édition de Africa CEO Forum de Kigali, le 26 Mars, peut aussi susciter des intérêts. La RDC a 100.000 Mégawatts utilisés seulement à 9%. L’Afrique vivant du Lac Tchad lorgne sur le fleuve Congo et sur le pouvoir Tshisekedi. Après Inga I en 1972, Inga II en 1982, Inga III qui est un projet commun avec l’Afrique du Sud  pour produire 4.800 Mégawatts avec un coup de travaux de 8,4 milliards de dollars Américains est très disputé et discuté. La Banque Mondiale où sera reçu Félix Tshisekedi est parmi les investisseurs de ce projet Inga III avec la Banque Africaine de Développement, la Banque Européenne d’investissements et l’Agence Française de Développement. 

C’est un géant président, au figuré, à la tête du géant Congo virtuel qui traîne un pays où il y’a 400.000 sidéens qui ont besoin de ne pas se faire oublier dans les débats économiques, sécuritaires et diplomatiques. La question des Adf à Beni, où la Monusco vient de se faire octroyer six mois d’un mandat discutable qui évite les affrontements directs contre les rebelles et les groupes armés est un sujet délicat a ne pas ignorer.

C’est le deuxième pays du monde où il y a risque de famine après le Yémen, même si le pouvoir de l’ex-président Joseph Kabila  s’était toujours insurgé contre le Congo Bushing, la caricature de son pays où se bousculent des Ong humanitaires avec des rapports très lucratifs, qui est à Washington. Le Nord-Kivu ne devrait pas aussi manquer dans ce rendez-vous Américain, avec son gaz méthane de 250 millions de m3 à extraire par an, que le Rwanda utilise de son côté du lac.

Bref, le géant virtuel  est chez les géants réels afin de redessiner un nouveau visage de la RDC, aux goûts des esthètes politiques du pays de l’oncle Sam.

Magloire Paluku, 3 mars 2019

RDC-USA : Tshisekedi à Washington pour négocier une coopération stratégique !

Le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi est arrivée à Washington DC, par l’aéroport international de Dulles, peu avant minuit ce 2 avril 2019. Pour sa première visite officielle aux États-Unis d’Amérique, Félix Antoine Tshisekedi vient négocier et éventuellement sceller une nouvelle coopération stratégique avec l’Administration américaine.

Des sources diplomatiques officielles indiquent que cette coopération stratégique vise le renforcement des relations bilatérales entre les deux nations, la sécurité contre le terrorisme dans l’Est de la RDC, la mise en place d’une task force pour mieux lutter contre la corruption, l’appui aux efforts de la bonne gouvernance ; et, enfin, les investissements américains en RDC dans un partenariat gagnant-gagnant.

C’est donc tous ces sujets qui seront à l’ordre du jour des échanges « techniques et stratégiques» entre le chef de l’État congolais et les hauts fonctionnaires de l’administration Trump.

Dans l’agenda du président de Fatshi, il est prévu ce mercredi 3 avril avant-midi des entretiens successifs avec le secrétaire à l’Énergie, Rick Perry ; le secrétaire au Département du Trésor, Steven Mnuchin, et le sous-secrétaire aux affaires africaines, Tibor Naguy.

Et dans l’après-midi de cette même journée, le président congolais aura une séance de travail avec le secrétaire d’État, mieux le patron de la diplomatie américaine, Mike Pompeo.

Jeudi 4 avril, Félix Antoine Tshisekedi aura des séances de travail notamment avec le secrétaire aux Affaires intérieures, David Bernhadt ; et, le conseiller à la Sécurité de Trump, Robert John Bolton.

Les journées de vendredi et samedi, le président congolais aura des entretiens respectivement avec Christine Lagarde du FMI et Kristalina Georgieva.

A ce sujet, le gouverneur-pays des institutions de Bretton Woods à Kinshasa, en l’occurrence, le ministre des Finances Henri Yav Mulang va accompagner Félix Antoine Tshisekedi dans ces échanges dont l’objectif est visiblement de raffermir ce partenariat.

Au-delà de la délégation d’officiels et une brochette d’opérateurs économiques accompagne le chef de l’État congolais dans cette mission. Ils vont certainement assister aux entretiens prévus avec les opérateurs économiques et investisseurs américains.

Une forte communauté congolaise est mobilisée ici à Washington. Elle aura également l’occasion d’échanger avec le chef de l’État. Félix Antoine Tshisekedi va boucler son séjour américain le dimanche 7 avril 2019.

A Kinshasa, les doigts restent croisés pour que le chef de l’État ramène des engagements fermes tant de l’administration Trump que des investisseurs américains. Et surtout qu’ils commencent à se matérialiser sans tarder.

Dès lors, il est clair que Félix Antoine Tshisekedi est venu à Washington DC pour chercher de solutions aux problèmes qui plombent le développement de son pays, la RDC.

Eric TSHIKUMA, envoyé spécial, 3 avril 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s