RETROSPECTIVE. LES PROPOS DU PRESIDENT FELIX TSHISEKEDI AUTOUR DE SON SEJOUR AMERICAIN

Félix Tshisekedi : «Si ce que j’ai dit a gêné des gens, c’est-à-dire que ces gens sont mal intentionnés»

Félix Tshisekedi a expliqué le sens de sa déclaration sur le fait qu’il veut déboulonner le système dictatorial passé. 

«Je vais m’attaquer à tout ce qui a avili les citoyens congolais et qui a contribué à affaiblir le développement de notre pays. Ces antivaleurs, ces brimades, ces corruptions, ces habitudes de traquer les opposants qui émettaient un son contraire, si nous allons dans une coalition avec le FCC, c’est autour de ce principe que je viens de vous étayer, ce n’est pas autour de ce qu’ils faisaient avant. On va se mettre ensemble, mais autour de la nouvelle vision, de la nouvelle approche qui est la mienne. Pas question de replonger dans les travers du passé. C’est ça que je vais déboulonner».

            «Ce n’est pas des problèmes individuels avec qui que ce soit. J’ai proposé qu’on tire un trait sur le passé, notre passé qui est fait de beaucoup de mauvaises choses en disant que dès maintenant on commence une nouvelle ère et nous espérons il n’y aura plus ces pratiques du passé. Si maintenant ce que j’ai dit à gêner des gens, c’est-à-dire que ces gens sont mal intentionnés. Ce qu’ils ne voulaient pas m’entendre dire des choses comme ça parce qu’ils pensaient que j’allais être un président complaisant  qui allait continuer les méthodes du passé. Je dis non, je n’accepterai pas ça. Je ne vais plus retomber dans ces travers-là. C’est ce que j’attendais par déboulonner le système»

«Et cela n’empêche pas du tout une coalition avec le FCC. Ce FCC sait, pour avoir échangé avec nous, quel est l’entendement que nous faisons de cette coalition. Ce sera une coalition au service de notre peuple et de notre pays».

actualite.cd, 9 avril 2019

RDC : Félix Tshisekedi veut renforcer le partenariat FARDC-MONUSCO pour éradiquer les groupes armés 

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi veut renforcer le partenariat MONUSCO-FARDC pour éradiquer les groupes armés qui empêchent le développement du pays et de la Région des Grands Lacs. Cela passe par le renforcement des forces onusiennes dans les zones à problème, estime le chef de l’Etat congolais. Il l’a dit au cours d’une conférence de presse tenue dimanche 7 avril à Washington aux Etats Unis, à la clôture de sa visite de travail.

«En ce qui concerne le partenariat entre la MONUSCO et les FARDC, il y a eu la brouille un certain moment, mais aujourd’hui nous travaillons pour renforcer ces rapports et ça va de mieux en mieux. Vous savez que le Conseil de sécurité a reconduit le mandat de la MONUSCO. Il va jusqu’en décembre. A ce moment-là, nous allons refaire le point. Les effectifs vont être réduits à certains endroits, mais renforcer dans les zones à problèmes : Beni, Butembo, le Grand-Nord, l’Ituri, … parce que nous voulons éradiquer ces violences qui nous empêchent de regarder vers notre développement».

Radio Okapi, le 8 avril 2019 

Félix Tshisekedi est «heureux d’avoir réchauffé les relations entre la RDC et les États-Unis»

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi a affirmé dimanche 7 avril à Washington qu’il était heureux d’avoir réchauffé les relations entre les États-Unis et la RDC. Il s’exprimait au cours d’une conférence de presse consacrée au bilan de son séjour américain.

«J’étais venu pour renforcer les relations entre nos deux pays qui étaient un peu refroidies ces derniers temps. Je suis heureux de les avoir réchauffées et par la même occasion, d’avoir déclenché beaucoup de choses qui sont bénéfiques à mon pays, non seulement par rapport aux États-Unis, mais aussi par rapport à la communauté internationale. J’ai rencontré Mme Christine Lagarde du FMI qui, dès ce lundi va reprendre des discussions»

Radio Okapi, 8 mars 2019 

RDC : Aux USA, Félix Tshisekedi officialise la coalition FCC-CACH

En marge de son séjour aux États-Unis, le président de la République au cours d’un échange avec la diaspora congolaise, est revenu sur ses rapports avec le Front Commun du Congo de Joseph Kabila Kabange. Pour Félix Tshisekedi, au regard des résultats issus des différents scrutins, il n’a pas d’autre choix que de former une coalition avec cette plateforme de gouvernement.

Lorsque j’ai été élu président, je n’ai pas obtenu une majorité propre. Puisque c’est le FCC qui a la majorité, nous créons une coalition pour ne pas les laisser gérer seuls au risque de fragiliser la stabilité acquise aux élections

7sur7.cd, 7 avril 2019 

Etats-Unis : Félix Tshisekedi vante les opportunités qui attendent les investisseurs qui viendront en RDC

Le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi a vanté samedi 6 avril à Washington les opportunités qui attendent les hommes d’affaires congolais et étrangers qui vont décider d’investir en RDC. C’était au cours d’une rencontre-débat sur « Investir en RDC » en partenariat avec l’ANAPI.

«Tout est en train d’être fait pour améliorer les conditions de travail, renforcer, fortifier notre administration, la moderniser pour rassurer les uns et les autres, vous donner l’information qu’il faut et vous rassurer sur vos investissements. Dans l’administration, il y a la justice. La justice c’est la garantie, c’est la protection des investissements. De ce côté-là, il y a un effort qui est en train d’être fait pour que tout aille de l’avant (…)Lorsque nous allons avoir le gouvernement, c’est une question de quelques semaines maintenant, il y aura beaucoup plus de visibilité, beaucoup plus d’interlocuteurs par rapport à la politique que nous allons impulser. Ce que je cherche dans ces genres d’initiatives, c’est de rapprocher l’entreprenariat congolais avec les expériences des autres entrepreneurs du monde».

Radio Okapi, 7 avril 2019

La RDC et le FMI conviennent de la reprise de la coopération

Le Président de la République Felix-Antoine Tshisekedi et Mme Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) ont convenu vendredi 5 mars au siège du FMI à Washington de la reprise de la coopération RDC-FMI. C’était à l’issue de la rencontre entre les deux personnalités. Mais la reprise de cette coopération passe par l’audit de l’économie congolaise. Propos de Mme Lagarde : 

«Depuis 2015, nous n’avions pas fait de revue commune de l’économie de la RDC. On va commencer d’abord par se mettre au travail et déterminer la situation économique pour faire un audit de l’économie de la RDC qui va nous permettre d’établir où sont les forces, où sont les faiblesses, où les politiques budgétaires peuvent être améliorées, où la situation peut être améliorée sur la plan de la protection sociale de la population. Puis on donnera des conseils appropriés à M. le Président et à son gouvernement. Ensuite on verra, si on peut financièrement, à la demande de M. le Président et de son gouvernement, aider sous forme de programme. Mais on n’a pas besoin de programme pour se mettre au travail. On commence ce travail dès ce lundi (…)«La mission du FMI chargée de la RDC est mobilisée. La mission du FMI c’est d’aider les Etats membres de l’institution. Dès lors qu’on aura fait un audit complet de la situation économique, et qu’on aurait besoin, à la demande du Président, de mettre en place un programme de soutien, de financement, dans le cadre de l’amélioration économique qui est souhaitée, c’est tout à fait envisageable. Je suis optimiste, je suis ravie du renouement de la relation et de mettre en place ce partenariat pour travailler ensemble à l’amélioration de la situation économique et de la situation de la population».

Radio Okapi, 6 avril 2019

F. Tshisekedi : “Je ne suis pas venu pour rencontrer spécialement Trump. Toutes les personnalités que j’ai rencontrées vont converger vers lui

Le Chef de l’État congolais a pris part, samedi 6 mars, à une conférence débat sur le thème “Investir en RDC”, dans la salle Buchanan de l’hôtel Intercontinental “The Williard” à Washington réunissant les délégués congolais de secteurs privé et public sur la politique d’investissement en RDC. Profitant de cette activité d’échange, Félix Tshisekedi a tiré les choses au clair au sujet de la polémique sur le fait qu’il n’ait pas pu rencontrer son homologue américain Donald Trump.

Je ne suis pas venu pour rencontrer spécialement Trump. Toutes les personnalités que j’ai rencontrées vont converger vers lui”.

7sur7.cd, 7 avril 2019 

Diplomatie : «Je ne suis pas venu aux États-Unis spécialement pour rencontrer Donald Trump»

Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a animé une conférence de presse ce samedi 6 avril 2019 après son entretien avec les investisseurs et entrepreneurs congolais et aussi dans la droite ligne de la fin de son séjour de travail à Washington DC. Le Chef de l’Etat a précisé qu’il est venu aux USA pour renforcer les relations entre la RD. Congo et les États-Unis d’Amérique. 

«Je ne suis pas venu aux Etats-Unis spécialement pour rencontrer Donald Trump. Toutes les personnalités que j’ai rencontrées, vont converger vers lui. Je suis venu pour renforcer les relations entre nos deux pays, vu qu’elles étaient refroidies». 

Actu 30, 6 avril 2019

Félix Tshisekedi aux investisseurs : «la formation du Gouvernement est une question de quelques semaines maintenant»

Depuis Washington où il séjourne il y a maintenant trois jours, le Président Félix Tshisekedi a ce samedi 6 avril 2019 effleuré la question de la formation du Gouvernement lors d’une rencontre avec les entrepreneurs et investisseurs congolais. Dans son speech Félix Tshisekedi a indiqué qu’un effort est en train d’être fourni afin de garantir les investissements et aussi de moderniser l’administration congolaise.

«Tout est en train d’être fait pour améliorer ces conditions, renforcer fortifier notre administration et la moderniser surtout. Dans l’administration, il y a la justice, la justice c’est la garantie, c’est la protection de l’investissement. Et donc de ce côté-là aussi un effort est en train d’être fait pour que tout aille de l’avant» (…) Et je pense que lorsque nous allons avoir le Gouvernement et c’est une question de quelques semaines maintenant, il y aura beaucoup plus de visibilité et beaucoup plus d’interlocuteur par rapport à la politique que nous allons impulser».

Actu30.info, 6 avril 2019

Dernière minute. Washington est formel : «2019, c’est l’année de la RDC» 

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi boucle son séjour américain aujourd’hui, vendredi 5 avril. C’est avec un nouveau souffle qu’il s’attend à regagner le pays après des contacts qui se sont avérés fructueux. « 2019 est l’année de la RDC », a clamé haut et fort le Sous-secrétaire d’État américain aux affaires africaines, Tibor Nagy, devant des hauts responsables réunis autour du chef de l’Etat congolais.

« En effet, je suis plus que déterminé à engager mon pays, la République Démocratique du Congo, sur une voie de modernité. Je peux vous dire, Monsieur Nagy, soyez-en sûr, les réformes vont continuer, mais également les progrès politiques et économiques. Le but que j’ai, c’est de faire de la RDC un des fers de lance des pays d’Afrique (…)Nos priorités vont donc aller dans ce sens pour remettre l’homme congolais au centre de l’action. Pour cela, nous aurons besoin d’un pays qui soit stable et qui ait des structures solides. Ainsi, nous pourrons tranquillement investir dans l’éducation et la santé. En améliorant notre administration, nous pouvons rassurer les investisseurs, parce que nous améliorerons le climat des affaires. (…) J’ai voulu visiter [Les USA NDLR], parce que j’ai voulu marquer le symbole de l’unité que je souhaiterai voir se créer davantage, parce que l’Amérique étant un pays traditionnellement ami au Congo, nous aimerions consolider ces relations et en faire un partenariat gagnant-gagnant. J’espère que ce sera l’année du Congo grâce à ce partenariat que je souhaite solide avec les USA« .

Forum des As, 5 avril 2019

RDC : depuis Washington, Félix Tshisekedi dénonce «le système dictatorial qui était en place»

Propos tenus lors d’une conférence organisée par le cercle de réflexion Council on Foreign Relations : «C’est pour ça que je suis ici. Pour demander au partenaire traditionnel de la République démocratique du Congo que sont les États-Unis de nous accompagner afin que cet équilibre qui aujourd’hui est fragile se solidifie (…)«Sans un appui sérieux et puissantnous aurons plus de difficultés à nous en sortir». 

Jeune Afrique avec AFP, 5 avril 2019

F. Tshisekedi : “les arguments avancés par le perdant sont fallacieux, ni le contestataire ni l’organisation religieuse ayant prétendu détenir les preuves ne les a brandies

Devant des universitaires et experts américains, lobbyistes et autres spécialistes jeudi aux USA, le Président de la République Démocratique du Congo a répondu aux questions de l’assistance au Council on Foreign Relations modéré par le Doyen de la faculté des affaires étrangères de l’université Georges Washington. Abordant la question sur les contestations électorales du candidat malheureux Martin Fayulu, Félix Tshisekedi a expliqué que “les arguments avancés par ce dernier sont fallacieux”.

Les arguments avancés par le perdant sont fallacieux, ni le contestataire ni l’organisation religieuse ayant prétendu détenir les preuves ne les a brandies (…) “l’ancrage de son parti, véritable machine électorale, la constance du discours de campagne ainsi que le calme relatif sur l’ensemble du territoire national constituent la preuve de cette victoire”.

A propos des sanctions américaines à l’encontre des dirigeants de la Ceni. Réaction du Président Félix Tshisekedi : “Comparativement aux élections de 2006 et 2011, celles de 2018 ont été les plus pacifiques en dépit de quelques imperfections inhérentes à toute organisation. Je ne dis pas que ces sanctions sont inutiles, mais je me demande à quoi elles servent».

7sur7.cd, 4 avril 2019

Félix Tshisekedi : «Je suis plus que déterminé à engager la RDC sur une voie de la modernité »

Le Président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi a promis mercredi 3 mars d’engager la RDC sur une voie de la modernité. Il s’exprimait à Washington, où il est en séjour de travail, lors d’un échange avec le sous-secrétaire d’État américain aux affaires africaines Tibor Nagy.

«Je suis plus que déterminé à engager mon pays, la RDC sur une voie de la modernité. Et donc je peux vous dire que les réformes vont continuer, mais aussi des progrès politiques et économiques. Le but que j’ai c’est de faire de la RDC le fer de lance des pays d’Afrique (…)«Mon pays a énormément des potentialités et une possibilité d’évoluer très rapidement dans le bon sens. Malheureusement, maintenant il est handicapé d’abord par un problème de sécurité, également un problème de corruption endémique et un problème de structuration de son administration qui est très faible. Nos priorités vont aller dans ce sens pour remettre au centre de l’action l’homme CongolaisNous voulons avoir des structures solides. Ainsi nous pouvons investir dans l’éducation et la santé et en améliorant notre administration, nous pouvons rassurer les investisseurs parce que nous allons améliorer le climat des affaires. C’est ce qui explique ma présence ici aux États-Unis qui sont le premier pays hors Afrique que j’ai voulu visiter. Nous voulons consolider notre amitié avec les États-Unis et en faire un partenariat gagnant-gagnant».

Radio Okapi, 4 avril 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s